Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
La communication 2.0 n'est-elle synonyme que de glorification de l'ego ou peut-on parler d'intelligence et d'auto-régulation collectives ? 
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Article
Help us to
prepare this subject!
Speakers (2)
AUDIENCE
Webtv guidelines
 
 
If I sponsored this subject?
Follow us on Twitter
Follow us on Facebook
Subject proposed by Thibaut D.
Organization by Frédéric BASCUNANA
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Anthony Poncier, Associé Publicis Consultants
Je suis un consultant en management et en entreprise 2.0
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...

La communication 2.0 n'est-elle synonyme que de glorification de l'ego ou peut-on parler d'intelligence et d'auto-régulation collectives ? 

Related expertises: 

Le rôle du gestionnaire des médias sociaux dans une entreprises consiste-t-il à faire une veille permanente et active sur les possibles dérapages de ses collaborateurs tout en pratiquant lui-même la langue de bois et le "politiquement correct total" ?

Ou peut-on vraiment parler d'intelligence et d'auto-régulation collectives ? S'agit-il d'un mythe bien-pensant ou d'une réalité mesurable ?

Comment surmonter le paradoxe d'un support nouvelle génération où le quant-à-soi est roi et pourtant l'entreprise (et son "quant-à-nous") plus exposée et frileuse que jamais ?

Quel est l'état des dernières théories sur le thème de l'engagement collectif combiné aux initiatives individuelles ?

- Il fut dans un passé proche question d'holoptisme, nous aimerions donner la parole à d'autres théoriciens sur ce thème pour confronter leurs théories.

Topic brought to you by:
Loading...
Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Bertrand Duperrin: Vaste sujet....Il est difficile de généraliser tant les situations varient selon l'entreprise, le contexte etc...mais en fonction de ce que j'ai pu voir il semble que l'auto-modération fonctionne dans une large majorité de cas. Plus généralement, les cas où elle ne fonctionne pas me semblent en général avoir un point commun : il s'est agi d'un sujet que l'entreprise voulait ne pas traiter et éviter comme la peste, ce qui est la voie royale pour que salariés ou internautes s'en emparent. J'ai même vu une intéressante discussion sur des sujets sensibles liés aux compléments de rémunération qui a formidablement fonctionné au sein d'une entreprise. Par contre le sujet avait été ouvert par l'entreprise... J'ai entendu parler de cas inverses dans des situations où le media n'avait aucune utilité en interne, où les collaborateurs ne l'avaient pas intégré dans leurs pratiques de travail et où il est devenu un exutoire par défaut faute d'être un élément de construction par nature.Il semblerait donc que pour bénéficier en tant qu'entreprise, que ce soit avec ses collaborateurs ou le grand public, de cette "auto-régulation intelligente" mieux faille prendre à bras le corps un sujet difficile qu'on préférerait éviter que laisser partir un sujet moins sensible mais en donnant l'impression de le négliger.La réalité est toujours plus complexe...mais cela me semble globalement aller dans ce sens. Comment from Anthony Poncier: Je rejoins Bertrand sur ce point, le contexte et la culture de l'entreprise sont les facteurs clé pour la suite des évènements.Plus généralement les rares entreprises qui ont souhaité modérer les débats (à priori) ont vu une participation inexistante.La vraie rupture entre les différentes entreprises repose sur le fait que les salariés puissent ou non produire eux mêmes des lieux de discussions sur différents thèmes et surtout ces thèmes doivent-ils être uniquement à caractère professionnel au sens strict du thème. Je pense par exemple à Dassault Systeme avec une communauté sur la question des transports pour venir au siège, qui si elle peut avoir une utilité n'est pas totalement pro.Après le terme intelligence collective, auto-régulation dans l'entreprise ne peut pas avoir le même sens que sur le web. Le regard de la hiérarchie et des collègues ont un impact beaucoup plus important que l'auto-regulation collective du web. La simple question de la maîtrise de la langue et les capacités d'écriture vont conduire des collaborateurs à réduire leur participation (au moins dans un premier temps) ou à relire 15 fois leur production avant d'oser la poster.Pour le reste je ne reprends pas ce qu'a développé Bertrand, mais je le partage totalement. Comment from Thibaut D.: Hum... La communauté sur les transports chez DS est indéniablement la plus utile de toutes... ;-)Je ne plaisant qu'à moitié, en fait j'ai l'impression que ce type de communauté qui intéresse tout le monde participe à créer l'esprit de corps de l'entreprise. C'est vraiment un "feeling" donc à prendre avec des pincettes mais ça peut avoir du sens... Comment from André Loechel: Le partage de la mémoire sociale"Intelligere, comprendre", peut-être faudrait-il d'abord reprendre son Gaffiot et se rappeler de ses cours de latin avant que de se laisser aller à de grands flux de verbiage. L'intelligence déployée à l'échelle d'une communauté, c'est donc d'abord et avant tout le partage d'une mémoire sociale et donc la prise de conscience - aujourd'hui comme à d'autres moments de notre histoire - d'une économie du lien basée sur les savoirs, c'est la bonne compréhension et l'intégration aussi de tous les vecteurs des écosystèmes dans lesquels nous vivons. Pour cela, il est bon comme toujours de s'assurer d'un certain recul au travers de la connaissance intuitive d'un John Lock dans son Essai sur l'Entendement humain de 1690. Ou encore, pour rester au XVIIème siècle, au travers du partage d'une intellection active issue de l'Ethique de Spinoza. Notre époque n'est qu'un nouveau moment - passionnant, notamment au travers des outils qu'elle s'est donnée - de l'histoire du partage des connaissances et de ses modalités! Comment from Dominique Rabeuf: Selon le Gaffiot, l'intelligence est la faculté de (1) discerner (2) comprendre.Au sens original: découvrir des liens (inter legare).Le terme est devenu très vague et désigne de trop nombreuses capacités mentales et comportements.Les anglo saxons ont gardé le sens premier, comme dans le I de CIA ou IS.Notons que l'intelligence n'est pas spécifiquement humaine, les animaux sont doués d'intelligence, certains automates aussi.Intelligence CollectiveHomo Sapiens n'est pas un animal social, il n'est pas pré-configuré pour se conformer à un modèle social particulier en dehors de la forme réduite du clan.On peut parfaitement illustrer l'intelligence collective par une termitière (le termite est un animal social par excellence).Les sociétés favorisent ou non les démarches d'investigation, elles consignent ou non les savoirs qui en résultent, décident ou non de transmettre le savoir acquis.La démarche d'investigation cognitive n'obéit à aucune éthique (tout le monde sait que la curiosité est un vilain défaut).Les formes sociales visent l'harmonie et la cohérence du groupe et se méfient du savoir non contrôlé.Ne perdons jamais de vue l'acte fondateur du péché originel sur lequel se sont bâties les pires des idéologies qui hantent encore la planète.Entre Dieu (Le Maître Social) et le Serpent (Le Savoir), optons pour le Serpent - surtout si Eve est jolie et la pomme délicieuse.L'intelligence collective est parfaitement illustrée par l'intelligentsia, formatage imposé par une caste, secte, idéologie, parti, congrégation, corporatisme, égliseRégulationDès lors que la régulation - lissages, atténuations, compromis face aux conflits - devient un impératif clairement exprimé et perçu comme un avantage par chacun, on évite l'entropie qui dissout le groupe (le retournement vers l'intérieur) tout en conservant la libre expression.Le document cité en lien dans l'introduction holopisme contient des perles navrantes (j'y reviendrai)                 Comment from Vincent Berthelot: Le titre est mal posé mais le sujet intéressant même si on ne parle pas le latin ;-)En clair pour que tout cela fonctionnne avons-nous la facilité de pouvoir suivre une recette ou bien est-ce trop contextuel à chaque entreprise.Je pense que se pencher sur un cadre général de reflexion qui comprend les nouvelles fonctions d'encadrement ou les évolutions de l'encadrement actuel, la charte d'usage des espaces collectifs est nécessaire pour que l'ensemble fonctionne. Comment from : Le titre parle "d'intelligence collective", le sous-titre envisage de mesurer cette intelligence, et le prompteur se focalise sur la vantardise ("La communication 2.0 est-elle nécessairement synonyme de la glorification de l'ego et du point de vue personnel ? ").Il y a 3 sujets en 1, non ? (comme les pastilles pour laver la vaisselle !)vous avez lancé je crois un nouveau concept, le "3in1 2.0" (c'est de l'anglais... ça veut dire en fait 3en1 2.0...)