Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Usages, contenus et (cyber)culture du web social
Cloud, Entreprise collaborative et gouvernance
Big Data - Social CRM - Social Business
Éducation, Innovation socio-digitale et devt durable
Editeurs - écosystème et enjeux
Business modèles,
Entrepreneunariat, Financement
Mobile Business ou entreprise mobile ?
Libertés, devoirs et responsabilités numériques
Actus, tendances, trouvailles
À propos
de nous
D'après une étude de Forrester datant de Décembre dernier seulement 28% des français sont prêts à payer pour de la musique en ligne.
Et toc, voici mon feedback :
Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




Infos diverses
Lieu : Dans les studios de Webcastory
Webcast
notes
Intervenants (5)
AUDIENCE
 
 
Et si je sponsorisais ce sujet ?
Nous suivre sur Twitter
Nous suivre sur Facebook
Sujet proposé par Thomas Buisson
Organisation par Thomas Buisson
Format : Talkshow
Traitement : Débat d'idées
 
Intervenants :
Christophe Berhault, CEO YoosMedia.eu / CBE Tecnologies / SOS-Hadopi
Fabrice Frossard, Editialis

TechtocTV

Balises.i...
Directeur adjoint de la rédaction Editialis - Intervenant...
Frederic Neff, http://viva-musica.blogspot.com/

htt...
Free lance en web marketing, blogging, conseil et distrib...
Jesuis Orbor, SEO, Auteur Compositeur Interprète Développ...
Orbor chanteur 2.0 s'oppose officiellement à la loi HADOP...
Sandra Painbéni, Enseignant-chercheur en Marketing
Enseignant-chercheur en Marketing (spécialisation Marketi...
D'après une étude de Forrester datant de Décembre dernier seulement 28% des français sont prêts à payer pour de la musique en ligne.
Expertises concernées : 

Bercé par l'utopie du tout gratuit, il est aujourd'hui difficile de faire payer l'utilisateur final lorsqu'on propose un service en ligne.

C'est ce que révèle l'étude menée par Forrester qui met en exergue le fait que seulement 28% des français sont prêts à payer pour écouter de la musique en ligne. Les principales raisons mises en avant sont les catalogues pas assez complets des prestataires ou encore le manque d'interopérabilité.

Peut-on inverser cette tendance en proposant des offres de meilleure qualité (notamment  grâce aux applications smartphones qui permettent à l'utilisateur d'emporter sa musique partout) ou l'habitude du tout gratuit est-elle ancrée dans les habitudes de consommation des français.

Sujet par :
Loading...
Partager le lien :
Sujets potentiellement connexes :
  • Commentaire de : Peut-on avoir le liens de l'étude de Forrester dont il est fait mention?Une question qu'il me semble important de poser: la musique en elle même est-elle gratuite? Et alors, on ne paye que le service de distribution, Ou alors, la musique à une valeur propre, et comment faire pour justifier d'une valeur de cette musique? Commentaire de : Je lance actuellent un compil d'artistes locaux qui donnent leurs morceaux en soutient à James Climents je vous invite a regarder : www.hackc03ur.com Commentaire de Stanislas Jourdan : Une chose est sure, faire payer pour du contenu est désormais et restera un véritable challenge.Aujourd'hui, ceux qui réussissent dans la musique font payer non pas pour posséder de la musique mais pour y accéder. Les services de streaming sont l'exemple parfait de cette tendance.Or le problème est que l'artiste ne s'y retrouve pas pour le moment. Les redevances sont bien trop basses pour espérer entrer dans ses frais.Seul Apple, avec l'itunes stores semble s'en sortir grâce à une intégration ingénieuse de ses softs et de ses produits. Mais je doute qu'il y ait de la place pour plusieurs sur ce créneaux. Commentaire de Claude Gaillard : Je ne serai disponible que la semaine suivante malheureusement :( C'est dommage ! Commentaire de Frederic Neff : Je suis partant à 100% pour participer au sujet. C'est ma première fois donc je ne sais pas trop comment ça marche. Qui anime ? Qui sera autour de la table ? Commentaire de Catherine TARAPACKI-PINTO : comme vous pouvez le voir, la discussion commence déjà ici, mais vous pouvez également préparer le débat dans les notes internes et discuter avec les intervenants des points qui seront aborder, vous pouvez également inviter des confrères à nous rejoindre et pour ce qui est de l'animateur, Frédéric BASCUNANA sera sans doute notre maître de cérémonie habituel. pour tout savoir c'est ici : http://techtoc.tv/page/598/infomerciaux--publi-ediorial/tutoriels-video/a-quoi-va-ressembler-mon-show c'est le moment d'inviter des musiciens..... Commentaire de Christophe Berhault : trouve ce sujet : Excellent !très bon sujet ! Non les Français ne sont pas pingres, ils financent l'Hadopi ... et la sacem impose la fermeture d'un beau modèle qui était gratuit : http://www.rollingbox.comJe serais dispo pour participer  Commentaire de Jesuis Orbor : En tant que chanteur 2.0 (http://www.youtube.com/watch?v=TqEDVXDXgyE) je m'intéresse de très près à la monétisation des nouveaux modèles de l'industrie musicale ... Je m'oppose farouchement à la loi HADOPI (voici mes actions contre cette loi archaïque : http://chanteurdeuxzero.canalblog.com/). Je serais enchanteur de participer à cette émission ...CordevocalementOrbor chanteur 2.0 Commentaire de Renaud Veeckman : trouve ce sujet : Excellent !Dans n'importe quel système la gratuité n'existe pas... Commentaire de Christophe Berhault : Bonjour Renaud, il faut nous en dire plus sur ceci : http://bit.ly/The-Man-Who-Trademarked-HADOPI ... @Catherine, est il trop tard pour invité Renaud Veeckman à participer à ce plateau via Skype ? Commentaire de Sandra Painbéni : @Catherine Tarapacki-Pinto : comme promis, voici quelques questions pour alimenter l'émission- La culture de la gratuité pour la consommation de musique concerne-t-elle uniquement la cible jeune ou touche-t-elle l'ensemble de la population française ? Et qu'en est-il à l'échelle mondiale ? - Les sites de streaming (du type Deezer) cannibalisent-ils les sites de téléchargements légaux (comme iTunes) ? - Une offre de musique équitable (cf Fair Trade music) pourrait-elle inciter à l'achat de musique ? - L'offre de musique premium (comme sur Deezer) pour inciter à l'achat de musique fonctionne-t-elle ? Pourquoi ? Bonne émission ! Commentaire de Catherine TARAPACKI-PINTO : merci pour ce feed-back et je me charge de véhiculer vos attentes... Commentaire de Catherine TARAPACKI-PINTO : nous serions ravi de le compter parmi nous....via skype avec plaisir !!! Commentaire de Jesuis Orbor : trouve ce sujet : Excellent !c'est dans l'actu du moment ... Commentaire de : trouve ce webcast : Excellent !Tous les 6 mois ce sujets doit revenir pour faire un point sur les avances/evolutions.Bravo Commentaire de Stanislas Jourdan : trouve ce webcast : IntéressantPlutot bien traité, difficile de rentrer dans le détail de chaque partie du débat, mais ce plateau aura au moins permis de bien montrer les multiples contradictions de la situation actuelle...La conclusion de Orbor à la fin est à ce titre très juste. Commentaire de Mobius : Déjà, si le prix de la musique "physique" (cd etc.) n'était pas, pour 98%, la rémunération des employés des majors, le français moyen serait peut-être plus enclin à payer pour de la musique, qu'elle soit physique ou sous forme de données informatiques. Personne n'a jamais trouvé anormal de payer pour aller à un concert, pas vrai ? Parce qu'à un concert, à part les éventuels organisateurs, c'est en grande majorité l'artiste, qu'on paye. Et pas ceux qui le produisent, et qui lui reversent un demi-centime par cd de 18 euros vendus.Alors non, les français ne sont pas pingres. Ils en ont juste ras-le-cul qu'on s'foute de leur gueule, et c'est bien normal... Commentaire de Frederic Neff : Cher Mobius,ne soyez pas trop caricatural. Il y a déjà 19,5% qui partent pour l'état sous forme de TVA et 8% qui partent à la SACEM pour les auteurs/compositeurs/éditeurs. En enlevant la marge du point de vente et du distributeur, il reste environ 8 à 10€ pour faire large au producteur (et non 98%). libre à lui de redistribuer cette somme de façon rémunératrice (ou pas à l'artiste) suivant les conditions du contrat qui les lient. Sachant qu'en général, le producteur investit sur l'artiste, il se prend une plus grosse marge car il prend un risque financer. Libre à vous de trouver ça grossier. Enfin, si les majors représente 75% (environ) du marché en CA, elles ne représentent pas 75% de la production. Il existe une multitude d'acteur autres, de la PME à l'association en passant par l'autoprod qui réaliser et produisent des albums. Alors, se donner bonne conscience en stigmatisant les producteurs de contenus, ça soulage (car c'est vrai que du côté des majors, les contrats c'est pas folichon, je vous l'accorde) mais ce n'est malheureusement pas si simple. Mettre dans le même panier rené la Taupe (qui n'est pas sur une major), Johnny Hallyday (major) et des labels indés comme HM, Because, Ninja Tune ou les labels de CD1D c'est comme comparer un ricycle avec un boeing, deux moyens de transport (certes) mais tellement incomparable. A bientôt Mobius ;-) Commentaire de Frederic Neff : L'idée avait été lancé à la sortie de l'enregistrement. en attendant, sur http://wearemusik.com/, on fait un podcast de temps en temps pour avoir un petit update des nouveautés du marché. Commentaire de Fabrice Epelboin : Très bon tout ça ! Vraiment navré de ne pas avoir pu être parmi vous, la prochaine fois, promis, je suis là, et il faut absolument une prochaine fois ! Commentaire de Michael Bergeron : Un peu en retard mais, je viens de voir ce sujet... j'ai toutefois mon petit mot à dire.Évidemment que le monde ne sont pas prêt à payer pour de la musique. Les gens en ont profité et l'ont eu de manière gratuite pendant des années avec que l'industrie réagissent!Cependant, ce n'est pas car une chose est devenue pratiquement "normale" que cela devrait continuer ainsi. Je fais peut-être l'avocat du diable car je crois tout de même qu'il a d'autre moyen de donner un revenu aux artistes que de la vente de musique en ligne!Cependant, depuis la dernière année, de plus en plus de personnes mentionnent que payer un montant fixe par mois serait une solution très envisageable. Un montant par exemple de 5$/mois pour télécharger ou écouter de la musique de bonne qualité serait une très bonne solution.Et même, Steve Jobs, mentionne qu'il voudrait implanter cette méthode pour iTunes Store.Bien que le téléchargement gratuit à certains avantages (j'évoque le sujet à quelques reprises sur mon blogue) cela ne permet pas à l'industrie de bien évoluer. Commentaire de Christophe Berhault : Michael, regardez ceci : http://www.licence-globale.org , et si vous voulez en savoir plus n'hésitez pas à écrire au webmaster ...