Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Dernier épisode sur le thème des liens coupables entre business et "philosophie du 2.0"
You can navigate through the video thanks to the interactive summary:
Here's my feedback:
I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Webcast
notes
Speakers (5)
AUDIENCE
 
 
If I sponsored this subject?
Follow us on Twitter
Follow us on Facebook
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Vincent Berthelot, Conseil Web social

B-R-ent

Cl...
Conseiller web social
Thierry Cappe De Baillon, Transitive Society
Co-fondateur d'une société de conseil accompagnant les en...
Fabrice Epelboin, Webcastory, ReadWriteWeb France, Owni
Webcastory, ReadWriteWeb France, Owni
Emmanuel GADENNE, Internet Manager @ Sopra Consulting
Manager Internet chez Sopra Consulting
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...
Dernier épisode sur le thème des liens coupables entre business et "philosophie du 2.0"

Un Frédéric en pleine forme qui s’amuse à recentrer le débat et permet de rentrer dans le vif du sujet avec des échanges qui s’appuient sur le retard des syndicats et des partis politiques dans le bon usage du 2.0 et la compréhension de sa philosophie.
Cela nous vaut de beaux échanges qui nous amènent de l’origine philosophique du 2.0, est –elle d’inspiration socialiste ou bien libérale, à la difficulté du PS comme de l’UMP à en assumer l’aspect de dialogue ouvert sans hiérarchie.
Au travers de ces exemples on ne peut que penser à la similarité des problèmes rencontrés par la direction des entreprises ou des syndicats à introduire de tels outils dans leur mode de fonctionnement plus que centenaire et entièrement basé sur un système pyramidal et de contrôle.

L’éthique dont on parle n’est pas celle d’une croyance un peu niaise dans un web 2.0 qui serait pur loin de toute contingence économique et de la souillure de l’argent et du capitalisme mais une capacité à se donner des règles du jeu partagée et fondée sur le partage de certaines valeurs.
Cependant les usages générés par ces outils, de la presse people, à l’enregistrement de nos données en passant par les applications risquées de Google montre que  cette éthique sera certainement utile au niveau des grands acteurs économique mais devra aussi s’appuyer sur une éthique, morale plus individuelle et certainement pas élitiste.

Ainsi la boucle est bouclée, ce sont les militants des partis politiques des syndicats qui permettrons que leur organisation évolue et adapte son fonctionnement sur celui de la transparence minimale, de la prise en compte de la valeur ajoutée de chacun quel que soit son niveau hiérarchique et surtout de la fin d’une peur à ne plus tout contrôler pour pouvoir enfin innover.

Cette série de débats nous ramène directement à la conduite du changement nécessaire dans les entreprises, au sens profond porté par l’introduction de ces outils et au risque de vouloir les détourner dans une application à sens unique qui ne profiterait qu’à un acteur.

Il est souvent préférable de rester avec un alignement entre outils et stratégie 1.0 que de vouloir mélanger les deux car les effets engendrés risquent de ne pas être ceux escomptés !

Article
http://www.wired.com/culture/culturereviews/magazine/17-06/nep_newsocialism (Senior maverick Kevin Kelly)
 

Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Frédéric BASCUNANA: C'est drôle parce que ce plateau me laisse sur ma faim alors qu'il est riche et foisonnant : c'est que, me semble-t-il, nous avons abordé le coeur des réflexions que les professionnels du web se doivent de mener en profondeur. De ce type de questionnement, découlent tous les autres ou presque (dans cet écosystème).Je pense que nous devons approfondir cette réflexion et essayer de la structurer sous forme de plateaux récurrents et suivis - merci soit dit en passant à Vincent d'avoir eu cette idée simple et géniale qui a vraiment motivé les autres contributeurs et nos lecteurs dont les premières réactions, lorsque le plateau était en préparation, furent nombreuses et stimulantes. Il faut donc vraiment poursuivre - et typiquement ici, il nous manque pour témoins des "businessmen" du 2.0, des entrepreneurs ayant intégré dans leur ADN, et ce dès la gestation de leurs entreprises ou projets, les éléments fondateurs et structurants du 2.0 - pour voir comment ceux-ci peuvent être combinés avec la réussite d'un projet basé sur les notions centrales - que rappellent bien nos intervenants sur ce plateau de : transparence, collaboration, horizontalité des décisions, liberté de proposition de toutes les parties prenantes etc.   Comment from Chatry Eric: Super intéressant, c'est vraiment très bien ce que vous faites :) Quand j'étais à l'Essec il y a fort fort longtemps, je me souviens avoir étudié dans un cours des organisations le cas de la fédération anarchiste...pour me rendre compte qu'il y avait aussi bcp de rapports de pouvoirs et de verticalité...Mon expérience d'entrepreneur social et mon envie de créer "Reconnect" (www.reconnect.fr) vient aussi d'une révolte presque égale entre la détresse sociale des personnes en précarité (et la possibilité d'y remédier un peu via l'utilisation "intelligente" des technologies) et la "détresse" des acteurs, travailleurs sociaux, bénévoles...qui pour bcp explosent ou se démobilisent au fil des années en raison des manques de moyens, de ressources, d'outil, du sentiment d'inefficacité de leur action, du cloisonnement, de la verticalité,... un certain nombre de travailleurs sociaux sont de facto au fil des ans dans des logiques de transaction plus que de relation, d'administration plus que d'écoute, de distanciation plus que d'engagement, de protection plus que d'ouverture, de cloisonnement plus que de collaboration, etc..pour bcp, les raisons pour lesquelles ils sont devenus travailleurs social et se sont engagés dans l'accompagnement des plus fragiles ou sur des causes délicates, finissent par être très éloignées de leur réalité quotidienne. Le bénévolat aussi est en forte crise, et terriblement restreint aux "femmes dont le mari travaille" et aux jeunes retraités...en obligeant le grand public à choisir entre le "saint bénévole" et le don en argent "aux professionnels qui savent", parce que notamment nous n'avons pas encore inventé d'autres odes d'engagement, nous nous coupons aussi d'un potentiel majeur de ressources compétences, sincères, utiles, Tout cela pour dire que la technologie et le web 2.0 et sa "philosophie" (en tout cas son emploi intelligent) a un potentiel majeur pour réinventer également l'action sociale...sur les mêmes modes que l'action politique, le business, le syndicalisme ou autre....mais avec une finalité peut être encore plus forte...reste à savoir comment inventer ces ponts entre technologie/web 2.0 et innovation social/sociétal..2 mondes qui ne s'opposent sur le fond en rien (quelqu'un m'a dit récemment "la technologie est socialiste"...et rajoute dans cette vidéo .."et libérale"..)..il a bien raison.... en fait eu de gens à mon avis ne se retrouveraient pas sur des logiques où l'humain est au coeur de tout, la technologie et les outils un levier majeur pour inventer des modèles de vivre ensemble dans la Cité, de travailler dans l'entreprise, des modèles hybrides, pragmatiques qui maximisent l'impact en terme de résolution des vrais besoins personnels, des vrais problèmes sociaux/sociétaux (qu'il serait pas mal pour commencer à faire émerger clairement du terrain) tout en minimisant les ressources employées (humaines, financières, écologiques etc..) pour cela....c'est ce rapport max/min , appliqué aux "vrais sujets" qui compte...et où la technologie peut vraiment contribuer en "relai"/levier/outil d'efficience, d'efficacité, d'innovation, etc.. tout le reste est un peu une perte de temps à mon avis. Le projet "technologie et innovation sociale" ou Reconnect, vont dans ce sens en tout cas (voir slideshare/ericchatry/technologie & innovation sociale) Je pense qu'il y a un vrai sujet aussi la dessus