Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Posted: 21.9.2010 - 1 comment(s) [ Comment ] - 0 trackback(s) [ Trackback ]
Category: RH 2.0

 En rédigeant une note pour TechtocTV sur le télétravail, ce terme de « pervasive worker » m’est apparu comme une révélation. Pervasif : emprunté à l’anglais, dérivé du latin pervasus qui est le participe passé de pervadere, « aller de toute part, s'insinuer, se propager, se pénétrer dans, s'étendre, imprégner, se répandre, faire répandre, envahir » (source Wikipedia). La première fois que j’ai entendu ce terme, c’était il y a plus de 10 ans à propos du « pervasive computing », où la faculté grâce aux technologies réseaux d’accéder et de disséminer l’information en tout lieu, partant d’être présent de la même façon, d’où le terme d’ « ubiquitous computing ». La source est sans doute le MIT ou IBM.  

Community manager : pervasive worker par excellence

Chacun le constate, l’économie de l’immatériel prend le pas sur l’économie liée au produit manufacturé. En France, la part de l’industrie de ces derniers ne représente plus que 14% du PIB et ce chiffre décroît chaque année. A cette économie s’est substituée peu à peu celle de l’intangible, liée à l’innovation et aux services. Une économie en croissance exponentielle car couplée à celle du développement du numérique. Pour illustrer l’intangible dans cette économie quel meilleur exemple que le « community manager ». Ce gestionnaire de communauté, couteau suisse de la relation client, est le « pervasive worker » par excellence. Présent en tout lieu du réseau, sa création de valeur repose sur sa capacité à tisser du lien. Une valeur encore difficile à estimer en ROI, une valeur intangible pour l’entreprise, mais nécessaire à sa communication.

Pour l’entreprise, ce créateur de liens peut de plus travailler de n’importe où.  Ses multiples possibilité d’accès au réseau rendent caduque une obligation de présence dans l’entreprise. Etre partout lui permet de n’être nulle part sinon en expansion sur le réseau.

L’exemple du community manager, ses modalités de travail, préfigure-t-il celui du travailleur du futur proche ? On pourrait le penser. L’irruption de « l’entreprise 2.0 », autre mot pour évoquer la création de valeur reposant sur le travail intellectuel issu d’un travail collaboratif, instancie doucement cette nouvelle modalité de travail, ou ce n’est plus tant le lieu qui est important que la création et maintien du lien. Le télétravail, la téléprésence, l’intranet 2.0 et autres artefacts techniques augurent de cette distanciation physique du travailleur d’avec son entreprise. L’entreprise est sur le réseau, le réseau est l’entreprise : elle devient virtuelle au sens premier du mot.

Créer des télécentres pour juxatposer  des forces de productions solitaires dans des « cubicle » répond peut-être au double besoin grégaire de l’homme, et au souci d’économie d’échelles dans les infrastructures physiques et un souci de contraintes légales pour l’entreprise employeuse. Au souci aussi pour tout un chacun d’être répéré à l’heure de la dislocation topographique. Comment interpréter autrement cette volonté farouche de s’auto-géolocaliser en s’autoproclamant maire d’une boulangerie dont tout le monde se fout via Foursquare ou signaler ses lieux et rencontres (tout aussi peu intéressant pour l’autre) via twitter. L’égo-géolocalisation est le dernier rempart du réel du pervasive worker, navigateur au port d'attache incertain.

Mais la difficulté à assumer cette « ubiquité réticulaire » durera encore des années ?

Dans l'hypothèse affirmative, quelle réponse apporter à ce nouveau modèle ?

 

 

 

Delicious Digg Facebook Fark MySpace
Archive
Categories