Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Usages, contenus et (cyber)culture du web social
Cloud, Entreprise collaborative et gouvernance
Big Data - Social CRM - Social Business
Éducation, Innovation socio-digitale et devt durable
Editeurs - écosystème et enjeux
Business modèles,
Entrepreneunariat, Financement
Mobile Business ou entreprise mobile ?
Libertés, devoirs et responsabilités numériques
Actus, tendances, trouvailles
À propos
de nous
Trois jeunes issus de la Génération Y nous livrent leurs réflexions sur l'impact des nouvelles technologies dans trois domaines: la solidarité, l'entreprise, les rapports aux autres.
Et toc, voici mon feedback :
Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




Webcast
notes
Retranscript
Intervenants (2)
AUDIENCE
 
 
Et si je sponsorisais ce sujet ?
Nous suivre sur Twitter
Nous suivre sur Facebook
Organisation par Olivier Maurel
Format : Reportage
 
Intervenants :
Olivier Maurel, www.danonecommunities.com
http://www.flickr.com/photos/olivier2point0/sets
Benjamin Chaminade, www.generationy20.com
expert international Franco-Australien specialisé en Tale...
Trois jeunes issus de la Génération Y nous livrent leurs réflexions sur l'impact des nouvelles technologies dans trois domaines: la solidarité, l'entreprise, les rapports aux autres.
Mots-clés :  generation y, digital natives
Expertises concernées : 

 

Les points de vue des intervenants dans le reportage:


-  Benjamin Cavailli (Croix Rouge) nous révèle  l'enjeu de solidarité que représentent ces nouvelles technologies au quotidien. Les liens  inter-générationnels, ou sociaux, prennent une nouvelle forme puisque les nouvelles technologies entrainent une capacité à toucher d'avantage de gens, mais aussi un risque d'exclusion pour les plus âgés, et les personnes en difficulté. Les jeunes de la génération Y doivent arriver à concilier ces contradictions.
- Benjamin Chaminade (www.generationy20.com) insiste sur le fait que ces nouvelles technologies ont eu un impact fort dans les relations au travail, au sein même de l'entreprise: plus d'ouverture, plus d'horizontalité. C'est un véritable forum permettant à chacun de s'exprimer librement, d'une manière égale quelque soit son age ou son expérience. Ces nouvelles technologies ont su "décoincer" la communication interne au travail.
- Olivier Maurel (Danone Communities) rappelle l'enjeu pour les individus issus de la génération Y,qui à travers les nouvelles technologies, vont modifier leurs rapports aux autres (collaborateurs, consommateurs , citoyens...). Plus de générosité, plus de lien social, moins de déchéance, moins d'exclusion . Tout cela " boosté" par la crise les obligeant à choisir  une nouvelle voie !

Solidarité, égalité au travail, responsabilité dans les choix de vie, sont donc les enjeux des jeunes de la génération y , à travers (et grâce) à ces nouvelles technologies. 
Partager le lien :
Sujets potentiellement connexes :
  • Commentaire de Frédéric POULET : Qui veut offrir quelques ordinateurs à la génération Y de l'Équipe de France de Football ?.... :-)On a déjà débattu autour de cette génération Y... en concluant qu'on ne pouvait pas segmenter de cette manière. (me semble t-il ?)Par ailleurs je vois tous les jours des générations X et W beaucoup plus connectées et éduquées (by the way) que la génération dite "Y". Commentaire de Julien Irondelle : Je trouve les termes de génération X ou génération Y obsolètes . Jamais dans l'histoire, des termes semblables ont été utilisés par les historiens ou les sociologues. C'est la génération 68 qui utilise volontiers ces termes, pour se rassurer d'un rôle qu'ils auraient assuré dans les années 60. Or les 68arts français sont des imposteurs, surtout les étudiants de 68. Ils ne ressemblent pas à leurs homologues américains, polonais ou tchèques, qui se sont battus contre la guerre et pour la liberté. Aux USA, ils risquaient la prison. En Pologne ils risquaient la torture et la mort.Quel est le terme qui peut symboliser la génération des enfants de 68, les ainés ("génération X"), les cadets ("génération Y") ?Je prends les paris : ce sera la Génération Internet, qui lancera des révolutions fécondes, elles, au niveau de la démocratie, de l'éducation et de la préservation de l'environnement.Pourquoi pas un reportage sur ces thèmes de la génération Internet ?@+ Commentaire de Vincent Berthelot : Frédéric et Julien voila du commentaire enfin non consensuel vers ce mythe des génies de la Gen Y.Ceci étant il y a pour moi les Digital native et les Migrant avec pas mal de différences quand aux usages, aux manières de travailler avec ces nouveaux outils.Maintenant pour en revenir à l'analogie football c'est aussi convaincant de généraliser le comportement de cette Gen Y que celui de l'équipe de France sur les jeunes de cités... Commentaire de Raphael Wintrebert : Dans notre façon de caractériser la "génération Y" je crois que nous avons encore un prisme trop techniciste, comme si le développement d'une technologie guidait complètement une "génération". Les moins de 20 ans sont au moins autant structurés par le contexte socioéconomique dans lequel ils ont été socialisé.Par ailleurs ces jeunes ont des compétences très variables quant à l'utilisation des TIC (ils ne forment aucunement, même sur cet aspect bien spécifique, un groupe homogène). Je renvoie à la très bonne étude de la Fondation Namur publiée il y a qq mois sur le sujet. http://www.mi-is.be/be_fr/05/digitale%20kloof/content/Les%20jeunes%20off-line%20et%20la%20fracture%20num%C3%A9rique.pdfRaphael Commentaire de Bruno Delpeuc'h : Les termes ont leur importance pour moi parce que je suis un puriste et ce terme de génération Y n'a aucun sens ! Il faut absolument cesser de l'employer et le remplacer par les *enfants de la cyberculture*.Tanguy nous avons eu l'occasion de nous rencontrer chez TTT et tu sais que j'apprécie ton approche donc ne prends pas ma critique/remarque ici comme une attaque.Mais je suis tombé tout gamin dedans et j'ai évolué, grandit grâce à la *cyberculture*. Alors si nous devons définir/nommer ma/notre/ta génération nous sommes la *génération cyberpunk*.Donc par pitié virez-moi ces termes qui ne signifient rien du tout.  Commentaire de Stanislas Jourdan : Ahah, et bien en tout cas ce reportage a le mérite de susciter la discussion ! :-)@Bruno : Pourrais-tu nous préciser ce que tu entends par "cyberpunk" ? Ce terme est peut être trop connoté pour moi.Finalement l'appellation "génération internet" que suggère Julien est peut être la plus simple & explicite !Sinon de manière général, toutes ces histoires de generation me font quand même bien rigoler quand je constate que certains de mes camarades de promo ne savent pas comment Google fait son blé (je suis en école de commerce sic !).Donc oui on est né un clavier dans les mains et les yeux rivés vers les écrans, mais non, cela ne veut pas dire que nous en comprenons tous les enjeux... Commentaire de Stanislas Jourdan : Je rebondis sur ta dernière phrase : pourquoi ne pas en faire un prochain plateau techtoc ? :-)Ce fil de discussion pourrait être le bon endroit pour trouver la bonne problématique :-)) Commentaire de Bruno Delpeuc'h : Salut Stanislas,Petit rappel historique à partir de Wikipedia version US : "Cyberculture is a wide social and cultural movement closely linked to advanced information science and information technology, their emergence, development and rise to social and cultural prominence between the 1960s and the 1990s. Cyberculture was influenced at its genesis by those early users of the internet, frequently including the architects of the original project. These individuals were often guided in their actions by the hacker ethic. While early cyberculture was based on a small cultural sample, and its ideals, the modern cyberculture is a much more diverse group of users and the ideals that they espouse."Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Cyberculture#OverviewLa *cyberculture* englobe des mouvements associés intellectuels et culturels, comme le *cyberpunk*. Plus d'infos sur Wikipedia US : http://en.wikipedia.org/wiki/Cyberpunk*génération Internet* oui et non pour les raisons que j'ai évoqué mais si *enfants de la cyberculture* ou *génération cyberpunk* sont trop underground ça ne me dérange pas que l'on emploie quelque chose de plus mainstream comme *génération Internet* et au moins ça parle à tout le monde. Ce plateau est très bien car il va me permettre de lancer la fameuse chaîne sur la *Cyberculture* que j'ai proposé à Fréd. ;)  Commentaire de André Loechel : Merci de m'avoir convié sur cette page! Pour ce qui est de la cyberculture, il est en effet urgent de prendre un peu de recul pour une vraie approche de ses racines proches ou souvent beaucoup plus lointaines et parfois oubliées. Et pour cela, d'en débattre vraiment...En ce qui concerne la génération Y de manière générale, c'est aussi celle du grand retour aux territoires, du traitement (enfin) décomplexé des références identitaires, n'hésitant pas notamment à considérer que l'intérêt pour un écosystème spécifique - celui de notre naissance - n'est aucunement exclusif de l'intérêt pour d'autres espaces et d'autres horizons, bien au contraire!