Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Souvent similé au gratuit, le modèle de l'open-source (et à fortiori celui du logiciel libre) est en vérité beaucoup plus subtil. Vente de support technique, services premium etc. le modèle unique n'existe pas !
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Article
Collaborative content preparation:
Speakers (3)
AUDIENCE
Webtv guidelines
 
 
If I sponsored this subject?
Follow us on Twitter
Follow us on Facebook
Subject proposed by Stanislas Jourdan
Organization by Stanislas Jourdan
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Christophe Henner, Community Manager chez X-PRIME iD
Membre du Conseil d'Administration de Wikimédia France et...
Benjamin Jean, Benjamin Jean est juriste et expert juridiq...
juriste spécialisé en propriété intellectuelle, expert ju...
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...
Souvent similé au gratuit, le modèle de l'open-source (et à fortiori celui du logiciel libre) est en vérité beaucoup plus subtil. Vente de support technique, services premium etc. le modèle unique n'existe pas !
Mentioned companies : Red Hat    

J'ai attentivement lu et relu les commentaires de cet article du blog de techtoc suite au plateau L'open source en entreprise : alors c'est possible ? 

La richesse des commentaires fait selon moi naitre un grand paradoxe : Peut-on vendre un logiciel open-source ?

En effet, s'il est vrai que les licences libres n'interdisent pas a priori la vente de licences, on peut se demander comment ce système peut être viable dans la mesure ou l'accès au code et sa réutilisation ne saurait en aucun cas être interdite dans le cadre d'une licence libre.

Par ailleurs, si l'on vend des licences, comment rémunérer de manière juste le travail effectué par la communauté ??

Je suis loin d'être un expert de l'open-source, mais il me semble que ces questions soulèvent bien des paradoxes et des interrogations.

Topic brought to you by:
Loading...
Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Vincent ROSTAING (@lecairn) : Une infographie pour se convaincre du contraire à l'approche du dépot des codes de l'open source comme patrimoine de l'humanité auprès de l'UNESCO http://www.focus.com/images/view/6962/ Comment from Gilles Satgé: Du contraire de quoi ? Le lien que tu donnes implique assez clairement une gratuité des softs open source (free sharing of technological information) et va donc dans le sens du message de Stanislas plutôt que dans un sens "contraire". Comment from Dominique Rabeuf: Parler d'Open Source en général amène à la confusion. Le terme est utilisé par de nombreux types de licences très précis (GPL, BSD, LGPL, MPL, Apache, CDDL etc).Attention aux termes de redistribution/réutilisation/modification dont la signification et la portée dépendent de la licenceExemple: Red HatSes logiciels ne sont pas mis gratuitement à disposition, il n'y a pas non plus de vente du droit d'utilisation, mais une souscriptionCohabitation et coopération entre Open Source et PropriétaireDes fondations Open Source sont financées par des éditeurs tels que: IBM, HP, Google, ATT, Microsoft, etc. Exemple Jetty Le statut Open Source n'est pas immuable (Le Propriétaire itou)Des logiciels propriétaires peuvent passer en mode Open Source puis retourner dans le giron propriétaire. Exemple Sun Solaris Stratégie de la licence Low CostLa première chose que le client voit est le coût de la licence sur le catalogue.Restent les coûts de mise en oeuvre, formation, adaptations personnalisées, support et maintenance, bref le TCO: Total Cost of OwnershipLe business model de l'éditeur vise plus à des revenus récurrents de support et services que de gros tickets d'entrée. L'éditeur peut aussi proposer des services connexes (intégration, hébergement, administration).Il y a un petit peu de Bisounours et de Contes et légendes humanitaires dans l'Open Source et beaucoup de stratégies bien élaborées dont des combats entre géants du Propriétaire       Comment from Frédéric BASCUNANA: Bon, ça semble en soi un révélateur du sujet lui-même, aucun sponsor ne semble pointer le bout de son nez pour parler de ce sujet !Quelle ironie... révélatrice ? Comment from Benjamin Jean: Espérons que la rentrée stimule les entreprises du secteur, le problème étant probablement que le public attendu de la table n'est pas celui au fait de ce type de média collaboratif...Sinon, concernant l'exemple de Red Hat : s'il y a une souscription, c'est quant aux services offerts (voire à l'usage de la marque), la mise à disposition du logiciel est, elle, bien gratuite (la GNU GPL, apposée sur le kernel Linux et la plupart des composants GNU, interdirait une autre politique).Autre précision : parler d'Open Source est selon moins sans ambiguïté à partir du moment ou la définition de l'Open Source (à partir de laquelle sera ensuite certifiée une licence) est claire est précise.http://www.opensource.org/osd.html Comment from : Comme le dit Dominique, le terme logiciels libres est un mot valise qui regroupe beaucoup trop de confusions, peut-être faut-il commencer par limiter le sujet à un type de licence bien précis. Ou alors, orienter ce plateau comme un glossaire de cas de commercialisation de logiciels libre: les différentes SSII qui ont implantées Open Office et Thunderbird dans l'administration françaises par exemple...Un autre lien que j'aime bien qui parle du libre en entreprise: http://vimeo.com/13295714 par le BTS audiovisuel du lycée Suger (Saint-Denis)  Comment from Jérôme Fenal: Sinon, concernant l'exemple de Red Hat : s'il y a une souscription, c'est quant aux services offerts (voire à l'usage de la marque), la mise à disposition du logiciel est, elle, bien gratuite (la GNU GPL, apposée sur le kernel Linux et la plupart des composants GNU, interdirait une autre politique).Pas tout à fait.Le logiciel est libre, les sources sont accessibles à tous, mais les binaires des produits Red Hat ne sont effectivement accessibles qu'à travers la souscription.Car ces binaires sont effectivement identifiés clairement comme provenant de Red Hat (la marque), et ces binaires portent les certifications logicielles et matérielles (ce qui fait partie des services de la souscription Red Hat), l'engagement de stabilité sur 7 à 10 ans, le support, l'Open Source Assurance, etc.Et Red Hat n'assurera le support que sur ces binaires (et non sur des binaires issus de recompilation). Cf. https://access.redhat.com/support/offerings/production/soc.htmlPour plus d'informations sur la souscription : http://www.fr.redhat.com/products/rhel/benefits/