Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Usages, contenus et (cyber)culture du web social
Cloud, Entreprise collaborative et gouvernance
Big Data - Social CRM - Social Business
Éducation, Innovation socio-digitale et devt durable
Editeurs - écosystème et enjeux
Business modèles,
Entrepreneunariat, Financement
Mobile Business ou entreprise mobile ?
Libertés, devoirs et responsabilités numériques
Actus, tendances, trouvailles
À propos
de nous
Organisé par la Fondation des Territoires de Demain au Ministère des Affaires Etrangères et Européennes - sur le plateau de Techtoc.tv la veille au soir...
Naviguez dans la vidéo grâce au sommaire interactif :
Et toc, voici mon feedback :
Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




Infos diverses
Lieu : Dans les studios de Webcastory
Webcast
notes
Intervenants (3)
AUDIENCE
 
 
Et si je sponsorisais ce sujet ?
Nous suivre sur Twitter
Nous suivre sur Facebook
Format : Talkshow
Traitement : Débat d'idées
 
Intervenants :
Organisé par la Fondation des Territoires de Demain
au Ministère des Affaires Etrangères et Européennes - sur le plateau de Techtoc.tv la veille au soir...
Expertises concernées : 

L’éducation et la formation auront des formes multiples tout au long de la vie.

Nos outils de communication et singulièrement ceux de la mobilité en seront les vecteurs privilégiés. Nous irons ainsi vers un «monde réel augmenté», où des compléments virtuels de savoirs accompagneront et illustreront les services divers que nous connaissons sur notre territoire.

Maints espaces publics seront des espaces de l’innovation rassemblant usagers et citoyens aux côtés des acteurs économiques et des chercheurs, se faisant tous «passeurs de savoirs» au travers de l’expression de leurs besoins respectifs.

De plus, l’ÉCONOMIE DE L’INNOVATION ET DE LA CONNAISSANCE qui se met en place se basera sur l’identité du territoire, sa culture, sa langue, son histoire, sa gastronomie, sa biodiversité, sa valeur environnementale... En somme, sur le savoir et les connaissances contenues dans le territoire et développés par les habitants de ce territoire; la recherche scientifique, le développement et l’innovation technologique. Tout ceci introduit une rupture sociétale et économique importante.

Et cela impose l'installation de nouvelles formes de «management» adaptées aux nouvelles formes de co-innovation. Les différents acteurs de ces territoires se trouvent donc face à de multiples difficultés sociales et psychologiques. Les emplois de demain se développeront donc sur tous ces champs. Le savoir est une valeur économique au sens premier du terme où la formation et la création des nouveaux emplois liés à Internet passe par la mise en oeuvre de mécanismes adaptés à la complexité du modèle et à la diversité linguistique et culturelle.

Partager le lien :
Sujets potentiellement connexes :
  • Commentaire de Mamadou DIOP : Une bonne émission qui a permis d'avoir une idée plus précise sur ce sujet associé au professionnalisme de la présentatrice. Commentaire de André Loechel : Un grand moment autour d'acteurs de terrains qui reflètent chacun au travers de ses projets ce que pourra être notre monde de demain. L'un des chapitres les plus passionnants de cette co-construction a trait évidemment aux métiers et formations autour de l'Internet et des nouvelles technologies de la connaissance et c'est bien ce que reflète cette émission d'introduction qui devrait être suivie par de nombreuses autres, proposant notamment une série d'étapes européennes et internationales marquantes en la matière. Commentaire de Laura Garcia Vitoria : L'enjeu du sujet est énorme : il s'agit en effet ni plus ni moins de la place de l'Europe dans les métiers et les formations de demain. Un débat qui en vérité est tout sauf consensuel, tant certains acteurs entendent se débarraser du plurilinguisme, de tous les vercteurs multiculturels et de tout pré-requis qui pourrait faciliter de nouveaux modes de recroutement et de vrais changements dans les organigrammes des entreprises et des institutions publiques européennes.Il faut donc mettre en place d'urgence une culture de l'innovation de rupture ! Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Blog ProInterNet: http://prointernetpin.blogspot.com/ Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Séminaire du 11 juillet 2010:ProInterNet: http://www.territories-of-tomorrow.org/index.php?option=com_events&task=view_detail&agid=168&year=2010&month=06&day=10&Itemid=82 Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Pro-Internet es un nuevo proyecto del programa Leonardo da Vinci con el objetivo de crear una red de actores en el campo de los oficios y los programas de formación de Internet. Las dificultades, en efecto, son muchas: el reclutamiento, la cualificación, la percepción del mercado laboral, la adecuación de una educación tradicional frente a formas completamente nuevas de pensamiento de la tecnología y de transmisión del saber… Serán miembros de esta red todos los actores clave en el ámbito de las tecnologías del conocimiento:o los responsables económicos en el campo de las empresas más innovadoras, desde las multinacionales hasta las PYMES que quieren actuar en materia de formación y de adecuación de la misma a las necesidades de las empresas y de las start-ups.o los actores de la formación que intentan cambiar el marco de la educación y crear nuevas instituciones y lugares de formación. o los responsables regionales y los políticos de las colectividades locales que están en primer plano - estos están destinados a desempeñar un papel de primer plano como consecuencia de las nuevas relaciones entre territorios y conocimientos -.o los expertos en prospectiva que ocupen un lugar primordial en las tentativas de co-construcción de escenarios del futuro en el campo de la economía del conocimiento. La naturaleza de las relaciones entre estos actores de nuestra red de los oficios de Internet será múltiple, con muchas sinergias esperadas en toda Europa, pero también – con el apoyo de la Comisión Europea – a un nivel claramente internacional, con contribuciones muy esenciales a las políticas de desarrollo. La cooperación continua es facilitada por el comité científico constituyente que es un instrumento clave de la diseminación de los análisis y de los trabajos de los socios del proyecto. Los responsables del proyecto y de esta diseminación están convencidos de la importancia del impacto sobre la creación de nuevos empleos, de los cuales no se puede, todavía, más que entrever el perfil. Por todo ello, el trabajo de información y de comunicación será considerable: las relaciones y cooperaciones con las instituciones internacionales son ya primordiales para el desarrollo de Pro-Internet. La estrategia en la materia fue construida y presentada a la ocasión del seminario en la Unesco el 11 de marzo y con la reunión del Ministerio de Asuntos exteriores y europeos francés el 11 de junio de 2010, por ejemplo, con la OCDE, el Comité de las regiones o con la propia Comisión Europea. Las próximas manifestaciones seguirán esta vía con la presentación del proyecto y de la red en el Parlamento Europeo de Bruselas el 30 de septiembre (después de la que tuvo lugar en el Parlamento en Estrasburgo el 8 de julio de 2010). La centena de interlocutores que han seguido las primeras actividades del proyecto y la creación de la red subrayan la necesaria ambición de nuestra propuesta a todos los actores implicados y a todos los que quieren unirse a nosotros .http://prointernetpin.blogspot.com/ Commentaire de gallo tall : je pense l importance de votre emission reside dans le fait tout un chacun partira de soi-memes pour repondre aux aspirations du monde de demain. Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Du design de MON existence et de l’art du storytelling«Moi je !» titre le Figaro comme vrai cri de guerre d’une époque au travers de l’un de ses articles le 24 juillet 2010. «JE est une marque!» s’empresse d’ajouter la journaliste Valérie Hénau qui synthétise ainsi son propos : «Désormais, on adopte les techniques marketing des lessiviers pour être un VRP de SA propre personne, on soigne SA bonne e-réputation, histoire de faire fructifier SON capital social, et on affirme haut et fort SON existence, forcément singulière et charismatique».Le développement de MA marque personnelle - pardon, MON «personal branding», cela commence mal - se fait ainsi au titre de l’un des vecteurs majeurs de notre culture contemporaine, la culture d’une autopromotion qui n’a pas à se justifier - on se reportera au blog de Fadhila Brahimi…-. Sous l’impulsion de «penseurs» d’un nouveau genre - ils se pensent d’abord eux-mêmes, au fond c’est déjà mieux que d’autres -, et ce à l’instar d’un William Arruda ou d’un Peter Montoya partout cités, nous démultiplions nos présences sur You Tube ou Dailymotion - ne me dites pas que vous n’y figurez pas ! -, nous nous référençons pour mieux trouver notre «base line» puisqu’il paraît qu’il faut «se vivre comme une marque vivante». Moi aussi je suis sur Tech Toc TV - comment exister sans s’y montrer?Les «personal branders» exigent de moi l’art du «pitch» et donc d’une présentation rapide de MA personne, cela tombe bien : les espagnoles savent être plus brefs et plus métaphoriques que d’autres, nos techniques de «storytelling» nous intègrent d’office dans tous les Think Tank - tant nous savons raconter NOS vies puisque nous le valons bien…-. Rendons nous donc visibles pour être mieux «googlisées» dans notre identité numérique, mais gare à une fin trop rapide du récit pour ceux qui n’ont jamais œuvré pour autrui et par trop privilégié surtout le discours sur l’action !http://laura-garcia-vitoria.blogspot.com/2010/07/du-design-de-mon-existence-et-de-lart.html Commentaire de : trouve ce webcast : IntéressantVaste sujet à détailler. Commentaire de : Désolé mais en quoi votre commentaire a-t-il un rapport direct avec le sujet ?Citer le Figaro qui ne fait que plagier la couverture d'un célèbre magazine américain datant de plusieurs années afin de nous repasser la soupe du personnal branding est pour le moins décalé sur la discussion autour des nouveaux métiers de l'internet de demain. Commentaire de : La dernière phrase du commentaire de Laura Garcia Vitoria apparaît fondamentale sur le sujet des métiers et formations de demain! Il est évident qu'elle ne sera peut-être pas comprise de ceux qui, comme elle le dit on ne peut plus clairement, "n'ont jamais œuvre pour autrui..." et d'ailleurs n'ont pas prévu que l'on puisse commenter la globalité de leur pensée, ni meme prendre connaissance de leur parcours sans s'identifier... On renverra d'abord a la chronologie du "Storytelling" de Christian Salmon et notamment au décalage des perceptions en la matière des deux cotes de l'Atlantique.Mais surtout on regardera objectivement le paysage qui est aujourd'hui celui des technologies de la connaissance en Europe et des dispositifs de formation en ce domaine: d'aucuns en effet veulent y vendre les modestes connaissances qu'ils estiment avoir, mettre en vitrine les profils qui semblent mieux leur correspondre et naturellement y reconnaitre les indispensables connaissances de demain...! Pas de lien donc entre promotion de soi et formations de demain? Commentaire de Dominique Rabeuf : Il n'y a aucun nouveau métier depuis l'émergence de «Homo Sapiens», le reste n'est que du babillage de culture mal digérée. Commentaire de André Loechel : A propos du négationnisme néolithique...C'est bien la première fois que je vois niées les nouvelles activités - ou métiers, appliquons sur ce site une sémantique rigoureuse... - les nouvelles activités nées il a dix mille ans environ dans le domaine de l'agriculture certes, mais aussi du textile, de la poterie...! Par ailleurs, traitons l'homo sapiens (de même que par la suite la révolution du paléolithique supérieure) à la lumière des fouilles et travaux les plus récents, et non comme une image d'Epinal surnageant dans les allusions de nos contemporains.Le débat des métiers - et formations - de demain vaut mieux qu'un survol pour le moins caricatural! Commentaire de Corinne Dangas : Je ne pense pas non plus que cette référence soit décalée du tout. Car la culture du "moi", le personnal branding lorsqu'il est poussé à la frontière de la malhonnêteté intellectuelle, le management des apparences qui pense pouvoir s'affranchir du travail et de la réflexion de fond, c'est en qq sorte l'économie souterraine, la contrebande ou la fausse monnaie, dans un univers fondé sur l'information et la connaissance, et qui le sera tjrs plus. Donc identifier la dimension structurelle de ce(s) risque(s), contribuer à discerner le bon grain de l'ivraie, mais aussi et surtout y comprendre de quelle façon semer le grain de demain, en matière éducative et d'organisation des institutions et de l'entreprise, pour pouvoir le gérer, me semble aussi fondamental. En tout cas je n'ai aps encore visionné ce webcast mais j'y cours (je prie juste pour que vous n'y parliez pas espagnol car je n'en comprends pas un mot ;) ) De retour de congés je souhaite une bonne rentrée à tous !  Commentaire de Corinne Dangas : Impossible de lire la vidéo (se charge indéfiniment)... cela vient-il de moi ? Commentaire de Dominique Rabeuf : Me too - Le streaming ne s'amorce pas C'est le cas pour plusieurs autres vidéos, sans doute une partie du serveur qui est en vacances.