Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
On dit souvent que les salariés français ne sont pas prêts, que le frein culturel en France est trop fort : les télé-travailleurs français sont moins nombreux en proportion que ne le sont leurs homologues européens ou nord américains. Entre les managers qui suspectent leurs salariés de ne pas vraiment travailler, et les salariés, qui se demandent dans quel contrat le télétravail s'inscrira, s'ils seront assurés tout simplement, ou comment gérer le sentiment éventuel d'isolement. Et si le terme de télétravail désignait bien plus que le seul travail à distance ? Et s'il était en réalité, à tous égards, un mode de vie que l'on choisit ? Dès lors, c'est la notion de travail qu'il faut d'abord repenser...
You can navigate through the video thanks to the interactive summary:
Here's my feedback:
I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Webcast
notes
Speakers (4)
AUDIENCE
 
Subject proposed by Elise Nebout
Organization by Stanislas Jourdan
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Jean-Christophe Bonis, Dirigeant-Fondateur d'Oxymore Inc.

w...
Fondateur d'Oxymore Inc., cabinet spécialisé en ingénieri...
Michel Delannoy, bénévole ou consultant independant
Consultant en Haute Technologie- Vice Président de Senior...
Serge LE ROUX, L'Association Française du Télétravail et d...
Senior consultant en télétravail
Nicole Turbé-Suetens, Distance Expert
Conseil en management et nouvelles organisations du trava...
On dit souvent que les salariés français ne sont pas prêts, que le frein culturel en France est trop fort : les télé-travailleurs français sont moins nombreux en proportion que ne le sont leurs homologues européens ou nord américains. Entre les managers qui suspectent leurs salariés de ne pas vraiment travailler, et les salariés, qui se demandent dans quel contrat le télétravail s'inscrira, s'ils seront assurés tout simplement, ou comment gérer le sentiment éventuel d'isolement.

Et si le terme de télétravail désignait bien plus que le seul travail à distance ? Et s'il était en réalité, à tous égards, un mode de vie que l'on choisit ?

Dès lors, c'est la notion de travail qu'il faut d'abord repenser...

Le télétravail sonne désuet, on ne sait pas exactement pourquoi, mais ça n'emballe pas, ça éveille les suspicions, les craintes, le dénigrement, des manageurs comme des salariés.

Le terme "télétravail évoque le travail à domicile, beaucoup pratiqué au 19ème siècle. Les français se disent encore attachés à leur lieu de travail, les idées fusent dans les espaces communs, beaucoup admettent que leurs plus belles idées leur sont venues après des discussions avec collègues. Pourtant, être interrompu, avoir à faire 1h30 de transport par jour, tout cela sont autant de facteurs de stress. Stress au travail qui est dans l'air du temps, avec l'augmentation de l'absentéisme.

Plus qu'une question subsidiaire, la question du télé travail pose la question du rapport entre collectif et individualisme : pendant longtemps, le collectif à étouffé l'homme et les potentialités de chacun, société d'hommes dociles qui évoulaient de façon bureaucratique et linéaire, salariés infantilisés, institution scolaire qu'était le travail, puis est venu le temps où l'individu fut reconnu... jusqu'à oublier à quel point il a besoin de l'Autre?

Pourtant, le télétravail s'inscrit peut-être dans une révolution silencieuse, en cours, palpable dans de nombreux domaines, remis en cause par l'évolution des nouvelles technologies. Celle de vivre et de travailler autrement. 

Le télétravail est-il le signe d'une recherche active de nouveaux modes d'orgnaisation qui allient flexibilité et sécurité, réinventer le travail en réinventant ses formes, se dirigeant vers un monde "post-salarial", avec des travailleurs en demande de lien en même temps que d'autonomnie, en rendant plus souple, plus adapté aux rythmes de chacun, sans que la dimension collective ne soit oubliée?

 

>> Voir sur techtoc.tv : Faut-il encourager le télétravail ?

Topic brought to you by:
Loading...
Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from François HUMBERT: Ayant travaillé pendant 6 ans avec des américains (San Francisco) j'ai découvert une différence de mode de travail. Les Américains raisonnent sur le travail fournit et le résultat. En France on raisonne en temps de présence au bureau. Question : Vaut il mieux rester au bureau et faire des pauses café et en discussions ou plutôt être en télétravail et founir un résultat dans les temps ?En tant que patron d'entreprise je suis sidéré d'entendre de temps en temps "il est 18h et je dois partir". Au USA, on travaille comme on le souhaite du moment que le travail est fait. La France raisonne sur un temps de présence même si on ne travaille pas. Les américains raisonnent sur le résultat même si ils prennent du temps libre. Quelle est la meilleure méthode ? Résultat ou temps de présence ? Comment from Franck Merloz: Outre la conduite de mes propres projets (CVReady.com, TweetAWIne.com et Road2Fusion.com) j'interviens en tant que consultant indépendant auprès principalement de grands comptes.Or depuis 3/4 and je suis passé de 15-20% à, certains années, plus de 50% de mon temps à distance.Je viens par ailleurs de terminer une migration (montée de version) pour un client en 100% à distance sans avoir jamais rencontré le client!Je pense qu'aujourd'hui, surtout depuis le début de la crise, tous les décideurs, aussi bien de PME que de grands comptes sont prêt à beaucoup de concessions pour réduire les budgets et finalement les plus frileux ne sont pas forcément ceux qu'on croit!Et cela se prête d'autant plus aujourd'hui avec les outils à disposition (Haut-débit, web-conferences, etc...).Et je ne vous racontes pas les avantages en terme de qualité de vie... Seul bémol, habitant à la campagne, le lien social! En effet il est parfois difficile de rester une journée entière sans rencontrer personne, discuter, sortir du cadre de son travail... Pourtant un élément essentiel à l'épanouissement professionnel également.Cela reste tout de même "gérable". Tut comme la gestion du temps mais cela est toujours plus simple quand on est à son propre compte plutôt qu'en tant que salarié, ou l'on demande souvent une présence "horaire".A votre disposition pour ce débat très intéressant. Comment from Philippe Cazeneuve: J'exerce mon activité de consultant-formateur depuis mon domicile depuis 2002. Plutôt que d'exercer en profession libérale, en entreprise individuelle ou en tant que vacataire, j'ai choisi de recourir à la formule : Coopérative d'activités.Je suis ce qu'on appelle dans notre jargon interne, un "entrepreneur-salarié" et par ailleurs sociétaire de la SCOP et donc associé aux décisions dans le cadre du fonctionnement démocratique de la coopérative.Ce cadre juridique et les modes de rapport au travail et à son employeur qu'ils impliquent, me semblent particulièrement bien adapté pour servir de fondements à une activité en télétravail.Pour en savoir plus :- La coopérative d'activités Oxalis : http://www.oxalis-scop.org (basée en Savoie, elle dispose d'établissements dans 8 régions)- Le réseau nationale de coopératives d'activités COPéA : http:/www.copea.fr- "Salariés sans patrons", un livre de Béatrice Poncin, co-fondatrice d'Oxalis, qui retrace la naissance et l'aventure de cette entreprise atypique.http://www.atheles.org/editionsducroquant/ideescooperatives/salariesanspatron/index.htm- Un extrait d'un documentaire réalisé par Laetitia Chalandon sur la coopérative Oxalishttp://www.dailymotion.com/video/xb2dnv_oxalis-une-cooperative-pour-entrepr_webcam Comment from Nicole Turbé-Suetens: Voici une présentation qui pourrait nous inspirer pour ce débat ! http://s3.amazonaws.com/ppt-download/thefutureofwork-091027180703-phpapp01.pdf Comment from Nicole Turbé-Suetens: Pour commencer et afin de ne pas partir sur des bases discutables, il sera important de bien préciser ce qu'est le travail par rapport à l'emploi et à l'activité. Gardons présent à l'esprit que le télétravail dont il est question "à priori"...sauf à élargir son champ au cours du débat et à préciser avec rigueur, concerne uniquement le monde des salariés selon l'Accord National Interprofessionnel (ANI). Il s'adresse donc à des personnes en emploi avec un contrat de travail. Est-ce le futur du travail? Vaste question à débattre car il semble que l'avenir ne se construise pas essentiellement autour de l'emploi (travail salarié). Comment from c.kostrubala: Penser le travail à distance dans toutes ses dimensions.Intégrer la dimension physique de l’espace dans l’analyse du travail et de sa performance rappelle une évidence que notre modernité tente parfois d’occulter. L’homme est un « animal social ». Animal, il s’inscrit nécessairement dans un espace tout à fait réel autant que symbolique. Il a besoin de sécurité et de protection, dans l’espace et dans la durée. Social, il est capable de coopérativité . Il dispose de la capacité d’accepter et de contribuer à des objectifs communs au sein d’un collectif. Là est le gisement de productivité pour des activités qui réclament des individus l’engagement de leur subjectivité , des initiatives, des prises de responsabilité et de l’autonomie. Pour une coopérativité accrue, elle s’appuie sur la confiance, sur des relations affinitaires et même souvent affectives. Pour l’animal social, la solidarité est affaire de proximité.Il n’y a pas de solidarité sans proximité, mais pas non plus sans la perception partagée d’un devenir en commun, dans l’espace et dans la durée. Comment from Vincent Berthelot: On en revient toujours à la pyramide de Maslow même en télétravail.Et si le télétravail était une soupape aux organisations stressantes en pouvant prendre du recul et en découvrant la capacité à s'organiser autrement pour travailler ? Comment from Marie-Helene GABRIEL: C est bien sûr la notion de valeur du travail qu'il faut repenser , tant au plan de l'individu qu'au plan du collectif (entreprise et société). Si le travail est tout ce qui produit de la valeur économique pour l'entreprise et la société, et si la notion de résultat, performance associée au travail individuel et collaboratif était plus communément admise en France, que des indicateurs comme le temps de présence, et autres héritages de modes managériaux hérités du début du 20eme siècle, la question des nouveaux moyens d'organisation du travail, dont le télétravail, ne se poserait pas. Ce qu'il faut absolument proscrire, c'est d'ajouter le télétravail sur le mode d'organisation historique de l'entreprise, là cela devient une contrainte , certains collaborateurs se croient obligés de répondre en pleine nuit à leurs mails par ex. Ce qu'il convient de faire est d'associer les salariés dans un projet de 'ré-invention' de l'organisation avec leur encadrement , et pour ce de commencer avec des volontaires ... qui acceptent une grande transparence dans l'analyse de leur tâches, emploi du temps , résultats... C est ce que j ai eu la chance de faire chez IBM en 1992 , avec très peu de moyens technologiques. L'effet induit à été une grande simplification de l'organisation, porteuse d'économies réelles, chacun se concentrant sur sa contribution à la valeur ajoutée de l'objectif de l'équipe, et une proximité réelle entre les hommes et femmes de l'équipe et leur management. Au lieu de sempiternelles réunions, qui ne comportait aucun parler vrai, les réunions pour le coup obligatoires , mais moins fréquentes , étaient riches. Enfin chacun s'autorisait aussi à parler de ses contraintes personnelles afin de trouver les aménagements opportuns permettant un bon équilibre vie professionnelle et vie privée . Et les résultats ont très largement dépassés les espérances, au point que l'opération s'est généralisée en 1994. Maintenant il y a en plus un cadre légal, mais la clé est de créer les conditions positives de cette ré-invention collective de l'organisation du travail , afin que les collaborateurs et les managers s'approprient le sujet ... et définissent ensemble les avantages qu ils y voient et les freins ... Un peu d'audace et d'enthousiasme quoi, et stop à ce manque de confiance, scepticisme trop franchouillard ! Suis sûre que Nicole Turbé sera d'accord.. Comment from Roger Delon: Pour réussir la généralisation du télétravail il faut considérer ces 3 points :1 – Organisation spécifique pour le télétravail2 – ROI pour l’entreprise3 – Télétravail en télécentre pour éviter la solitude du domicileLe préalable indispensable pour réussir le télétravail est une organisation spécifique et efficace du travail et des relations au sein de l’entreprise avec comme maitre mot "la confiance réciproque". Il est heureux que ce soit le thème principal de ce débat.Cependant, l’entreprise adoptera ce mode que s’il est clairement démontré qu’elle est gagnante financièrement (ceci inclus les questions de RSE)Enfin, pour rompre l’isolement du télétravail à domicile, il faut envisager le télétravail dans des télécentre nouvelle génération incluant des moyens techniques de haute performance tel que la téléprésence mais aussi des lieux d’échange et de socialisation tels que des espaces de bien-etre et autres services (crèche, cafétéria, conciergerie, bibliothèque, …etc). voir ACTIPOLE21.Je suis heureux de voir que certains de vos intervenants sont des spécialistes dans ce domaine. Comment from Michel Delannoy: La mécanisation et les nouvelles technologies ont bouleversé la maniere de travailler. L'introduction des nouvelles technologies, en particulier dans les entreprises, a modifié l'organisation du travail, les methodes de travail. Le développement des reseaux a permis la delocalisation du travail (exemple logiciel développé en Inde pour une société française) et avec la miniaturisation, le nomadisme. L'aspect travail isolé est aussi compensé par le rapprochement permis par les réseaux à grand débit et Internet qui permet un travail collaboratif et la visioconference. C'est aussi un outil de lien pour des familles éclatées. C'est un apport de flexibilité et une opportunité pour le travail des seniors entre autres Comment from Nicole Turbé-Suetens: Bien sûr que je partage car au moment où j'étais détachée d'IBM à la mission Breton qu ministère de l'Industrie, j'ai eu la chance de piloter avec la DRH la mise en place des premiers bureaux partagés chez IBM France. La France était pionnière mondiale en innovant avec ce mode d'organisation et Marie-Hélène qui vient de témoigner faisait partie de l'agence commerciale qui a été pilote avant la généralisation des bureaux partagés. Quelques années plus tard, IBM innovait à nouveau en développant un réseau de bureaux de proximité en Ile-de-France. Le point important souligné par Marie-Hélène et sur lequel j'insiste aussi régulièrement est qu'il est indispensable de revoir et d'adapter les processus de travail pour obtenir les résultats espérés. Il ne suffit pas de mettre une technologie de nouvelle génération sur un processus de vieille génération. Comment from Marie-France Medana: Bonjour et bravo pour organiser ce plateau sur le thème du télétravail. Il est plus que temps de faire évoluer les mentalités car grâce aux évolutions des technologies de l'information et de la communication de nombreux outils nous permettent de trouver des solutions alternatives visant au bien-être des individus tout en stimulant la créativité et la productivité et cela sans barrière d'âge ou autre discrimination ambiante. Pour savoir pourquoi le télétravail ne décolle pas en France et autres aspects je vous renvoie à la présentation de Nicole Turbé-Suetens à Bergues le 11 juin dernier http://www.distance-expert.eu/bergues-a-lheure-du-teletravail/ Pour terminer j'ajouterai que la connaissance alliée à la confiance peut opérer des transformations spectaculaires tant chez l'individu que dans l'écosystème de notre société. Comment from Denis Bérard: Le travail est avant tout un contrat social, entre le salarié et l'organisation. En déplaçant les repères habituels dans le temps et dans l'espace, le télétravail remet en cause la mesure du travail, à propos de laquelle ont eu lieu les plus grandes batailles syndicales: 40h, 35h...En ce sens le télétravail préfigure un nouveau type de contrat social, où le temps ne sera plus la dimension principale de la mesure du travail. Mais on en est encore loin, sauf à externaliser et transformer les salariés en prestataires de l'entreprise. C'est précisément ce que les syndicats d'IBM avaient posé comme condition aux premières expérimentations, si mes souvenirs sont exacts: pas d'externalisation à la suite des expériences de télétravail. Comment from Xavier De Mazenod: Dommage, je n'étais pas dispo pour l'enregistrement ;-)Voici deux liens qui peuvent vous intéresser : le compte-rendu du livre de Nicole Turbé-Suetens et Pierre Morel à l'Huissierhttp://www.zevillage.net/2010/06/le-teletravail-en-france-compte-rendu-de-lecture (et vers leurs interviews vidéo)et une présentation pour convaincre votre DRH de passer en télétravailhttp://www.zevillage.net/2010/06/petite-methodologie-pour-mettre-lentreprise-au-teletravail/ Comment from Virginie FERNANDEZ: Bonjour,J'étais également indisponible pour l'enregistrement.Je suis tout à fait d'accord quant au fait que la mise en oeuvre du télétravail induit nécessairement une redéfinition des modes de management, de rapports humains, des frontières de l'entreprise, etc.Certes, il peut paraître difficile à une entreprise de délocaliser un emploi au domicile du salarié, qu'il s'agisse d'une délocalisation à temps partiel ou à temps complet. Dans ce cas, pourquoi ne pas utiliser les télécentres ?Ces structures permettent de réduire les trajets domicile travail et permettent au salarié de gagner en qualité de vie tout en offrant un environnement professionnel sécurisant pour les empoyeurs. Comment from Xavier De Mazenod: Oui, le télécentre est une solution qui convient bien aux télétravailleurs qui n'ont pas de place chez eux ou un environnement peu compatible avec un cadre de travail.Ou encore à ceux qui ont peur de l'isolement.Le fonctionnement peut aussi être un panachage, selon les besoins, entre le domicile et le télécentre.Il faut me semble-t-il se garder des règles générales pour laisser le salarié choisir. Comment from Nicole Turbé-Suetens: Bonjour Virginie,Vous avez entièrement raison comme l'a déjà confirmé Xavier avant moi. Par contre, j'aimerais en savoir plus sur la pépinière CASA. J'ai pu voir rapidement le site une fois et depuis quelques jours il est inaccessible. J'ai vu le billet du maire Michel ROSSI qui fait la promotion du télétravail : http://michel.rossi.over-blog.com/article-promotion-du-teletravail-sur-la-casa-52932650.html. Racontez-nous un peu cette télépépinière et la place qu'y tient le télétravail. Est-ce qu'il y a des télétravailleurs salariés qui viennent? Comment from Virginie FERNANDEZ: Bonjour Nicole,Concernant le site, il semblerait en effet qu'un souci technique se soit produit...La télépépinière STARTEO a ouvert ses portes le 1er mars dernier. A l'activité traditionnelle de pépinière d'entreprise est adossée l'activité de télécentre.La cible de cette dernière activité est la population de salariés habitant à proximité du télécentre et travaillant à plus de 20 à 30 min de leur domicile. Starteo, c'est son nom, propose aux salariés et donc à leurs employeurs, de délocaliser l'emploi au sein de la télépinière sur la base d'un temps partiel au temps complet. Nous avons souhaité mettre en place des formules souples afin que les salariés ne soient pas isolé de son entreprise et qu'ils puissent garder le contact avec les sièges.La cohabitation avec les entreprises hébergées dans le cadre de la pépinière présente, de ce fait, un double avantage pour l'entreprise :1. Le salarié reste dans un environnement professionnel. ce qui est sécurisant pour l'entreprise qui craindrait de payer son salarié alors que celui-ci s'atèlerait à des activités domestiques.2. Le contact avec les entreprises hébergées permet d'élargir le réseau des clients, fournisseurs, partenaires... Ainsi des synergies et coopération peuvent voir le jour.Malhaureusement, à ce jour, très peu d'entreprises paraissent intéressées. Il semblerait que, quitte à mettre en oeuvre le télétravail autant passer directement au télétravail à domicile sans passer par la structure intermédiaire du télécentre. Ainsi, à ce jour, nous avons quelques contact mais rien ne de devrait se concrétiser avant fin d'année voire début 2010.En outre, je note que les études qui sont menées et les actions de promotion du télétravail restent essentiellement axées sur le télétravail à domicile. Le télécentre est régulièrement éludé. Pourquoi ce "désamour" du télécentre ?Poutant, cette solution me paraît efficace pour se lancer dans le télétravail en permettant de répondre aux aspirations des salariés tout en sécurisant les employeurs.Cordialement. Comment from Jean-françois Perrillat: Virginie, votre analyse est juste sur les bienfaits d'un télécentre mais il est également compréhensible que les entreprises se montrent peu intéressées. Leurs salariés sont géographiquement dispersés. Pour pouvoir proposer à chacun des salariés volontaire de télétravailler, il faudrait des télécentres à moins de 20 minutes du domicile de chaque employé.D'autre part, pour que l'entreprise tire un réel avantage, il faut qu'elle fasse évoluer l'ensemble de son organisation du travail et qu'elle même s'il n'y a que 10% de son effectif à être de façon régulière en télétravail. Elle peut également adopter le concept de bureau partagé, ce qui permet d'offir à tous les salariés un choix d'espace de travail plus adapté à la conduite de ses activités.Ce sont ces conclusions qui ont conduit descollectivités territoriales, des entreprises et des experts à se réunir pour fonder le label ACTIPOLE21 www.actipole21.org. Par ce label, il devient possible de créer un réseau maillé de télécentres, qui structure, organise et rend lisible l'offre de service délivrée par ces lieux. Une grande originalité d'ACTIPOLE21 est sa fonction d'itinérance qui permet à une entreprise de contracter avec un centre et d'avoir ses salariés qui utilisent d'autres centre de la chaîne. Comment from Michel Delannoy: Que penser des réponses à ce sondage fait par le journal du net ?Votre avis : Vous avez déjà expérimenté le télétravail ? Vous avez déjà expérimenté le télétravail ? 53.8% Non 31.1% oui, le bilan est positif 8.4% C’est en projet 6.7% Oui, mais le bilan est négatif Démarré le 14/06/2010 | 119 votes | Résultat au 28/06/2010 l'analyse du bilan négatif serait intéressante Comment from Vincent Berthelot: Les réponses sont certainement à analyser en fonction du support et pour le coup celui-ci est plutot orienté positivement : journal du net.Car je ne pense pas que les statistiques du ministère du travail ou des bilans sociaux nous remeontent des chiffres aussi importants...6% est-ce suffisemment significatif si on enlève les problèmes spécifiques car le télétravail est aussi un mode de travail qui ne convient pas à tout le monde.très belle discussion en tout cas qui devrait alimenter les freins de même nature que renconte l'entreprise 2.0. Comment from Nicole Turbé-Suetens: Michel, peux-tu mettre le lien vers le sondage stpl...ce sera plus pratique pour nous tous. Merci Comment from Nicole Turbé-Suetens: Est-ce que la date de mise en ligne est fixée ? Amicalement aux esclaves qui travaillent à la chose ! Comment from Yann Gourvennec: trouve ce sujet : Excellent !passionné par ce sujet que je traite souvent sur mon blog Comment from Vincent Berthelot: On devrait traiter cette question avec celle des retraites, du chômage pour mieux comprendre la valeur du travail et en quoi le télétravail vient parfois la téléscoper.Ensuite nous avons la question de la perte du lien social et même parfois de celle d'autonomie.combien de cadres ai-je entendu se plaindre de la dépendance quasi affective de leur équipe à leur présence sur le terrain quasi quoitidienne? Comment from Marie-Agnès Verron: Pour le teletravail..je suis consultant et j'ai mon bureau à la maison..un gain de temps considérable et une organistion vie privée vie professionnelle plus optimale..Je ne vois pas l'interet de passer des heures dans les transports en communs ou dans les bouchons si ce n'est pas necessaire..il y a un gain de temps important et aussi moins de fatigue...Cela demande une autre approche du travail et de la relation employé employeur..est-ce que la France qui est tres hierarchique dans son management est prete à faire le pas...? Comment from Christian OLLIVRY: Si l'idée de télétravail avance dans les têtes, elle est souvent assimilée à une connection à distance que cela soit d'un hotel ou de son domicile. Elle est aussi trop souvent synonyme de posture réservée aux cadres, ce qui dégage d'une certaine façon l'entreprise. Quand aujourd'hui on parle d'activité à distance, on résonne d'abord en termes d'efficacité immédiate (pourquoi venir au bureau quand on peut faire d'ailleurs, aussi bien?) en utilisant les facilités offertes par les TIC. Pour la grande majorité des cas, ce n'est pas une forme organisée mais une opportunité offerte à une minorité. A y regarder de près, ce qui compte, c'est que le travail soit bien fait et par tous.Et bien entendu, ce à quoi aspirent les salariés. Si l'on répond à leurs attentes légitimes, l'entreprise s'en portera aussi mieux. Deux de ces attentes essentielles sont "moins de transport" facilement exprimé et "travailler ensemble" ressenti au second dégré mais essentil en entreprise. Même s'il ne faut pas banir le travail à distance de chez soi qui présente ses avantages, le tiers-lieux, proches bien entendu des résidence, répond aux deux attentes principales des salariés et rejoint celle de l'entreprise qui fonctionne de plus en plus en réseau et en mode collaboratif.Dans l'initiative ACTIPOLE21, deux éléments sont aussi essentiels:ces tiers-lieux doivent fonctionner en réseau et répondre à un ensemble de labels. Pourquoi? Parce que l'entreprise doit pouvoir leur faire confiance, y trouver les réponses à sa nécessité de flexibilité et enfin être sûr de trouver les services dont elle a besoin.Au total, c'est l'ensemble de la société qui est gagnante car au delà des bénéfices dont nous parlons, c'est la collectivité, l'agglomération et la région qui y gagnent en termes de vie locale et d'environnement.Il est grand temps que les entreprises, principaux acteurs du mouvement, en prennent conscience: le travail dans un espace agrée, flexible, proche des domiciles des salariés et faisant partie d'un réseau ne doit plus faire peur. Il doit être l'outil du travail de demain. Comment from Marc Tirel: trouve ce webcast : Excellent !Un débat ou l'on prend son temps bien préparé, ou les points et les questions clés sont bien posées. Avec de la hauteur de vue ! Merci aux intervenants et à Techtoc !! Comment from Christophe Berhault: rien à ajouter ^^ Comment from Nicole Turbé-Suetens: Merci à Marc et Christophe. Cela fait plaisir. Cette semaine je vais actualiser mon blog qui en a bien besoin...dur, dur d'être sur le terrain et d'écrire en même temps. Vous trouverez donc une actualisation sur www.distance-expert.eu