Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Lors d'un précédent plateau sur L'ERP est-il l'antithèse de l'entreprise 2.0 nous évoquions en fin de plateau le rôle des Direction des systèmes d'information dans l'évolution des entreprises vers un mode d'organisation "2.0" et vers le Cloud, qui décentralise tout ce qui l'était jusqu'ici Il est donc temps sur techtoc.tv de poser cette grande question : Quel devrait être le rôle de la direction des systèmes d'information dans l'entreprise ? Ce rôle est-il actuellement sous-évalué ? Peut-il et doit-il évoluer ? Si oui comment ?
Webcast
notes
Speakers (4)
AUDIENCE
 
 
If I sponsored this subject?
Follow us on Twitter
Follow us on Facebook
Subject proposed by Stanislas Jourdan
Organization by Stanislas Jourdan
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Quentin Adam, CEO & founder : Clever Cloud / Web Fan Entr...
fondateur de Clever Cloud, start up dédié à l'innovation,...
Steeve Bois, Founder at SocialSymphonyapp.com

IT/...
love is a pathless land
Fabrice Frossard, Editialis

TechtocTV

Balises.i...
Directeur adjoint de la rédaction Editialis - Intervenant...
Pascal HUREAU, ECOSYSTEM CONSULTING

Directeur Associé
Consultant et formateur en management des systèmes d'info...

Lors d'un précédent plateau sur L'ERP est-il l'antithèse de l'entreprise 2.0 nous évoquions en fin de plateau le rôle des Direction des systèmes d'information dans l'évolution des entreprises vers un mode d'organisation "2.0" et vers le Cloud, qui décentralise tout ce qui l'était jusqu'ici

Il est donc temps sur techtoc.tv de poser cette grande question : Quel devrait être le rôle de la direction des systèmes d'information dans l'entreprise ? Ce rôle est-il actuellement sous-évalué ? Peut-il et doit-il évoluer ? Si oui comment ?

Keywords:  DSI
Related expertises: 

À force de trop dire que "l'informatique est un outil formidable au service de l'homme", j'ai l'impression que l'on oublie que l'outil transforme également l'homme et bien sûr l'entreprise.

Le problème, lorsque l'on se contente de la première partie de ce bout de raisonnement, c'est alors que l'on passe complètement à coté de la réflexion du rôle de l'outil dans l'organisation. Ce qui concrètement revient à considérer une DSI... comme un outil au service de l'organisation. Et non un service qui change l'organisation... et aurait donc sa place dans la réflexion stratégique de l'entreprise en étant force de proposition dans la conduite du changement.

Aujourd'hui, ce rôle semble nul. Pire, j'ai même l'impression que dans certains cas, les services informatiques sont des freins à l'innovation et à la productivité dans l'entreprise. Lire à ce sujet cet excellent article : L'entreprise française, l'agonie des dinosaures 1.0

Le but de ce plateau est donc de traiter des problématiques rencontrées par une DSI, comprendre les enjeux internes à l'entreprise et voir les évolutions souhaitables du rôle de la DSI.

A vous ! :)

Topic brought to you by:
Loading...

For further details, see "Related subjects" tab
Share the link:
Connected subjects:
  • All subjects with videos within this series:
    Here's my feedback:
    I transmit my opinion: I find this subject...




    Misc infos
    Location : Dans les studios de Webcastory
    Comment from Corinne Dangas: Pour prendre l'exemple du secteur édition - presse, et de l'expérience que j'ai pu en avoir : dans certaines entreprises les moins avancées, les fonctions et profils "techniques" étaient historiquement perçus comme guère mieux que des esclaves / outils au service des fonctions "dignes" : rédactionnelle et commerciale. L'agonie du dinosaure 1.0 pour devenir une entreprise 2.0 agile, efficace et rentable, y est un choc culturel que les DSI doivent être capables d'assumer, et auquel un rôle longtemps cantonné purement à de l'informatique d'exploitation ne les a pas toujours préparés. Il faut sortir du fauteuil, et insuffler le changement. Ce sont bien souvent les DSI qui sont les plus à même de montrer les voies de développement stratégique (y compris d'un point de vue business : quels sont les nouveaux produits, les nouveaux modèles économiques, les nouveaux modes d'implémentation, etc.). Mais la conduite du changement s'y heurte à ces freins culturels forts, suppose un renversement de cet équilibre de pouvoirs. Sans parler de refontes structurelles, et au quotidien une faculté à faire désormais travailler main dans la main les compétences en transversal (journalistes, développeurs, graphistes etc.) Beaucoup d'entreprises de ce secteur ont encore du chemin à faire de ce point de vue. (Le Monde a annoncé il y a quelques jours qu'ils lançaient une rédaction bi-media pour les présidentielles.) Comment from Frédéric POULET: trouve ce sujet : Excellent !Excellent sujet - cf commentaire ci-dessous - Comment from Frédéric POULET: Par expérience sur la mise en route du projet Entreprise 2.0 il est en effet primordial que la DSI mais pas seulement - aussi la Communication, les RH etc. fonctionne(nt) dès le début elle(s)-même(s) en 2.0 (hors aspect outil)Nous recrutons par exemple on top en ce moment, un Change Manager* pour nous accompagner dans le changement de "MindSet".On ne le dira jamais assez, mais le premier à pouvoir faire changer les choses est... le Dirigeant de l'Entreprise, en emmenant avec lui l'ensemble des Ressources Humaines (au sens large) et en donnant l'exemple lui-même.*avis aux amateurs (qui peuvent m'envoyer un CV) Comment from Corinne Dangas: Géniale l'illustration du sujet, j'adore :) Comment from Corinne Dangas: @Fred, pour renchérir - ô combien - sur ta remarque, cet extrait du rapport publié aujourd'hui par l'Institut Montaigne, "Le défi numérique. Comment renforcer la compétitivité de la France""Chaque époque du développement du numérique a laissé des traces dans les organisations. Leur superposition provoque de la confusion et des malentendus et les projets informatiques connaissent un taux d’échec qui ne serait toléré dans aucun autre domaine de l’ingénierie. La cause la plus notoire de ces échecs est la taille excessive des projets. Cependant, lorsque l’on cherche l’explication d'un succès, l’on reçoit toujours la même réponse : le stratège, dirigeant de l'institution, a été le sponsor du système d'information et l'a soutenu de tout le poids de son autorité."Donc rôle des DSI à faire évoluer, oui. Mais la responsabilité en incombe avant tout, aux dirigeants eux-mêmes, au risque sinon d'envoyer les DSI à l'échafaud, car elle suppose la levée de freins culturels qu'évoque également ce rapport (et de nombreux autres), qui sont particulièrement forts en France, et de véritables obstacles à l'innovation. Comment from Frédéric POULET: Aux dirigeants au sens large... sans doute... c'est à dire aussi à la Gouvernance... du pays et à la "culture française"Un passage du rapport auquel j'adhère à 150% :"Des Freins culturel ? On entend souvent dire à l'étranger que la France est un pays très réglementé où les impôts sont élevés et le droit du travail pénalisant. Le besoin de réactivité, d'initiative et de prise de risque propre au numérique se concilie mal avec un tel contexte. D'après certaines études sociologiques, les Français se caractériseraient par la rigidité de leur rapport à la hiérarchie, ainsi que par la crainte de l'incertitude et du changement. Ce sont autant de freins à l'innovation. Les pays leaders dans le numérique sont ceux dont la population accepte la prise de risque et qui ont su libérer son énergie créatrice en désacralisant l'autorité."Tant qu'on ira au e-G8 pour "faire le beau"... On est toujours dans la règlementation sur tout au lieu de se poser la question du comment accompagner le changement et les transformations inéluctables (cf. Hadopi et récemment la réglementation sur le e-commerce...)Je comprends vraiment (malheureusement) les entrepreneurs qui s'exportent ! Comment from Fabrice Frossard: Pour enrichir le débat un petit article de l'atelier sur le sujet. En gros, les DSI entrent de plain pied dans la stratégie de l'entreprise http://atelier.net/articles/strategie-entreprises-concerne-de-plus-plus-dsi?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter Comment from Fabrice Frossard: @Corinne Je n'avais pas lu ta réaction et j'en suis désolé. Mais pour le coup, un peu de personnal branding, je pense être le premier en France à avoir lancé une rédaction bi-média visible là : http://www.industrie.com/it/sommaire-edito-du-mag/it-nouvelle-formule-feuilletez-le-n-913-en-ligne.8387Bon, ce n'est clairement pas un quotidien de l'ampleur du Monde, mais bon. Tout ça pour dire que la DSI n'a jamais été impliquée dans ce projet. Et concernant le sujet proprement dit, pour avoir une bonne visibilité sur les problématiques de DSI actuellement, elles consistent essentiellement a améliorer le capex et l'opex en étudiant toutes les voies possibles de l'externalisation et de l'optimisation du SI. Laquelle passe souvent par l'externalisation, donc le CLOUD. CE qui remet en cause la gouvernance dans des proportions jamais atteintes jusqu'alors. Et de mon point de vue, nombre d'entre eux se posent énormément de questions parce que ce changement de paradigme bouleverse les équilibres internes et la gestion des ressources humaines. Il y a beaucoup à dire sur le sujet qui occupe et préoccupe la majorité des entreprises moyennes et ETI. Soit l'essentiel des 2000 DSI français. Comment from Corinne Dangas: @Fabrice, bravo, cela ne m'étonne pas que tu aies été précurseur ;) Quelle fonction tu y avais alors ? Comment était organisée la structure et la responsabilité de la DSI ? (pour Le Monde c'est un exemple de convergence des 2 économies mais j'ignore totalement le rôle joué ou pas par la DSI en l'occurrence : tu le sais ?)1) Tout à fait d'accord pour le cloud et l'externalisation.Le rôle stratégique des DSI à cet égard est implicite (devrait l'être...) et totalement déterminant d'un point de vue économique. 2) Ajoutons à cela appelons-le "surplus" de rôle stratégique de la DSI (hors gouvernance SI) que j'évoquais : plus restrictif puisqu'il ne concerne que certains contextes de développement numérique d'ETI "brick and mortar" (édition, commerce - distribution, etc.) où il découle de cultures ou configurations organisationnelles particulières : - Directions Internet ou e-commerce, nées originellement d'initiatives sous tutelle de la DSI, et déployées comme telles (englobant product management, marketing Internet). - Ou à l'inverse, directions commerciales intégrant une gestion Internet globalisée (SI compris) et qui en gros est un état dans l'état sur lequel la DSI historique doit se battre Là aussi des bouleversements d'équilibres internes radicaux ces 4-5 dernières années (pas mal de réorganisations sur ces aspects ces 2 dernières années dans le commerce et tourisme), quand il s'agit soit de re-déployer cela en interne, soit de maintenir mais concilier des enjeux qui entretemps se sont centuplés, dont l'équilibre s'est renversé (un canal Internet qui va représenter parfois +80% des ventes alors qu'il n'existait pas 5 ans avant) et devenus concomitants, "mixtes", convergents ou parfois même rivaux, et où la DSI a / a eu à jouer un rôle stratégique. Merci pour l'article de l'Atelier, "rôle clé des responsables informatiques en matière d'innovation et de création de valeur" pour 80% des interrogés : c'est de l'eau au moulin du sujet. Je n'aime pas trop le label "génération Y" que je trouve discutable, mais leur rôle d'un point de vue culturel est très vrai. Comment from Steeve Bois: J'aurai pas pu mieux dire ! C'est triste ! Comment from Steeve Bois: trouve ce sujet : Excellent !J'adore cet illustration, c'est tellement vrai lol Comment from Steeve Bois: Un petit article et un sondage à propos des services informatiques en entreprise qui sont de plus en plus mis à l'écart dans la prise de décision de l'adoption ou non des solutions cloud :http://www.developpez.com/actu/33093/74-des-entreprises-utilisent-des-services-de-Cloud-Computing-les-departements-IT-de-plus-en-plus-mis-a-l-ecart-dans-la-prise-de-decision/ Comment from Pascal HUREAU: trouve ce sujet : Excellent !Cela fait plusieurs années que la tendance est observée, mais elle devient le coeur de la réflexion nécessaire sur l'évolution du rôle du DSI, sur l'importance que l'on donne à son information stratégique, sur la maîtrise de ses systèmes d'information alors que beaucoup d'entreprises - et de directions générales en particulier - négligent cette maîtrise. Comment from Rodolphe Falzerana: J'enfonce certainement une porte ouverte pour certains. Le DSI a beaucoup évolué ces dernières années : de technicien de l'informatique, Géo Trouvetou, il est devenu Chef d'équipe puis Manager pour être un véritable Directeur des Opérations et maintenant ils interviennent directement au niveau le plus haut en définissant une partie de la stratégie de l'entreprise.Les DSI peuvent donner un avantage décisif à leur entreprise comme les enliser... Si vous avez des exemples, je suis preneur.Pour ma part, je me demande sérieusement si une partie des retards de l'A380 n'est pas due à un SI qui ne répond pas complétement à la complexité de la production. Implémenter une solution de PLM efficace est un enjeu majeur dans ce cas.Dans le cas du cloud, il s'agit peut-être d'aller vers plus d'externalisation. Peut-être choisir de se séparer des outils indispensables mais pas stratégiques comme la messagerie, le CRM... (bien qu'une messagerie qui ne fonctionne pas soit une véritable catastrophe) ; pour mieux se concentrer sur les besoins spécifiques du cœur de métier. Comment puis-je donner un avantage stratégique à mon entreprise en la dotant d'un SI adéquat et performant ? Comment from Christophe DESHAYES: Je passe une grande partie de ma vie avec les DSI depuis plus de 15 ans et j'ai du mal ne serait-ce qu'à les classer dans différentes catégories tellement les enjeux, les contextes, les cultures, les objectifs sont différents.Je constate qu'un nombre croissant de DSI siègent désormais au CODIR, certains comme DSI d'autres parce qu'ils ont d'autres fonctions (acquises grâce à leur parcours de DSI).Je constate également un nombre croissant et particulièrement important de femmes.Idem pour les DSI n'ayant pas eu le moindre parcours SI avant leur nomination.Bref les DSI ont déjà énormément changé. L'image du DSI homme, technicien ne parlant avec sa machine est à ranger au rayon des clichés encombrants. Les autres métiers de l'entreprise comprennent-ils mieux les SI, c'est probable mais très inégal, quant aux fournisseurs traditionnels de l'entreprise c'est carrément douteux. Comment from Corinne Dangas: +1 sur tes observations, et en particulier ta remarque concernant les fournisseurs. Cela ne met d'ailleurs pas nécessairement en cause leur compétence, mais justement la vision stratégique que l'on évoquait aussi dans un autre sujet, qui a besoin d'intégrer des enjeux qui vont au-delà du SI.La stratégie produit et le SI, par ex., peuvent être étroitement imbriqués, et un choix d'un côté être très structurant de l'autre... mais pas toujours dans le bon sens :) Comment from Catherine Coste: trouve ce webcast : Excellent !La France 2.0 est en route et personne ne pourra arrêter cela ... Voir cette excellente interview de M. Jean-Michel Billaut sur le sujet : http://frenchweb.fr/jean-michel-billaut-veut-demarrer-la-revolution-de-la-fibre-optique-a-villiers-le-mahieu/ Comment from Catherine Croiziers De Lacvivier: trouve ce webcast : IntéressantIl manquait un DSI :-) Comment from Vincent Rostaing: C'est assez chronique les DSI se planquent en ce moment quand ils entendent parler de 2.0 ou de cloud , alors les 2 en même temps !!! ... ;) Comment from Catherine Croiziers De Lacvivier: Que nénni ! bien au contraire, nous sommes partie prenante du 2.0 et du cloud avec bien évidemment nos contraintes d'urbanisation car si Cloud / Saas a cette particularité de la maîtrise du coût, d'une implémentation rapide, le DSI est confronté au problème d'urbanisation et d'évolution du produit car l'utilisateur final veut aujourd'hui que tout soit intégré (logique de SSO) jusqu'à par exemple la facturation. De plus, il souhaite des évolutions rapides par rapport à son métier pas toujours compatible avec la roadmap du logiciel proposé. Le DSI est donc là pour temporiser, bien communiquer sur les plus et les moins de ces NTIC et bien sûr favoriser cette nouvelle donne quand elle apporte une valeur certaine au métier. Comment from Vincent Rostaing: Désolé pour la boutade, en phase complètement sur l'apport du DSI en terme de Référentiels qu'ils soient d'habilitations, de processus, de KPI etc... Il me semble d'ailleurs que il sera de plus en plus difficile de ne pas faire du DSI un DSIO, tellement l'organisation est impactée par ces nouvelles architectures . Comment from Frédéric BASCUNANA: je note en tout cas qu'on doit vous inviter pour l'une des prochaines sessions de plateaux du 13 septembre ou du 13 octobre ?;-) Comment from Catherine Croiziers De Lacvivier: avec plaisir; Une DSI 2.0 dans l'action. :-) Comment from Corinne Dangas: C'est aussi ce que je pense, complètement en phase avec vos propos et avec @Vincent : les enjeux du 2.0, du cloud me semblent dans bien des cas nettement déplacer la fonction de DSI vers celle de DOSI, de facto peu courante (en tout cas dans le secteur privé) et pas facile à opérer en pratique car très large (et potentiellement conflictuelle !), mais qui pourtant intègre assez bien ces enjeux. Ce ne serait pas inintéressant dans un prochain Lounge "Cloud", d'y consacrer un sujet : la superposition MOA / MOE, le déplacement des frontières avec le métier induites par le 2.0 et le cloud, et in fine la dimension organisationnelle de la DSI. Le DSI 2.0, un DOSI ? Comment from Catherine Croiziers De Lacvivier: On a défini le DOSI car, de part sa fonction, le DSI en mettant en place des outils transverses a du impacter l'organisation et les processus de l'entreprise, une forme d'interroperabilie a la fois technique et fonctionnelle. Aujourd'hui avec l'ouverture nécessaire mais maitrisée du SI, plus qu'un dsi2.0 je vois plus un directeur numerique. (envoyé de mon iPhone- pardon pour la ponctuation) Comment from Frédéric POULET: J'aimerais pour ma part pouvoir compter sur un "Directeur Numérique" capable de gérer la symbiose interne - externe :Non seulement à même de gérer l'ensemble des problématiques numériques internes (dont la communication), le Community Management, mais aussi, d'avoir la Vision ouverte permettant à l'entreprise de capter toutes les données externes pour enrichir le tout. (cf mon billet sur le sujet qui rejoint finalement ce débat)http://fredwpt.wordpress.com/2011/08/22/la-force-du-cloud-lavenir-des-rse-intelligents-e20-rse/ Comment from Christophe DESHAYES: J'ai un peu de mal Corinne.Cela fait 15 ans que j'interviens dans les DSI des grandes organisations publiques et privées françaises et il me semble que le sujet est réglé. 3 sur 4 intègrent l'organisation. D'ailleurs être passé de l'informatique... au système d'information (mi 90's) sans avoir intégré l'organisation aurait été un non sens.Alors après on peut penser qu'ils occupent mal la fonction, qu'ils ne font pas assez d'organisation... C'est sûrement vrai, mais ce n'est pas une question titre.Et c'est également vrai dans de nombreuses autres fonctions :- la dir Com fait plus plaquette institutionnelle et d'organisation de séminaires que de gestion stratégique de la marque- la DRH fait plus de négociation avec OS et de plans sociaux que gestion stratégique des compétences...Le problème n'est-il pas surtout un problème de représentation comme disent nos amis sociologues ? Quel est le logiciel qui occupe la tête des patrons ? Les dirigeants sont-ils convertis sincèrement au 2.0 ? Quand c'est la cas (ce qui reste très rare) le reste suit (Dir COM, DRH, DSI ou DSIO...) Comment from Quentin Adam: BonjourJe pense pour ma part que la fonction est encore amené à évoluer dans les temps à venir de part la modification des modèles économiques mis en œuvre dans un SI :- d'une gestion de projets unitaire et conçut pour durer, avant- La mise en place d'abonnements et de mensualisation des achats avec le cloud-> ceci va entrainer une modification de la nature des projets d'évolution du SI, rendant ses modifications plus agile et rendant une large part de moteur de l'innovation au DSI, plus agile sur un marché dynamisé par ces nouveaux modèles de rémunération du SI Comment from Corinne Dangas: +1 @Christophe le problème de représentation est très vrai. Encore que le titre ne soit pas complètement anodin dans la légitimité et la représentation, donc souvent indirectement dans l'occupation opérationnelle de la fonction ;) Le DSI intègre l'organisation par rapport au responsable informatique, mais de là à avoir une capacité effective à en conduire et même induire les évolutions ou la refonte, la nuance existe tout de même. Au quotidien lorsqu'on touche aux enjeux d'évolution de produit ou à ceux d'implémentation et d'intégration de services SaaS où la frontière avec les métiers est en train de devenir toujours plus floue, on en sent des effets concrets assez sensibles, et c'est vrai que la grande variabilité d'un contexte d'entreprise à l'autre conforte complètement ton analyse. @Fred, in fine, plus le numérique s'intègre, plus les échanges avec l'extérieur se multiplient et s'intensifient et transitent par les canaux que l'on connaît, plus la symbiose devient totale et si j'entends ta définition plus cela devient carrément un directeur de l'information (sinon de la relation) et non du système de... au sens strictement "outillé" du terme : vaste enjeu ! :) Comment from Catherine Croiziers De Lacvivier: J'aimerais pour ma part rencontrer une entreprise 2.0 ou un directeur numerique pourrait s'expimer a sa juste valeur en coopération totale avec ses collègues dircom,drh, dirstrategie, dirjuridique, DG, and Co :-) Comment from Corinne Dangas: Un article intéressant dans MagIT http://goo.gl/KCPvp avec un constat par Gartner qui corrobore ce qu'on évoquait ici, et avec @Fabrice dans d'autres sujets sur le cloud :- "un déplacement de l’allocation des budgets IT, de la DSI vers les responsables métiers et, surtout, marketing. Avec, à la clé, une transformation radicale de la chaîne de valeur des services informatiques."- "Les entreprises ne cherchent pas à réduire leurs coûts IT mais à assurer leur croissance."- Il s'agit de «sortir des choses du centre de calcul et de réallouer le budget correspondant à l’innovation »- Cloud «adopté plus vite dans les PME que dans les grandes entreprises »- La sémantique compte peu, comparativement au résultat final : «ce que veut dire IaaS, PaaS ou SaaS, le client s’en moque. Ce qu’il veut savoir, c’est comment il améliore son activité.»