Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Posted: 21.7.2010 - 2 comment(s) [ Comment ] - 0 trackback(s) [ Trackback ]
Category: Show subjects

 Il est de coutume en France de classer les gens en fonction de leur profession, de leur école, de leurs idées, de leur origine, de leur âge ou encore de leurs goûts. N’y voyez pas une quelconque incitation ou justification aux multiples fichiers existant à notre sujet, et dont la presse se fait régulièrement écho. Je ne parle ici que de cette détestable manie de vouloir systématiquement mettre les gens dans des cases. C’est sans doute rassurant. Cela permet, en tous cas, de mieux les associer à d’autres idées.

Je dois cependant reconnaître que certaines cases ont le grand intérêt d’expliquer de manière très pédagogique certaines évolutions de la société ! C’est notamment le cas de la classification adoptée par les sociologues pour expliquer les comportements de consommation. Nous voici donc affublés, selon notre date de naissance, d’une lettre de l’alphabet censée expliquer notre façon de penser et de consommer. Dans les cercles bien-pensants, il sera bientôt de bon ton de demander entre le fromage et le dessert, si l’on est X, Y ou Z. Mais concrètement de quoi parle-t-on ?

Les sociologues considèrent qu’il existe 5 grands types de générations de consommateurs : la «génération silencieuse» (1900-1940), les «baby-boomers» (1940-1965), la «génération X» (1965-1980), la «génération Y» (1980-1995), la «génération Z» (1995-20xx).

La «génération silencieuse» est, sur le plan médiatique, très attachée aux médias traditionnels que sont la télévision, la radio et la presse quotidienne. Socialement parlant, ces personnes sont en position de retrait par rapport au pouvoir et au monde économique. Pourtant, elles ont encore souvent une position de conseiller des générations plus jeunes sur les grands sujets de société comme sur les petits problèmes du quotidien. Leur rapport aux NTIC est très limité, tout comme la confiance qu’elle leur accorde.

Les «baby-boomers» sont de leur côté en situation de pouvoir dans tous les domaines de la société. Ils sont attachés, comme leurs parents, aux médias traditionnels mais font une utilisation basique de l’Internet pour envoyer des mails ou s’informer. Beaucoup plus spectateurs qu’acteurs, ils consomment l’information au quotidien avec gourmandise.

La «génération X» est celle qui consomme le plus de médias. Elle a grandi avec les médias traditionnels, surtout la télévision, mais est aussi la première utilisatrice d’Internet et des mobiles dont elle a vu la naissance. En position d’attente des plus hautes fonctions dans la société, encore majoritairement occupées par les «baby boomers», elle imprime dans ses activités respectives une vision plus globale du monde, fortement entretenue par les réseaux sociaux dont elle est de grande consommatrice.

La «génération Y», très tôt utilisatrice d’Internet et parfaitement rodée aux NTIC, considère la mobilité comme une habitude de vie. Forums, réseaux sociaux et web 2.0 facilitent son mode d’expression et l’incitent très fortement à donner son avis, à faire valoir son opinion. Elle est un véritable acteur de l’Internet mais a un rapport moins profond que ses aînés avec les médias traditionnels dont elle est moins consommatrice. En position d’entrée dans la société civile, elle a un rapport au monde économique empreint d’une nécessité de compréhension des décisions et une recherche criante d’une société dont les critères environnementaux, éthiques et sociaux reflètent ses valeurs personnelles.

La «génération Z», quant à elle, est née avec Internet et les NTIC. Il en ressort un attrait moins important que ses aînés pour ces outils dont elle fait une consommation ciblée. Cette génération en pleine construction vit déjà au coeur de la révolution des usages engendrée par Internet mais sera certainement beaucoup plus sensible au sens et aux valeurs qu’elle souhaitera véhiculer.

L’intérêt principal de ce classement sociologique réside dans les clés qu’il donne pour comprendre la direction vers laquelle le monde est en train d’évoluer. Indiscutablement et inexorablement, le rapport qu’entretiennent les générations à leur environnement est en train de changer au fur et à mesure de l’arrivée des nouvelles générations aux plus hautes fonctions de la société. Demain sera un monde différent d’aujourd’hui dans ses rapports à l’autre ! Cette mutation profonde, fortement accélérée par la violence des crises économiques, modifiera totalement le paysage politique et économique du XXIe siècle, et accouchera d’un nouveau modèle de société où chacun sera acteur de son environnement après des siècles de passivité.

 

Jean-Christophe BONIS

Président fondateur d’Oxymore Inc.

www.oxymore-inc.com

www.jeanchristophebonis.com

Delicious Digg Facebook Fark MySpace
Archive
Categories