Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Le monde du search est en ébullition. L'émergence real-time web, et l'apparition de nouveaux systèmes d'information comme twitter font apparaitre de nouveaux usages dans la recherche de l'information. Google, avec l'arrivée de Google Caffeine, une nouvelle version de son algorithme d'indexation (ainsi que Google Social Search en bêta), semble bien conscient de la menace. Mais est-ce déjà trop tard ?
Here's my feedback:
I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Webcast
notes
Speakers (4)
AUDIENCE
 
 
If I sponsored this subject?
Follow us on Twitter
Follow us on Facebook
Subject proposed by Stanislas Jourdan
Organization by Stanislas Jourdan
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Jean-Christophe Bonis, Dirigeant-Fondateur d'Oxymore Inc.

w...
Fondateur d'Oxymore Inc., cabinet spécialisé en ingénieri...
David Degrelle, Fondateur et Président du groupe 1ère Posit...
Fondateur de 1ère Position : Agence Référencement et Mark...
Patrice Lamothe , CEO Pearltrees
Pearltrees CEO. Also part-time blogger and full time Web ...
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...
Le monde du search est en ébullition. L'émergence real-time web, et l'apparition de nouveaux systèmes d'information comme twitter font apparaitre de nouveaux usages dans la recherche de l'information.

Google, avec l'arrivée de Google Caffeine, une nouvelle version de son algorithme d'indexation (ainsi que Google Social Search en bêta), semble bien conscient de la menace.

Mais est-ce déjà trop tard ?
Related expertises: 
Evolution des usages
 
Je ne sais pas vous, mais j'ai l'impression d'utiliser de moins en moins Google.
 
 
En fait, je cherche de moins en moins d'information, puisque c'est l'information qui vient à moi via mes contacts sur les réseaux sociaux et mon agrégateur de flux RSS.
 
Et lorsque je cherche de l'actualité récente, je privilégie de plus en plus une requête en temps-réel sur twitter. 

 

Facebook l'a également bien compris en essayant d'imposer sa vision de la vie privée - ou plutot son absence. Une manière en fin de compte de profiter de la masse d'utilisateurs comme un indexateur de contenus. Et lorsque l'on voit que Facebook a atteint le niveau de Google en termes de traffic, il y a de quoi penser qu'ils vont arriver à leur objectif !
 
De leur coté, des startups comme pearltrees ont aussi parfaitement bien compris l'intérêt du web social, en proposant une vision du web centrée sur l'utilisateur et ses centres d'intérêts plutot qu'un algorithme froid et neutre.
 
 
Que reste-il à Google ?
 
 
Il reste tout d'abord la recherche de données, d'informations factuelles. Mais là encore d'autres outils comme Wolfram Alpha semblent être des concurrents sérieux. 
 
Google restera bien sur le leader pour quelques années encore. Mais on le sait bien : Google a raté le virage du web social et commence déjà à en payer le prix. Il se fait dépasser dans de nombreux domaines, pour l'instant de niche, mais qui le seront de moins en moins...
 
Reste que Google, c'est aussi des milliards de dollars, plus de 10 000 employés triés sur le volet, autrement dit une capacité d'innovation incroyable... Mais cela suffira-t-il à renverser une tendance de fond ?
Topic brought to you by:
Loading...
Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Alain Garnier: Je suis intervenu lors d'une conférence sur I-EXPO pour analyser ce phénomène de vase communiquant entre les fonctions de search de Google qui se trouvent captées par les réseaux sociaux (dont Facebook). Mon analyse étant qu'il ne s'agit pas d'une situation conjoncturelle mais structurelle.Je garde pour le plateau (éventuel) mon diagnostic final : Google se fera t il manger ou non? Comment from David Degrelle: Bonjour Stanislas,Merci pour cette question très intéressante et qui va devenir récurrente dans les mois à venir car j'entends aussi des voix s'élever sur une possible « menace » de Facebook vis-à-vis de Google.Pourtant, le trafic Facebook et celui via les réseaux sociaux ne semble pas se faire au détriment de Google, mais vient bien en complément du trafic généré par le moteur de recherche n°1 presque partout dans le monde.Car si la recherche en temps réel est un nouvel usage et comportement, en devenir, elle ne vient pas se substituer au mode de recherche qui concerne les recherches classiques de types navigationnelles, informationnelles et transactionnelles qui représentent, toujours à ce jour, l’essentiel des recherches et besoins des internautes.Aussi, je ne crois pas que les réseaux sociaux viennent détrôner la recherche Google dont la marque est même devenue entre temps un terme générique à l’image de frigo pour définir un réfrigérateur. Wolfram Alpha, bien qu’intéressant, est bien loin de concurrencer sérieusement Google, d’abord parce qu’il n’est pas connu du grand public et parce qu’il n’a pas vocation à l’être, l’outil étant plus particulièrement adapté aux documentalistes, chercheurs et utilisateurs avancés.Nous utiliserons toujours Google pour trouver rapidement des résultats intemporels pertinents, des photos, des vidéos, des plans sur Google Maps, etc.En tant qu’utilisateurs avancés et « early adopters », il nous faut je pense rester toujours vigilants sur la capacité du grand public à utiliser de nouveaux outils ou à changer leurs habitudes, c’est souvent bien plus long que ce que nous imaginons ou espérons :) Comment from Stanislas Jourdan: Bien sur que l'on continuera toujours à utiliser Google. Mon point est surtout de montrer qu'ils sont en train de perdre le monopole de la recherche.Il faut également garder à l'esprit que la grande majorité des internautes ne savent pas qu'en cliquant sur les premiers résultats de leur recherche , ils donnent quelques centimes à Google... Que se passera-t-il lorsque ces personnes là auront compris ? Cautionneront-ils toujours ce système ?Question qui me taraude également : que ferait Google si jamais il perdait du jour au lendemain toutes ses parts de marché sur le search ? Comment from David Degrelle: Au plaisir d'en débattre peut être sur le plateau TV ;-) ? Comment from Mohamed Oudihat: trouve ce sujet : Génial !Evolution des usages ? Non je ne crois pas. Depuis toujours, il y a eu au moins de 2 façons d'apprendre, de trouver la réponse à cette question par exemple : "Où se trouve la tour Eiffel ? Les uns vont poser la question autour d'eux (la famille, les amis, dans la rue ou sur le net...) ; les autres vont chercher la réponse dans des supports articiels : un guide, une carte...Donc je pense que les 2 modèles (social search et "content search") cohabiteront. En revanche, pour ces 2 modèles se pose le problème de la thématisation des résultats de la recherche. En effet, lorsqu'on cherche quelque chose sur Google, on trouve des informations très hétérogènes : des personnes, des événements, des livres, des sites... De même, lorsqu'on cherche sur le mode "social search", on trouve des personnes de qualité, de pertinence et de nature très différentes (au milieu de nos 5000 amis Facebook par exemple :-). Il y a sans doute besoin de classer les résultats de la recherche par thème ou par objet/type de résultats. Comment from Stanislas Jourdan: Certainement que les 2 cohabiteront. Mais on voit bien dans le cas de pearltrees que la distinciton social search / content search est très diffuse. On y fait bien du content search, mais les résultats sont subtilement hiérarchisés en fonction des connexions que l'on tisse sur la plateforme : ce n'est donc pas purement du social search... ce qui complexifie un peu le débat ;-)En tout cas mon point est de dire que clairement Google est en train de perdre son monopole. Et c'est tant mieux ! Comment from Vincent ROSTAING (@lecairn) : Pour moi dans certains type de recherche le social search remplace déjà Google , Mais il ne s'agit pas forcément uniquement d'un outil . Si vous cherchez quelque chose de pointu et que vous avez de VRAIS followers sur Twitter par exemple , ce sont eux qui vont chercher en partie pour vous dans leur domaine d'expertise , qui pour être concomitant au votre n'est pas directement votre coeur de métier . Ainsi l'"influence" tant de fois décrite ne se mesure plus au différenciel follower followé mais à la capacité que vous avez à mobiliser votre réseau sur une recherche précise . Enfin, clairement des modèles auto apprenants se focalisant sur les favoris (type delicious ) pour scrawler les réponses devraient clairement aboutir au bout du bout à des réponses plus pertinentes qu'une recherche de base sur Google . Cela étant établi , rien ne change fondamentalement , on parle là encore d'algoryhtmes etc.... Vincent   Comment from Dominique Rabeuf: Une rumeur récente a fait état que Google investirait dans les réseaux sociaux tandis que Facebook se préparerait à se doter d'un moteur de recherche.Effectivement Google s'est mis à acquérir des réseaux sociaux géo-localisés.Facebook serait en négociation avec Microsoft pour une utilisation de BingFacebook s'illustre dans des pratiques d'épicier Facebook = vous n’êtes pas chez vous! - Blog de Michelle Blanc [édifiant n'est ce pas ?]Des outils de post-process sur des résultats de recherche existent, ils sont très coûteux. Comment from Véronique Da Costa: trouve ce sujet : Intéressant...Si cela s'avère vrai, c'est tout un pan de l'économie numérique qui va être bouleversé. Du référenceur naturel, au spécialiste de LS, aux agences proposant des outils de tracking. Sans compter, les PME et les TPE hors secteur informatique & co qui ont déjà du mal à comprendre le digital et le e-business... Là, le changement sera rude. Mais c'est pour ça que j'aime le digital, tout change régulièrement :-) Comment from Nicole Turbé-Suetens: Je crois que tout le monde a "un peu raison", mais que ceux qui sont en plein dedans oublient qu'ils sont une minorité actuellement dans les usages. Ce n'est négatif pour personne, il faut tout simplement relativiser le fait que nous appartenons à une communauté qui prend plaisir à avoir des usages avancées et à essayer de dessiner un futur possible...mais ce que nous voyons, n'est pas encore la ligne de mire de la majorité aujourd'hui. Tout l'intérêt de ce débat, à mes yeux, est d'identifier clairement les signaux faibles en questions pour construire deux ou trois scenarii de travail qui nous projettent dans un avenir possible.Débat qui peut être passionnant et que je suivrai en ligne s'il a lieu car je suis à Castelldefels (Barcelone). Comment from : Sujet très intéressant,en effet les réseaux sociaux ont bouleversé le search. Le social search gagne du terrain et la raison est la suivante: les liens,l'information viennent à nous et surtout en temps réel (twitter, facebook, foursquare). Le social search s'appuie sur l'utilisateur lui même mais aussi sur les liens qu'il construit ce que l'algorithme de Google ne fait pas(cf la théorie des six degrés de séparation de Frigyes Karinthy). Comment from Stanislas Jourdan: Hé oui! Je n'avais d'ailleurs même pas pensé à toutes les conséquences de cette évolution en écrivant l'article!Ca me fait d'ailleurs (indirectment, certes) penser à une lecture de ce matin : Pourquoi faire des liens vers ses concurrents ? http://eu.techcrunch.com/2010/07/07/startups-linking-to-your-competition-will-help-you-no-really/Les crédos du Pagerank sont controversés depuis longtemps, mais là ils sont carrément bannis !Mort au SEO, vive le SMO... ? Comment from Youssef Rahoui: trouve ce sujet : Excellent !Un des enjeux majeur du Web d'aujourd'hui et de demain, à plus forte raison si Facebook trouve sa martingale, c'est à dire son Adwords. Comment from Loïc Knuchel: Ce sujet est intéressant. Et comme nous l'avons compris, les principaux acteurs s'en sont aussi rendus compte.Je pense notamment à google qui n'en est pas à sont coup d'essai dans les réseaux sociaux : google wave, Orkut, google buzz, OpenSocial. Jusqu'à présent il n'a pas eut trop de succès mais il ne semble pas renoncer (google me). Le jour où google trouvera le bon créneau sur les réseaux sociaux (ce dont je ne doute pas étant donné ses nombreuses initiatives, il a bien compris l'enjeu vital de ce marché) il aura alors une très grande puissance : recherche, publicité, navigateur, système d'exploitation, cloud computing, smart phone et bien d'autre... D'autre part, il me semble que facebook a un peu de plomb dans l'aile à cause de sa politique de vie privée réellement limite et, il risque, selon moi, d'avoir une très forte concurrence avec des réseaux sociaux décentralisés qui ont très bien compris les problématique de vie privé (dispora ou movim par exemple qui sont des réseaux sociaux pouvant s'interconnecter aux autres).Je pense donc que que google pourrait venir et réussir sur le secteur du web social (surtout étant donné son potentiel d'innovation) et que facebook à un peu de plomb dans l'aile à cause de leur politique sur la vie privée et auront bientôt une certaine concurrence...Le question n'est donc pas pour moi facebook vs google mais plutôt web social vs web des contenus. Sachant que google comme facebook risquent de faire parti des deux... Facebook étant quand même beaucoup plus fragile...  Comment from Patrick ZIMBARDO: trouve ce sujet : Excellent !google wave sortie trop tôt - mais ... Comment from Frédéric BASCUNANA: Youssef, 8 mois plus tard, penses-tu que Facebook ait commencé à trouver son modèle efficace de transformation publicitaire ou qu'il aille du moins dans la bonne voie ? Comment from Yasser Monkachi: trouve ce webcast : IntéressantSEO Vs SMO : le match ne fait que commencer. A suivre de près ! Comment from Frédéric POULET: Débat très intéressant, et je rejoins notamment FredB quand il dit que la recherche sociale peut être non seulement biaisée par un contexte culturel et social, mais également sur le fait que pour l'instant les informations des réseaux sociaux sont en mode "FIFO" (First In Fisrt Out) et que l'information temporelle est "flash"On a besoin de créer une histoire pour en retirer des enseignements; seule l'actualité (même très bien commentée) ne fait pas l'Histoire.Je trouve étrange que personne n'ait en revanche cité entre Google et les réseaux sociaux un mastodonte du Web qui associe des qualités de recherches qui se situent entre les deux puisque "archivées, classées et plus que taguées" C'est Wikipédia...La faiblesse des informations issues des réseaux sociaux au delà de l'aspect flux tendu de l'actualité, est : la subjectivité vs. " quasi objectivité " des algorithmes statiquesMême la curation devra s'affranchir de l'effet "Fake" qui ne permettra pas de distinguer tout de suite si la Bonne Information est l'atterrissage de l'avion sur l'Hudson ou le faux attentat du TGV sur la ligne Lyon-Paris dans une recherche sociale.Donc l'un ne va pas détrôner l'autre, mais venir sur du court terme y donner une touche d'actualité sociale contextuelle.Je crois plus en un Hub qui combinerait tout ça que l'avènement d'un système par rapport à l'autre.Le jour où Watson d'IBM qui est aujourd'hui capable de combiner recherche et intelligence contextuelle, se déploie à grande échelle, c'est peut-être un troisième système qui pourrait prendre le pas sur les autres.Pour ma part, très modestement et c'est pour le fun, je m'étais constitué il y a deux ans un petit test de Hub (que je n'ai pas maintenu) mais qui me fait rétroactivement beaucoup rire car je trouvais en effet Google (pour mon propre usage, incomplet)http://www.hub-search.com/Bon SVP ne vous moquez pas ... :-) je n'étais et ne suis pas très fortiche en programmation :-)Entre temps j'ai quand même basculé sur I.Google :-))) Comment from Jean-Baptiste Manet: trouve ce webcast : IntéressantEst ce que ce webcast ne met pas en avant le fait que l'approche du tout machine (Google) a atteint ses limites? Comment from Frédéric POULET: En tout cas manifestement des compléments ou plugins arriventhttp://fr.locita.com/reseaux-sociaux/twitter/wajam-integre-les-reseaux-sociaux-a-votre-moteur-de-recherche/ Comment from Frédéric BASCUNANA: Tu poses une vraie question en filigrane, concernant Wikipedia.C'est le support collaboratif par excellence, à différencier néanmoins des autres médias sociaux sur un point fondamental : le degré de gouvernance. Wikipedia ne peut à aucun moment souffrir d'une poussée de fièvre organisationnelle: les responsables du sites restent extrêmement vigilants. Rien à voir avec le vivre et laisser vivre des autres médias sociaux quasiment livrés à eux-mêmes.N'oublie pas enfin que les résultats de Wikipedia sont presque systématiquement intégrés en tête des résultats de n'importe quelle recherche sur Google ;-) Comment from Frédéric POULET: Entièrement d'accord, je le citais plus comme exemple d'archivage des données "historiques", ce qu'un fil d'info social ne permet pas vraiment avec le Fifo et le "ruisseau" que tu évoquais sur le plateau Comment from Corinne Dangas: @FredP, au sujet de ta remarque plus haut, je me fais l'avocat du diable, mais est-ce que "le biais culturel et social" n'est pas qu'un effet provisoire d'un mécanisme certes encore peu élaboré techniquement et très "court termiste", mais qui en se centrant sur l'individu, a précisément la faculté de l'accompagner tout au long de la vie ? Après tout, la culture personnelle et l'environnement social évoluent tout au long de la vie, différemment pour chacun.L'erreur sans doute à contrer n'est ni plus, ni moins, la même que dans la vraie vie, où l'environnement social détermine d'emblée très fortement celui informationnel, culturel, et donc limite l'évolution dans le temps. C'est peut-être l'objectif à viser, que de ne pas reproduire le même schéma dans le virtuel ? Comment from Frédéric POULET: Je ne vois pas vraiment comment, mais peut-être as tu des pistes ?