Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Je cite Crouzet sur son blog "Le 2.0 serait le Web participatif (ce Web où des couillons comme moi créent du contenu qui sera monétisé par les businessmen… vous parlez d’une innovation : l’esclavage)." C'est mon point de départ.
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Format : Talkshow
Treatment : Debate
Article
Speakers (4)
Images (3)
AUDIENCE
Webtv guidelines
 
 
If I sponsored this subject?
Follow us on Twitter
Follow us on Facebook

Je cite Crouzet sur son blog "Le 2.0 serait le Web participatif (ce Web où des couillons comme moi créent du contenu qui sera monétisé par les businessmen… vous parlez d’une innovation : l’esclavage)."

C'est mon point de départ.

Keywords:  web 2.0
Related expertises: 

Son blog et ce billet en particulier ont ceci de salutaires qu'ils posent les questions de façon à décaper nos sourires angéliques.

Cette sensation d'esclavage j'en sais quelque chose, je ne l'ai pas nommée comme telle par contre j'aurais facilement pu moi aussi m'approprier un terme que Thierry utilise dans son billet, à savoir que parfois les producteurs de contenus se sentent aussi "vampirisés".
Je reproche néanmoins en toute camaraderie si possible constructive à Thierry de ne pas suffisamment explorer de pistes de solutions - même s'il les maîtrise en filigrane, il doit faire preuve de plus pédagogie de pédagogie pour atteindre en toute cohérence un lectorat susceptible, peut-être un jour, de relayer plus massivement ses propos et contribuer à déployer l'énergie collective requise pour inverser les tendances qu'il dénonce. 
Je ne propose en tout cas ce plateau qu'à deux conditions :
1) que Thierry puisse venir ;
2) qu'un représentant de Google accepte de prendre la parole malgré le risque de se positionner face aux critiques cinglantes de notre ami.
Google en fait d'ailleurs des caisses pour nous convaincre qu'ils sont toujours une sympathique start-up, mais je leur en veux pour des raisons qui n'ont rien à voir avec celles de Thierry : pour moi ils ne se comportent pas de façon responsable dans l'écosystème. Et ça, c'est un problème soluble à court-terme si quelques professionnels tirent la sonnette d'alarme : je crois qu'ils ont de bon outils de veille pour "entendre" nos propos non ?
Ils ne réinjectent en effet pas localement dans le tissu économique, ils ne le font qu'en apparence, superficiellement, et savent avec brio affiner leur branding sur de belles opérations liées au green ou à l'humanitaire, parce qu'ils sont bien organisés pour ça et qu'après tout c'est le minimum qu'ils peuvent faire de part leur position dominante : or non seulement cela sonne vite creux pour quiconque s'y penche attentivement, mais dans le contexte B2B de l'écosystème ils font tout sauf du collaboratif.
C'est ce qui selon moi peut un jour se retourner contre eux et abîmer cette image de marque encore quasi immaculée.
Ah, j'oubliais, troisième condition :
3) qu'un sponsor finance le plateau et le billet de train de Thierry ainsi que son temps.
Cela va de soi.
 
Je suis en phase avec lui alors que je ne le découvre que depuis peu, alors que j'ai pour ma part déjà les bisounours et la vampirisation, avec d'autres mots et pour d'autres raisons. mais j'ai proposé des solutions qui sont à ma modeste échelle en cohérence avec mes coups de gueule, comme de trouver le moyen de reverser 25% de mon CA aux co-éditorialistes de nos chaînes. 
Parce que contrairement à bon nombre de site influents qui savent que les commentaires de la communautés qu'ils animent sont en fait leur plus grande valeur, notre dispositif nous permet (c'est juste un coup de chance) de pouvoir reverser aux contributeurs les plus actifs. Et je ne parle pas de montants symboliques - malgré le fait que le gros de l'investissement logistique soit de notre côté.
Je m'égare ? - pas du tout.
Je concilie critique théorique tout en essayant de donnant l'exemple par une mise en pratique cohérente avec mon propos, et immédiate. Je pense participer ainsi à l'effort de guerre du combattant Thierry et l'inciter à infléchir mon propre discours s'il pense qu'on peut l'améliorer.
C'est juste que quand il dit "je pense que la bataille n'est pas terminée" : je me sens responsabilisé et j'envie qu'on commence, :même modestement, à se constituer en meute pour obtenir des résultats un jour ou l'autre.
 
Qui d'autre pour agir ?
 
Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from Thibaut D.: Le slogan de Google est "don't be evil". Faut il y voir une technique de communication à "rebrousse poil" ? ;-)    Comment from Véronique Da Costa: Je veux bien participer, mais je risque de dire beaucoup de banalités. Je suis très proche de l'avis de Thierry. Comment from Stanislas Jourdan: Ahah, beau défi que tu lances, Fred. Etant lecteur assez fidèle du blog de Thierry, je crois connaitre un peu mieux ses préconisations (d'ailleurs formalisée dans son dernier livre L'alternative nomade ) Mais ses idées méritent bien qu'on s'y attarde dans un plateau :) Comment from Duc B: Le web 2.0 ne serait-il qu'une forme biaisée d'esclavage ? > Oh lala, on s'y croit enfermer dans une matrice .-)De mon point de vue sociétale, j'ai remarqué déjà que leweb2.0 est une bisounours, merci de l'expression empruntée @fredbascunana, en corollaire notre vie numérique est participative, collaborative, phagocytée par l'ancienne mode de pensée. C'est presque un remaniement du système (en particulier l'écosystème web). En bref Le web 2.0 est et doit être subventionnée par celle ci (l'ancienne économie) !Je n'irai pas plus loin sans mes études, mes recherches préliminaires sur ce qui va passer en 2050, le Web Digital 2050 .-)Voila les sujets de mes études et de recherche !"... 'Le' moi digital..."À savoir : la vie numérique, notre préoccuppation actuelle (de l'écosysteme liée à NTIC), n'est rien par rapport à notre vie digitale, (à savoir, Puce ID, Passeport ID, Carte ID, bref, le 'moi digital' = système de contrôle pour 'agir' avec l'environnement NTIC. Exemple précité : "je pense avoir de la chance" -> ... .-) bref ! .Cela est en pleine révolution technologique, déjà beaucoup de chercheurs travaillent dans ce sens.En conclusion rapide, (Prévenez-moi quand c'est en ligne !Je souhaite être prévenu(e) si un sujet similaire ou connexe est traité).D'ici là bon week end à tous !AmicalementDuc.B Expert consulting 'Technologie des moteurs de recherche'Je soutiens SEMA7 'Search Engine Marketing Association'  Comment from Vincent Berthelot: Hé bien je n'accroche pas du tout à ce discours, sympathique car généreux et utopiste mais tellement partisan et paradoxal.En clair Thierry nous dit je hais les entrepreneurs! (cf le billet cité ) Ah oui mais que sont les lectacteurs, les contributeurs du web si non des entrepreneurs d'eux-mêmes se mettant en scène pour passer leurs idées, être écouté, être diffusé.Comment s'exprimer sans tous ces sites qui en échange de la contribution gratuite offre de la visibilité, de l'ergonomie ? Qui d'ailleurs oblige à cet "esclavage" ?Alors oui Google m'inquiète mais ce genre de diatribe tout autant car elle reléve d'une idéologie de la décroissance et non d'une croissance alliant le social, environnement aux financier et équilibrant le tout pour lui donner un sens. Comment from Dominique Rabeuf: On peut douter que Google vienne débattre de sa fermeture annoncéeJe cite Thierry CrouzetPrenez Google. Que réverse-t-il aux créateurs de contenus qui lui permettent de créer son index ? Rien sinon quelques subsides à la communauté open source. Google devrait reverser 100 % de ses bénéfices, sinon c’est une société esclavagiste qui devrait être fermée.Google semble avoir d'autres à fouetter en ce momentNotaDans le source de la page de blog de Thierry CrouzetLes brutes, les bêtes et les truandsOn notera un la présence d'un script faisant appel aux services de Google AnalyticsIdentifiant de compte Google Analytics : UA-6911497-1Je reste à peu de choses près factuel Comment from Etienne Hayem: Je comprends très bien la position de Thierry, et personnellement, je suis plutôt dans la recherche de l'équilibre du partage de la valeur créée.C'est toujours la question de la complémentarité et du rapport de force entre les acteurs. Qui crée la valeur? Google ou celui qui apporte le contenu? Qui encaisse les bénéfices? Via quel système de monétisation?Google a une vraie valeur, c'est certain, sinon ils ne seraient pas là où ils sont, la question est sur qui, grâce à qui ou comment continuent-ils de créer cette valeur? et comment la rétribuent-ils?Cette problématique est valable pour tout site communautaire, techtoc y compris, partout où il y a une diversité d'acteurs qui produisent et contribuent à la valeur: créateur, producteur, marketeur, vendeur, prescripteur, utilisateur.Donc en 2 mots: diversité et complémentarité du processus de création de la valeur /////// Partage et rétribution de cette même valeur par rapport à la part crééeDerrière la guerre contre google, c'est un vrai sujet de fond. Comment from Nadine Herzog: Je vous conseille de lire le prochain livre de Pierre Fraser (un ami de Thierry Crouzet) traitant en autre de ce sujet. Je fais partie du Comité de lecture et j'avoue avoir été surprise par les idées contre intuitives qu'il présente. http://dindification.com Comment from Frédéric BASCUNANA: merci @ Nadine alors ;-) Comment from Vincent Berthelot: La dindification est en effet fortement virale :-) Comment from Boris Perchat: voici le commentaire que je viens de laisser sur le blog de ThierryNavré c'est un peu long :-)@ Monsieur Crouzet : je me sens concerné par votre billet car je suis à l'origine de votre invitation au débat et du thème du débat lui-même (je suis membre de la communauté TechTocTV mais pas de l'équipe cependant) or il y a quelque chose qui m'échappe concernant vos arguments : vous remarquez que les valeurs du partage, de l'entraide, de la coopération et de l'intelligence collective manquent à l’appel sur le web selon vous du côté du business laissant croire que nous en sommes bien pourvu par ailleurs…Mais alors pourquoi avoir attendu que le débat auquel vous avez été invité (et donc que vous pouviez refuser) soit fini pour faire connaître votre avis sur les questions qu'il posait et en dénigrant au passage ses participants et organisateurs ? Vous avez été averti 10 jours minimum à l'avance du débat et donc vous aviez tout autant de temps pour PARTICIPER, COOPERER dans une volonté d'INTELLIGENCE COLLECTIVE à la préparation du débat dans les commentaires préparatifs et d'autant que vous pensiez dès le départ à propos du thème du débat que c'était selon votre expression "une question à la con". Pourquoi maintenant vous appuyer sur les faiblesses des échanges ce jour là, ce dont vous avez été un acteur tout autant que moi et le reste des intervenants, pour répondre aux questions du prompteur ? Et pourquoi vous concentrer sur ces questions du prompteur alors que j’avais conclu dans les échanges préparatifs qu'elles étaient en fin de compte purement indicatives ?Bref, ces valeurs dont nous percevons la nécessité d'être dorénavant remises au goût du jour, pourrions-nous déjà les appliquer entre nous. Vous ne croyez pas ?Ne pensez-vous de surcroît qu’il est un peu simpliste de stigmatiser le rôle des "businessmen" alors qu’en fin de compte nous avons sans doute tous notre part de responsabilité dans l’internet d’aujourd’hui ? Car c’est bien de cela dont il s’agit avec l’internet… c’est un pouvoir partagé entre tous ses utilisateurs lequel s’accompagne inévitablement de son pendant en terme de responsabilité.Et à ce propos pour ce qui est de vos propos sur Google j'ai du mal à vous suivre. Vous affirmez que Google spolie en quelque sorte les producteurs de contenus ... Mais jusqu'à preuve du contraire personne n'est forcé de s'y référencer. C'est une démarche volontaire de la part du producteur de contenus qui dans la majorité des cas vient lui-même soumettre l'url de son site web. Et puis ensuite, si besoin était, il y a un moyen très simple de se dé-référencer de ce moteur ou même de ne jamais s'y référencer du tout à l’étape de lancement de son site. Tout webmaster sait cela.Si Google est à ce point si détestable selon vous pourquoi utilisez-vous leurs services sur vos sites web ?Allez maintenant que j’ai mis le doigt sur ce qui me paraissait être une incohérence de votre part, à mon tour de me livrer à ce petit jeu sur moi-même car j’estime qu’après tout cet internet des valeurs dont nous souhaitons l’avènement ne se construira pas sans une bonne dose de tolérance et d’humilité de la part de ses acteurs, moi le premier ;-)Aussi je vais vous avouer l’aspect sur lequel je pense manquer de cohérence : je m’aperçois que je n’ai jamais effectué de dons à l’attention des logiciels libres dont je suis l’utilisateur et notamment pour les principaux Mozilla Firefox, Wordpress, FileZilla. Je pourrais rajouter Wikipédia pendant que j’y suis…Oh cela n’a rien de catastrophique dans l’absolu puisque ces services sont par définition "libres" mais cependant quand on y réfléchit ce sont des outils dont je me sers et que j’oublie d’entretenir à l’attention des utilisateurs futurs. C’est comme si je me servais d’un outil dans un établi en oubliant en fin de journée de le nettoyer soigneusement pour qu’une prochaine personne puisse l’utiliser en toute tranquillité le lendemain. Honte à moi ! mais je vais y remédier promis…Humain que je suis j’ai encore à apprendre de ce que suppose une intelligence collective digne de ce nom.;-)Merci Comment from Sophie Januel: Vous en êtes où sur ce sujet ? Comment from Vincent Berthelot: on a pas de Spartacus! Comment from Dominique Rabeuf: Pas de Spartacus, mais les Nostradamus pullulent Comment from Philippe Vacheyrout: trouve ce sujet : Excellent !En effet nous sommes dans le goulag des archipels, libérez vous et faites la révolution numérique avec @capucinenet1 - SOS