Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Capital risque, une crise à hauts risques ? La crise aura trois conséquences. Plusieurs équipes de capital risque vont être contraintes de mettre la clé sous la porte en 2009 face à l'impossibilité de lever des capitaux, estime Bernard Maître, président du directoire de la Société de Capital Risque Emertec. Par ailleurs, le système est englué car les sorties sont actuellement difficiles... En outre, les sociétés vont devoir faire face à des difficultés au sein de leur portefeuille de participations. Bon, alors, dans tout cela, qu'est-ce que nos 3 contributeurs pourront nous apprendre de concret et d'utile ? - Vous verrez, des informations et des solutions concrètes, instructives, parfois même paradoxales pour tous les entrepreneurs en quête de vraies pistes pragmatiques pour trouver leur chemin dans cette tourmente et en comprendre les enjeux.
You can navigate through the video thanks to the interactive summary:
Here's my feedback:
I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : studio webcastory
Webcast
notes
Retranscript
Speakers (4)
AUDIENCE
 
 
If I sponsored this subject?
Follow us on Twitter
Follow us on Facebook
Format : Conference
 
Speakers :
Yann Gourvennec, Orange
je suis un intrapreneur du web depuis 15 ans - mon site s...
Alexandre Lachaut, CapGemini Consulting
Alexandre Lachaut, Consultant CapGemini Consulting Techno...
Gilles Misrahi, Chargé du développement, du positionnement ...
Conception d'offres de services innovants, développement ...
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...

Capital risque, une crise à hauts risques ?

La crise aura trois conséquences. Plusieurs équipes de capital risque vont être contraintes de mettre la clé sous la porte en 2009 face à l'impossibilité de lever des capitaux, estime Bernard Maître, président du directoire de la Société de Capital Risque Emertec.
Par ailleurs, le système est englué car les sorties sont actuellement difficiles...

En outre, les sociétés vont devoir faire face à des difficultés au sein de leur portefeuille de participations.

Bon, alors, dans tout cela, qu'est-ce que nos 3 contributeurs pourront nous apprendre de concret et d'utile ? - Vous verrez, des informations et des solutions concrètes, instructives, parfois même paradoxales pour tous les entrepreneurs en quête de vraies pistes pragmatiques pour trouver leur chemin dans cette tourmente et en comprendre les enjeux.

Related expertises: 

La prise de conscience est là, mais dans quelle mesure est-elle justifiée ou sur-dramatisée ?

Les start-up et les projets innovants sont-ils condamnés à l'attentisme ?

L'objectif de ce plateau, le premier d'une série, sera de lancer la réflexion, créer des opportunités et si possible remuer un peu les certitudes et incertitudes du moment, sans recul ni d'autre prétention (ni d'autre vraie récompense devrais-je dire) que de provoquer l'optimisme de la volonté... combiné au nécessaire pessimisme de la raison... Euh, dois-je avouer qu'il s'agit là d'une citation passée dans le domaine public initialement attribuée à un célèbre communiste ? Et pourtant, c'est une devise que beaucoup d'entrepreneurs en quête de capital appliquent au quotidien.

Mais revenons à nos moutons : Capital risque, une crise à hauts risques ?

La crise n'épargne personne. Les VC n'y échappent pas. Un chiffre en témoigne : les levées de fonds ont baissé de 60% au 4e trimestre 2008. Sans parler des investisseurs institutionnels qui ont retiré leurs fonds, préférant récupérer maintenant ce qui peut être encore sauvé de leur mise de départ.

 

Une situation exceptionnelle qui appelle de nombreuses questions :

  • le coup de tabac est-il derrière nous ?
  • Les investisseurs sont-ils toujours aussi frileux ou leurs ambitions reviennent-elles au galop ?
  • Le point bas du credit-crunch est-il passé ?

Sur ce plateau je suis très bien  entouré et je vous avour avoir eu du plaisir à recevoir ces personnes que je ne connaissais guère jusqu'ici :

  • Alain Rodermann qui est non seulement un transfuge de SofiNova mais lui-même un véritable entrepreneur (écoutez, vous verrez c'est édifiant et instructif tout ce qu'il a à nous apprendre sur sa nouvelle aventure au sein de sa création : ARENATIS - Capital Partners);
  • Michael Azencot, expert en fusion acquisition au sein de la Financière Cambon,
  • et le très amical et apprécié contributeur parmi ceux de la première heure, Franck-David Colin : je vous interdis de penser que le flatte parce que c'est déjà un bon pote : mais voilà aussi un entrepreneur particulièrement compétent et bien ciblé pour se prononcer sur le sujet, son site, faisonsaffaire.com, a déjà reçu en moins d'un an d'existence plus de 2600 projets d'entrepreneurs qui ont pu être relayés à l'attention de business angels et autres VC. Ecoutez-le bien : son projet a beau avoir déjà été fantasmé par tant d'autres, il est mine de rien le premier à en avoir fait une réalité tangible et utile (et à savoir en vivre !).

 

Pour le reste : je vous invite ardemment à poser ici vos questions et à solliciter ces professionnels de haut vol pour que nous puissions poursuivre le débat - un débat fondamental par les temps qui courent.

Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Frédéric BASCUNANA: Alors voici : nous allions organiser ce premier plateau mais on nous a proposé sur ce même sujet de filmer une conférence AFDEL (Association Française des Editeurs de Logiciels) le 9 avril : http://www.afdel.fr/evenement_09_avril_prog.asp j'ai commencé à réunir des contacts pour enchaîner sur nos propres plateaux (toute une série en cours de préparation) - mais je voulais que cette première table ronde en soi si possible le point de départ !Désolé donc d'avoir dû déplacer ce premier tournage du 18 : mais c'est pour la bonne cause !venez d'ailleurs vous joindre à cet événement AFDEL qui sera très instructif de toute évidence !  Comment from Frédéric BASCUNANA: je tenais juste à dire que j'ai littéralement bu les paroles de Jacques-Antoine Granjon, le fondateur de Vente-privee.com qui donne à sa manière inimitable d'excellents conseils lui aussi sur la conception d'un business plan dans l'interview fleuve très bien menée que je viens de trouver sur le site de notre ami Frank-David Colin : http://www.faisonsaffaire.com/infos/faisonsaffaire-news/10137-6566-interview-de-jacques-antoine-granjon-fondateur-de-vente-privee-com.asp Comment from Frédéric BASCUNANA: Au fait, j'ai bien compris grâce à Frank-David que les VC arrivaient plutôt dans un second temps dans l'entreprise une fois opérée la phase "proof of concept" : y a-t-il maintenant des volontaires pour parler des problématiques d'amorçage sur un prochain plateau ? les business anglels ont-ils encore plus de mal que les VC à prendre des positions actuellement, et les entrepreneurs à les trouver ? Là aussi, bonnes pratiques, bonnes idées, vos contributions et partages d'expertises sont les très, très bienvenues ! Comment from Dominique Rabeuf: ExcellentSans les trois précédents commentaires la file serait vide. Le sujet n'a pas fait recette de réactions. J'ai remarqué avant tout l'évocation de la nouvelle phase (2002), le changement des règles de cotation et d'introduction en bourse a changé entre 2000 et 2003. Les gags de 1998 à 2001 ont secoué du monde. Les VCs semblaient revenir aux USA en 2006, beaucoup se sont effondrés. Les nouvelles règles ont débarbouillé une facette non vertueuse des finances, mais n'ont pas éviter la fameuse crise financière d'aujourd'hui. Chassez un voyou de votre quartier, le lendemain vous aurez droit à une émeute.Nous sommes tous des VCFace au projet de grand emprunt il va falloir être vigilant. J'espère que le réseau VC France face au grand emprunt va se formaliser et perdurer. Je ne vais pas le faire à moi tout seul. Le chahut va être totalNous avons tous besoin des VCQui n'a jamais emprunté, qui n'a jamais rêvé d'emprunter des sommes fantastiques. On ne peut attirer des VC seul. Un réseau peut le faire, mais il faut laisser de coté l'angélisme et les tendances hors business sérieux. N'est ce pas Nathalie ?Ne pas faire confiance à l'État, aller plus vite que luiSi de l'argent est disponible il faut s'en servir avant que l'État ne procède à son prélèvement pour ensuite le gaspiller. Nous avons une petite longueur d'avance.