Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Posted: 27.12.2009 - 3 comment(s) [ Comment ] - 0 trackback(s) [ Trackback ]

 

 
 
Vous l'avez peut-être déjà constaté, il y a pas mal de "e-conférences" présentées sur le site.
C'est un moyen efficace pour les professionnels de notre écosphère numérique de s'assurer que leurs événements sont correctement relayés et visibles.
 
Une fois de temps à autre, nous ne nous contentons pas de venir faire un reportage ou une petite interview, nous fournissons la prestation de captation complète d'une conférence, et ce, gratuitement. ce qui est loin d'être la règle puisque nous ne sommes ni subventionnés, ni riches, ni même sympathiques (non là-dessus je blague, mais il est vrai que n'être pas une association à but non lucratif, tout à coup, ça gomme le côté chic type).
 
J'ai écrit ce billet car les demandes sont (vraiment) très nombreuses, que j'adorerais avoir systématiquement le budget temps et hommes pour vous offrir un maximum de captations, alors voici en toute transparence la bonne marche à suivre pour que ça se passe.
 
Et nous vous vexez pas si en raison de la lourdeur de certaines captations il ne nous semblera pas propice de faire du gratuit, c'est qu'il faut nourrir l'équipe : mais c'est vrai, vous pouvez le constater au travers des nombreuses e-conférences présentes, beaucoup ont été offertes de bon coeur et par responsabilité vis-à-vis de l'écosystème dans lequel nous évoluons, nous aidons le plus souvent les événements réalisés avec peu de moyens par des personnalités dynamiques : parce qu'ils le méritent. (J'ai failli écrire "parce que vous le valez bien", mais j'ai peur d'un procès pour humour pas terrible).
 
 (C'est quoiqu'il en soit une rédaction directement inspirée de notre expérience en la matière sur 2009, et de nos bonnes résolutions pour l'année 2010 qui s'annonce déjà très, très chargée)
 
Voici donc les conditions techniques et organisationelles incontournables à prendre en compte pour que nous puissions déplacer notre barda.
 
  1. La disponibilité d'une équipe sur la date proposée : trop d'événement se tirent la bourre et sont parfois en concurrence en terme d'agenda, j'espère que 2010 sera moins catastrophique que 2009 en la matière ;


     
  2. Que l’on puisse s’assurer un peu de la qualité éditoriale de l’événement. Cela implique aussi que nous offrons une captation gratuite de préférence aux événements à la fois pertinents, légitimes et un peu fauchés : si vous avez un vrai big sponsor ou que la captation porte sur une présentation essentiellement commerciale, ne pas pousser mémé dans les orties ;

     
  3. Que l’on puisse jeter un coup d’œil sur le lieu de la captation : si ça risque de donner au final des images poisseuses, mal éclairées, alors on ne filme pas. Le lieu et la qualité des images à l'arrivée nous tiennent très à coeur. Si les organisateurs nous font le plaisir de nous demander notre avis sur la gestion de la lumière et la scénarisation des prises de parole pour optimiser la réussite du tournage : alors ils auront fait la moitié du boulot consistant à nous motiver. C'est vrai quoi : ce n'est pas Coppola ou Spielberg qui vont venir capter, mais ça reste de la vidéo et on fait ce métier dans l'espoir de pondre des images potables, parce qu'on aime ça.

     
  4. Que l’on soit 100% assurés que l’organisateur gère une sonorisation de qualité et nous fournisse un câble audio (XLR professionnel) qui rentre directement dans notre caméra parce que des confs inaudibles ont souvent détruit le boulot : en somme, ne pas lésiner comme c'est trop souvent le cas côté organisation et budgets (si je ne devais retenir qu'un seul et unique poste de coûts, ce serait celui-là) sur l'embauche d'une société capable de bien sonoriser tout ça (nous pouvons d'ailleurs fournir cette presta à prix coûtant si vous êtes vraiment à la rue : mais comme ce n'est pas facile, et que ça implique du matos, ça, on refuse de l'offrir : bon, généralement, les salles sont équipées mais il faut un ingé son) ;

     
  5. Que les personnes à filmer aient TOUTES sans exception, préalablement été averties qu’elles vont être filmées et qu'elles doivent signer un accord de cession de droit à l’image (il nous est arrivé trop souvent en 2009 d'enregistrer toute une conf pour "rendre service" de la sorte et de ne finalement pas pouvoir la diffuser parce qu'un empaffé franco-râleur est brusquement frappé de boursouflure d'ego et nous interdit toute diffusion... après avoir pourtant bien pu se rendre compte qu'il y a avait des caméras dans la salle... : et finalement il ou elle gâche l'attente de tous les autres speakers présents) ;


  6. Que les personnes filmées se soient préalablement créé un compte sur techtoc.tv : nous avons décidé de ne plus jamais filmer gratuitement d’événements pour lesquels les noms des intervenants ne sont pas faciles et immédiatement disponibles à mettre en vis-à-vis de chaque vidéo comme vous le savez (peut-être) dans notre concept : ce qui nous a beaucoup nuit en 2009 ce sont ces aspects chronophages et les gens injoignables : or c’est normal, si on veut une presta gratuite en mode win-win (nous sommes aussi très contents de créer du contenu qualitatif), de faire un mini effort.

    Je le rappelle : l'objectif c'est de créer de la cohérence éditoriale ; pour livrer de la merde, foutez n'importe comment vos vidéos sur YouTube. ici, c'est un minimum éditorialisé parce que les internautes veulent immédiatement identifier QUI prend la parole dans une vidéo.

    Au surplus, le seul intérêt de diffuser une vidéo, dans notre philosophie, c'est d'accepter par la suite une communication bidirectionnelle : si certaines personnes sont frappées du syndrome "je vous ai déjà fait beaucoup d'honneur en acceptant d'être filmé(e)", et estiment que les internautes vont religieusement les écouter et amoureusement les regarder parler (et qu'au passage les p'tits gars présents pour les enregistrer ne sont que des crevards) : ils se mettent le doigt dans l'oeil jusqu'à l'épaule. Dans cette écosphère, et dans ce concept de Web-TV collaborative, il est strictement impossible de refuser la conversation : si on est filmé, qu'on présente un truc (un service, une théorie, un avis etc.) : on s'expose à devoir répondre à ceux qui demandent des précisions ou veulent enchaîner sur un débat. Ceux qui ne comprennent pas cela ne nous intéressent pas plus qu'ils ne nous inspirent confiance. Bienvenue dans le monde de la communication birectionnelle et de la e-réputation temps réel. 
    Enfin, je précise que les inscrits dans la base ne font STRICTEMENT jamais l'objet d'un fichier cédé à des tiers en vue d'une rentabilisation commerciale : c'est pour échanger sur un pied d'égalité que cette inscription est incontournable, et éditorialiser un minimum le contexte de la vidéo à frais raisonnable. Qui plus est ceux qui ont su en profiter savent que notre site leur donne une visibilité réputationnelle tout à fait correcte.

     
  7. Que les gens comprennent aussi bien que nous ne sommes pas obligés de leur offrir des DVD gravés le lendemain de l'événement parce qu’ils nous ont fait l’honneur d’être filmés : c’est nous qui venons gratis - et donner de la visibilité. Et d'ailleurs graver un DVD c'est un job respectable : même quand un client veut un DVD c'est un service facturable et voici donc comment nous avons en toute transparence résolu ce problème sur cette web-tv. Tout le monde peut quoiqu'il en soit récupérer gratuitement un lecteur embarqué depuis techtoc.tv pour visualiser n'importe quelle vidéo et la mettre dans son site, mais l’acte d’amour consistant à nous remercier en téléchargeant son fichier source ou en commandant sa copie DVD est, comme tous les actes d’amour, absolument facultatif : il sera néanmoins reçu comme une manière réglo de dire « merci ».
    Et qui plus est, le tarif est parfaitement réglo lui aussi.
    Si à l'arrivée on en vend deux, ce qui est certes rare, on aura couvert les frais de déplacement et c'est normal.
    J'ai eu vent de quelques bouffons qui se sentaient choqués qu'on puisse "faire de l'argent sur leur dos", et j'ai encore un fantasme nocturne qui revient dans mes rêves : je leur mets des claques avec un DVD dans chaque main. Ceux-là, je les offrais en effet.
    Le marché français, pour moi qui ai vécu et travaillé plusieurs longues années entre Londres et les US, est fatiguant en ce qu'il y a une proportion non négligeable de professionnels qui ont encore un problème dramatique, puéril, et très jaloux dans leur rapport à l'argent. Mais c'est l'objet d'un autre débat (nous le filmerons sans aucun doute gratuitement, celui-là, vous pouvez y aller).

     
  8. Que les organisateurs aient tout de même la gentillesse de nous créditer parmi les partenaires gold premium infinite élite n'est pas indispensable, mais pèse évidemment dans la balance (au moins comme partenaire media visible sur leur site).
 
Sur techtoc.tv les plateaux "TOCShows" sont financés par nos soins et par les ressources de nos partenaires :
Ce contenu est au coeur de techtoc.tv et sera toujours gratuit pour tous.
 
Sur les "e-conférences", c'est un autre contexte : certaines captations sont donc offertes (surtout si elles sont pertinentes avec l'actu et les problématiques de fond de l'écosystème), d'autres sont tout simplement des prestations payantes (relire ci-dessus) : mais il y a une troisième voie.
 
Elle consiste, si les conférenciers estiment que le contenu a une forte valeur ajoutée mais qu'ils ne souhaitent pas en financer la captation, à vendre un accès à ladite e-conférence en pay-per-view. C'est déjà totalement banalisé dans les pays anglo-saxons, et pour nous c'est facile à activer : le modèle reste la gratuité à la captation, et le partage du revenu à l'arrivée en mode 50-50. Etudiez cette possibilité si vous pensez qu'elle est viable et justifiée. Les conditions de pertinence ci-dessus restent néanmoins entièrement valables.
 
Voici encore d'autres pistes que nous avons parfois su actionner :
 
- trouver un sponsor pour le financement de la captation ;
- l'établissement d'un tarif variable en fonction des niveaux d'audience.
 
Tout est ouvert. Vous le savez, nos modèles sont en constante gestation et nous ne nous en cachons pas.

Il faut juste discuter sans complexe de ces réalités et opportunités et nous contribuerons activement à l'évangélisation autour de l'écosystème numérique en composant adroitement sur les bons dispositifs "win-win".
 

 

Delicious Digg Facebook Fark MySpace
Archive
Categories