Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Posted: 25.2.2010 - 4 comment(s) [ Comment ] - 0 trackback(s) [ Trackback ]
Category: Show subjects

Bonjour,

Le web est à un carrefour de son évolution et nous êtres-humains tout autant.

Parvenu à ce stade notre capacité à comprendre ce qui constitue le moteur du web va nous permettre d’une part d’entrer sereinement dans sa nouvelle étape évolutive en cours d’installation et d’autre part de faire du web en général un outil capable de relever les défis de son temps.
 
Je vous propose d’aborder ici le web sous un angle rarement évoqué mais essentiel cependant, celui de l’humain.

N'hésitez pas à enrichir cette vision de vos commentaires en fin d'article. Sachez également que ce thème va faire l'objet d'un plateau très prochainement sur TechTocTv.



Les étapes du web vues sous un angle humain


Depuis son apparition le web évolue par étapes. Il y a eu le temps où les sites web étaient roi, puis ce fut au tour des blogs et plus récemment des réseaux sociaux.

A un moment donné nous partageons collectivement un même usage du web jusqu'à ce que nous progressions vers un nouveau qui nous convient encore mieux que le précédent.

Ces étapes ne sont pas le fait du web lui-même mais de ceux qui l'utilisent, nous tous la communauté des humains.

Nous reproduisons sur le web les mêmes étapes que nous avons l'habitude de suivre lorsqu'une opportunité nous est offerte d'aller à la rencontre de nos semblables et de nouer des liens avec eux.
 
Que faisons lorsque par exemple à l'occasion d'une soirée à laquelle nous sommes invités nous sommes entourés de personnes que nous ne connaissons pas ?
 
Nous commençons par nous observer les uns les autres et nous entamons les présentations. Nous revenons vers ceux que nous pensons reconnaître ou qui nous ont séduit et nous entamons la conversation. La conversation prenant une tournure agréable parfois nous nous écartons un peu du groupe pour la poursuivre plus tranquillement et plus librement aussi. Dans tous les cas quand la soirée se termine nous convenons de nous revoir par exemple le week-end prochain à l'occasion d'un dîner ou d'une sortie. Chacun repars de son côté en nourrissant le souhait de s'être fait de nouveaux amis. Si lors de ces retrouvailles la convivialité est plus que jamais au rendez-vous alors c'est que nous assistons sans doute à la naissance d'une nouvelle amitié où l'on va pouvoir partager davantage, en tout lieu et en toutes circonstances.

Sur le web nous franchissons ces mêmes étapes. Après nous être observés nous avons créé notre site web pour nous affirmer et pour séduire (pages perso et sites web vitrine d'entreprise). Les tentatives pour s'ouvrir aux autres étaient alors relativement timides (email, formulaire de contact, forum). Puis nous avons brisé la glace. Nous avons démarrer la conversation au moyen d'un blog. Nous avons ensuite invité les individus avec qui la conversation était devenue agréable, à la poursuivre sur un mode plus convivial encore au sein d'un réseau social où l'on s'y déclare ami en espérant que cette amitié ne reste pas à l'état de potentialité mais se concrétise en un authentique échange que l'on voudra maintenir à tout moment et en toutes circonstances.

 
Etape 1 : on observe, on séduit et on s'affirme, le temps des présentations

Etape 2 : on se rapproche et on entame la conversation, le temps de la découverte

Etape 3 : on s'apprécie et on se donne des occasions de se revoir pour poursuivre la conversation, le temps des déclarations
 

Ce qui nous donne pour le web :

Etape 1 : site web

Etape 2 : blog

Etape 3 : réseau social
 

Dès lors que ces 3 étapes ont été franchies la voie est ouverte pour qu'un lien authentique et durable s'établisse au sein duquel nous allons pouvoir partager à tout moment et en toutes circonstances. Néanmoins une étape intermédiaire pourrait s'avérer nécessaire et s'intercaler avant celle-ci. A ce stade en effet où il devient évident pour chacun qu'une amitié est en train de naître nous pouvons être sensibles à ce que des preuves tangibles, des faits et des gestes viennent conforter nos sentiments. C'est une étape critique, celle de la concrétisation.


Les différents stades de développement que franchit le web sont d'abord le fait d'une avancée de la conscience humaine avant d'être celui d'une avancée technologique. L'humain tire le web. Les technologies suivent. le web est un instrument de développement de la conscience collective  ou plutôt son support, nos penchants individuels y prennent une dimension collective

Pour savoir où va le web intéressons-nous à l'humain. Apprenons à observer et connaître notre nature humaine. L'humain est le moteur du web ... et son avenir aussi.

Voyons maintenant comment les différentes étapes que franchit le web ne sont pas à confondre avec la destination à laquelle le web est susceptible de nous emmener.

Parvenir à établir un lien permanent avec ses amis et en toutes circonstances est déjà en soi une belle conquête mais cela n'est certainement qu'une étape vers un accomplissement plus grand.

 
 
Le web est un escalier


L'évolution du web procède d'une maturation. Même si les réseaux sociaux nous offrent un niveau de convivialité bien supérieur à celui des traditionnels sites web, nous avons préféré dans les premiers temps du web contribuer au plein essor de ces derniers. Nous n'étions pas prêts à vivre sur le web le niveau de convivialité présupposé par les réseaux sociaux.

Nous avons eu besoin de passer par des étapes successives et dans ce cheminement chaque étape atteinte nous a préparé à la suivante. Il en est de même lorsque nous gravissons un escalier. Chaque marche prépare la suivante et nous emmène progressivement vers l'étage supérieur.
 
Nous savons déjà depuis le milieu des années 90 c'est-à-dire depuis les débuts du web auprès du grand public que cet étage supérieur est ou a de grandes chances d’être celui de l’intelligence collective. Le web peut nous aider à actualiser ce potentiel. Depuis cette époque nous nous familiarisons avec cette idée et la touchons du doigt. C’est la belle promesse du web et nous sommes partis à sa conquête. Le web est un territoire vierge que nous tentons de conquérir avec la promesse d’un el dorado qui est l’intelligence collective.

Le web n’est pas notre destination, il est un support, une matière première, dont nous nous servons pour atteindre l’étage supérieur. Aussi ne nous arrêtons pas à chaque marche en  nous demandant s’il y en aura une prochaine car oui il y en aura d’autres et si nous en sommes à la 2eme ou 3eme, on peut sans doute s’attendre à ce qu’il y en ai encore 2 ou 3 fois plus derrière à franchir pour que nous puissions véritablement penser avoir fait du web une des plus belles conquête de l’homme. Et cela parce qu’il aura été utilisé à son avancement. Tant que nous n’avons pas atteint la dernière marche nous ne pouvons espérer nous amuser à l’étage supérieur. Il est stérile en outre de vouloir rester sur une marche. Personne n’a normalement l’intention de passer sa journée debout sur une marche à attendre. Tout au plus rester sur une marche nous offrira un meilleur point de vue sur l’étage supérieur par rapport au sol que l’on vient de quitter mais pas plus.
 
Le web est un escalier. Le web est un escalier dont on connaît la destination mais pas le nombre de marche. Le web est un escalier et donc on y va en s’attendant à y gravir des marches comme on gravit des étapes.

Les marches sont des points d’appui. Elles ne servent pas à marquer un temps d’arrêt mais à repartir de plus belle.

Nous sommes en mouvement dans un escalier. Nous n’avons pas les 2 pieds sur une même marche. A peine avons-nous posé le pied sur la première marche que nous sommes déjà en direction de la deuxième voire de la troisième. Il en est de même pour le web ; nous ne sommes jamais dans l’un ou dans l’autre totalement, nous sommes toujours dans un entre deux web. Quand nous posons un pied dans un web nous nous préparons déjà à poser le second dans un autre. Le pied posé sur la première marche, celle du site web nous pourrons choisir la 2eme marche, celle du blog, ou la 3eme marche, celle du réseau social. Plus téméraires certains chercheront à atteindre la 4eme marche en créant de facto une communauté.
 

Etape 0 : Connecté à l’internet

Etape 1 : Internaute

Etape 2 : Blogueur

Etape 3 : Membre de réseau social

Etape 4 : Créateur d’une communauté

 
Gravir 2 ou 3 marches d’un seul coup réclame un effort supplémentaire. Il faut bien anticiper son mouvement et avoir un excellent point d’appui sans quoi nous risquons de perdre l’équilibre et d’en payer les conséquences en revenant sur les marches précédentes.

Et d’ailleurs si nous nous sentons instable sur une marche c’est peut être le signe que nous sommes allés un peu vite pour franchir les marches précédentes.

Par exemple si notre présence sur les réseaux sociaux est inconfortable c’est peut être que nous sommes allés trop vite quand il s’agissait d’entrer en conversation avec les internautes au moyen d'un blog. La montée idéale restera toujours celle qui se fait marche par marche d’un pas assuré et égal.

Si malgré tout nous souhaitons atteindre la troisième ou la quatrième marche en une seule fois et sans encombre nous devons garder à l’esprit qu’elles n’existent que par la présence des précédentes marches : si nous nous investissons dans les réseaux sociaux et créons une communauté cela ne nous dispense pas d’ouvrir un blog. Bien sûr ce n’est pas le blog en soi qui compte mais la nature des conversations que l’on y trouve.

Notre blog pourra toujours être incorporé à votre réseau social mais alors nous devrons tenir du jour au lendemain 2 modes de conversation simultanément l’un correspondant au blog sur le ton la transparence et l’autre correspondant au réseau social sur un mode plus « amical ».

Ensuite si vous décidez de sauter des marches encore faut-il que vous sachiez où vous allez. Au cours de votre journée non plus vous ne gravissez pas des marches de votre escalier sans raison et toujours pas plus pour y rester le restant de votre journée. Vous franchissez les marches avec pour but d’atteindre l’étage supérieur parce que quelque chose vous motive à vous y rendre. Si vous êtes de ceux qui avez gravi 2 marches d’un coup vous n’êtes pas plus avancé que celui qui n’en a franchit qu’une seule et qui ne sait pas ce qu’il fait là. Vous avez par contre dépensé une énergie supérieure aux autres pour la suite de votre parcours dans l’escalier.

 
 
 
La traversée des apparences


Toute prochaine marche pour être atteinte nécessite une avancée dans le vide. C'est un moment où l'on peut trébucher et retarder sa progression.

Il en est de même avec le web. Alors que nous sommes installés dans une de ses étapes nous pouvons éprouver des réticences à nous engager vers la prochaine. Ce passage d'un web à l'autre prend alors la forme d'une traversée des apparences.
 
Voici un aperçu des différentes apparences qu'il nous a fallu traverser à chaque grande transition du web depuis son essor auprès du grand publique en 1994 :

alors que nous obtenions notre première connexion à l'internet :
"les individus vont moins voyager et rester davantage chez eux au détriment de leurs relations sociales"
 
alors que les blogs et les sites dont le contenu est généré par les utilisateurs commençaient à pointer :
"les individus vont se perdre dans le jeu de leur égo"
 
alors que les réseaux sociaux attirent quotidiennement encore aujourd'hui des milliers de nouveaux membres :
"les individus risquent gros en dévoilant leurs données et pensées personnelles"

La prochaine traversée des apparences est déjà prévisible. Elle va survenir du fait que les données de tout bord vont se libérer et se lier entre elles et que nous allons utiliser le web de plus en plus en temps réel. Son leitmotive devrait être : "les individus n'éprouvent aucun intérêt à accéder à autant de données et ne pourront de toute façon pas les digérer pour eux-mêmes"


 
 
La montée en transparence


Monter un escalier réclame de l'attention. Une fois posé le pied sur la première marche on abandonne toute tâche qui nous occupe pour se consacrer exclusivement à la montée.

Pour ce qui est du web plus nous franchissons ses différentes étapes, plus nous sommes en quête de transparence.

Au début du web nous ne partagions que très peu de chose aux yeux du reste de la communauté. Nous surfions de sites web en sites web en laissant parfois un commentaire sur l'un d'entre eux au moyen d'une nom d'emprunt, un pseudo. Aujourd'hui nous partageons qui nous sommes, ce que nous faisons, ce que nous aimons, ce que nous pensons. Et nous sommes bien entendu sensibles à ce que nos interlocuteurs se dévoilent eux aussi tel qu'ils sont. Le pseudo autrefois communément admis devient suspect. Cette tendance vers une plus grande transparence de qui nous sommes avait déjà été amorcée il y a une dizaine d'années par les "sites perso" puis elle s'est intensifiée avec les blogs et surtout les réseaux sociaux.

Notre progression vers l'étage supérieur nécessite que nous nous allégeons.

La bonne nouvelle c'est qu'en jouant ainsi le jeu de la transparence, nous parvenons sans effort à occuper une place inédite que personne d'autre ne peut revendiquer à son tour : la notre. La transparence conduit à une certaine forme de dépouillement qui finit elle-même par nous mettre ni plus ni moins face à nous-mêmes. Cela est possible aussi parce que le web ne connaît pas les limites du monde physique. Il flirte avec l'infini. Il y a potentiellement une place pour chaque idée, chaque sensibilité et chaque individu. Chacun peut y trouver son espace d'expression au moyen d'un blog ou encore par une présence sur les réseaux sociaux.

Nous ne savons pas avec certitude ce qu'est l'intelligence collective. On peut penser cependant qu'une intelligence collective digne de ce nom est sans doute ce stade où, occupant chacun une place qui nous est propre, nous nous entendrons pour réfléchir et agir de concert et sans effort dans une même direction. Personne ne perd inutilement son énergie à essayer d'imiter les autres ou à prendre leur place.

 

 
Une intelligence collective en perpétuelle éclosion


Pourquoi continuons-nous à investir notre énergie et notre temps dans le web ? Parce que chacune de ses nouvelles étapes est une occasion que nous nous offrons de nous relier d'une manière plus instantanée avec ceux qui partagent les mêmes centre d'intérêt que nous en nous affranchissant des contraintes du temps et de l'espace. Lorsque nous sommes reliés à d'autres partageant les mêmes sujets de prédilection, nous échangeons et confrontons nos idées. Parfois, il faut dire souvent même, nous créons un groupe informel pour continuer cet échange et attirer encore plus de passionnés qui pourront à leur tour apporter leurs contributions. Cela a commencé très tôt avec les babillards, les newsgroups et pour ce qui concerne le web en tant que tel, les "pages perso". Cela se poursuit aujourd'hui avec les réseaux sociaux où nous pouvons créer un groupe en quelques clics de souris.

C'est ainsi à chaque étape du web : nous avons toujours cherché à nous rapprocher de ceux qui partagent la même sensibilité afin de partager le fruit de notre réflexion. Nous avons fait le parie de l'intelligence collective dès le départ.

Même le web que nous considérons comme "marchand" répond à ce mouvement. Les sites web marchand se démarquent quand ils parviennent à nous offrir le plus grand choix d'articles certes, mais surtout la possibilité de les comparer entre eux et d'obtenir les avis de nos semblables. Ce n'est pas comme dans un supermarché où les produits sont poser les uns à côté des autres. C'est un modèle bien différent où les articles et ceux qui les achètent sont reliés les uns aux autres.

Le web reflète notre aspiration a plus d'intelligence collective. A chaque fois que le web s'actualise nous nous offrons une opportunité plus forte de progresser dans notre maîtrise de l'intelligence collective. Celle-ci peut être parfois encore assez simple, d'autres diraient sommaire, mais elles progressent et atteindra un jour ses lettres de noblesse.


 

Boris Perchat

http://www.borisperchat.com

 

Delicious Digg Facebook Fark MySpace
Archive
Categories