Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Posted: 28.9.2009 - 8 comment(s) [ Comment ] - 0 trackback(s) [ Trackback ]
Category: Show subjects

Le dos amoché par un faux mouvement (un coup de raquette de trop je crois), je me suis délecté ce dimanche en trouvant là une bonne excuse pour tester le surf depuis mon Iphone avec pour point de départ Twitterrific. A force de trop réfléchir au sujets qui touchent aux médias sociaux, j'avoue n'avoir plus, paradoxalement, l'œil neuf et désintéressé du simple internaute en goguette. Là, je l'avoue tout net, j'ai passé une chouette après-midi d'insouciance à vous lire tous, à cliquer sur les Twitts des uns et des autres, et à tout simplement me faire plaisir en laissant derrière moi, dans un seau humide, mon cerveau analytique. Qui plus est, le médecin m'a fait une bonne piqûre de morphine, j'étais particulièrement détendu et je réalise que c'est la première fois depuis belle lurette que je me balade sur les medias sociaux dans le simple but de passer un bon moment en complet spectateur. Alors sous influence, vous pensez bien que j'étais plutôt peace.

 

Là, je passe d'une alerte de geek à un buzz rigolo, d'une révélation sur Google à un pamphlet bien senti, etc. J'étais parti pour terminer le dernier Stephen King, un peu laborieux et décevant dois-je dire en passant, mais je suis resté collé sur mon minuscule écran et c'était vraiment gratifiant. Je me suis rappelé pourquoi nous faisions un excellent métier et la chance que nous avions de vivre de notre passion.

 

J'ai retrouvé mes titres de presse préférés et là, je tombe sur un article de Marianne2.fr qui m'interpelle :  "La pandémie de débatite nous guette". Article on ne peut mieux gaulé mais un brin donneur de leçon, qui m'amène à tapoter un commentaire à deux doigts depuis mon Iphone - un commentaire bien trop long pour ce terminal - mais je rappelle qu'étant plaqué au lit sur le ventre, j'étais condamné à faire preuve de patience.

 

Au lieu de paraphraser ce qui a été écrit de sympa autour de cet article, qui a donc suscité une très bonne conversation, je vous incite à le lire :

http://www.marianne2.fr/La-pandemie-de-debatite-nous-guette_a182195.html?com#comments 

 

...mais avant d'y aller, pour ceux qui ne l'auraient pas encore entrevu, je tenais à vous dire pourquoi je trouve important de partager cette lecture ici même : parce que c'est parfois, comme souvent dans ces medias sociaux, au détour d'une conversation anodine et dans le cœur de ses commentaires qu'on met le doigt sur quelque fulgurance.

 

En ce qui me concerne, voici l'idée qui m'a agité : étant abonné à Marianne, qui reste un des tout derniers bons bastions d'une presse satirique et indépendante en France, je me suis dit : "et si je faisais quelque chose de Bien ? - Je vais leur proposer notre studio et pour la beauté de la chose, donner tribune libre pendant 6 mois aux journalistes qui voudraient organiser des débats" : vous comprendrez pourquoi en lisant l'article il était vraiment si tentant de faire un tel geste (l'auteur du billet s'étant lancé dans une impitoyable diatribe sur ce qu'il estime être l'indigence des débats télévisés actuels, trop préformatés, prévisibles etc.). Ne pas le faire m'eût au contraire probablement laissé l'impression de n'être que trop mesquin : je ne pouvais pas ne pas transmettre cette proposition, comme si un petit engagement était ici impossible à refuser - quand bien même ma proposition fut-elle snobée. Il fallait essayer.

 

Mon point, et c'est ce que je voudrais partager avec vous, c'est que j'ai sincèrement, bien que maladroitement, voulu faire écho à la critique de l'auteur et lui tendre la perche pour qu'il trouve une solution pragmatique au problème qu'il soulève : puisque les débats mainstream à la télé c'est de la merde, que répondez-vous si je vous donne la possibilité d'en faire pendant 6 mois, autant que vous le voulez, gratuitement, dans un chouette studio TV - celui précisément que nous utilisons sans limite de temps ni censure pour nos débats de geeks TechTocquiens ?

 

Or voici le problème. Je suis perplexe. Car comme l'a très bien dit Vincent Berthelot dans les commentaires à ma suite (et après que je me sois fait attaquer pour suspicion de démarche publicitaire) : "...oui j'aimerais une réponse, construite, intelligente, drôle de votre journal et pas ce dédain mal placé de quelques commentateurs et encore plus vous voir sur un plateau nous expliquer dans un formidable paradoxe pourquoi les débats… c'est pas bien !"

 

Si vous nous suivez, j'imagine que c'est par curiosité ou pour nous encourager : j'ai souhaité partager ce petit épisode bloguesque pour connaître vos avis. Parce que cela nous mène à une réflexion sur le medium de demain. Dominique Rabeuf rappelle aussi dans son commentaire que "les personnes qui construisent le véritable Web du vingt et unième siècle ne sont pas journalistes pour la grande diffusion" : il n'a de cesse lui-même de tendre la perche pour qu'une légitimité puisse être explorée ici, en toute modestie, par les petits explorateurs que nous sommes. Emmanuel Gadenne m'a aussi fait plaisir en rappelant, remarque Ô combien salutaire face à l'hypocrite dénigrement de deux internautes inexplicablement amers face à mon petit plaisir d'offrir cette tribune (ah oui, c'était parce que bouhou, le vilain méchant capitaliste que je suis faisait un peu sa pub au passage), que la web-tv avait pour fondamentaux économiques un modèle quelque peu fragile… et qu'il lui fallait des financements qui avaient par exemple fait défaut à mobuzz.tv. Eh bien oui, c'est fragile, c'est dur, et nous faisons de notre côté des efforts scrupuleux pour assurer un développement à cette initiative.

 

Mais sans vous, elle ne trouvera guère d'écho.

 

C'est pourquoi je vous le demande : pensez-vous que nous aurions raison d'offrir une tribune aux journalistes de la presse écrite ? Seriez-vous prêt(e) à contribuer à diffuser cette information pour qu'enfin la presse la plus indépendante puisse laisser ses meilleurs journalistes prendre la parole loin des contraintes et des règles du show business usuel ?

 

Seriez-vous prêt(e) à nous aider à entretenir un "buzz" autour de cette offre ?

 

Je vais vous dire pourquoi le feedback m'intéresse. Parce que je suis fasciné. Je suis fasciné par la rapidité avec laquelle un projet un tout petit peu participatif et citoyen peut être parasité, voire noyé par les dénigrements par trop franchouillards qui vont parfois jusqu'à provoquer lassitude et découragement. Et parce que je suis aussi fasciné par la niaiserie des buzzs qui occupent le devant de la scène ces derniers jours. Je sais, je vais me faire traiter de gros con prétentieux : le raccourci facile habituel. Mais j'assume : des buzzs d'une niaiserie affligeante.

 

Et quand les gens demandent à ce qu'on ait des media "responsables", se doutent-ils qu'il y a en a parmi nous qui sont prêt à offrir les ressources qui permettront d'avancer dans cette direction ? Je suis encore fasciné parce que le journaliste de Marianne2.fr qui déplore la nullité des débats à la télé n'assume pas très courageusement ses propos : pour être pleinement cohérent, il ne fallait pas seulement qu'il se prépare de façon routinière aux critiques et autres trolls de passage sur son blog.

 

Il fallait aussi qu'il se prépare à savoir quoi dire à quiconque lui répondrait : "mais pas de problème, allez, venez, faisons ensemble la TV qui vous intéresse : je vous prête le matos, c'est gratuit, et je ne demande aucune contrepartie. Vous êtes libres !"

 

De quoi a-t-il peur : de sa propre liberté ?

Delicious Digg Facebook Fark MySpace
Archive
Categories