Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Usages, contenus et (cyber)culture du web social
Cloud, Entreprise collaborative et gouvernance
Big Data - Social CRM - Social Business
Éducation, Innovation socio-digitale et devt durable
Editeurs - écosystème et enjeux
Business modèles,
Entrepreneunariat, Financement
Mobile Business ou entreprise mobile ?
Libertés, devoirs et responsabilités numériques
Actus, tendances, trouvailles
À propos
de nous
"La fin des blogs" - derrière cette phrase répétée chaque année par des journalistes ignorant tout de la chose internet, se cache une évolution assez aboutie des outils "sociaux" sur internet, dont les blogs étaient annonciateurs. Un simple constat sur des metrics qui donnent les blog en perte de vitesse passe à coté de l'explosion de Twitter, notamment chez les ados cette dernière année, l'omniprésence de Facebook, qui gagne les séniors, et l'explosion des usages et outils d'autopublication. Les blogueurs, loin d'être finis, ont été les spectateurs, commentateurs et utilisateurs privilégiés de cette explosion des usages numériques du web social, et pourraient en apprendre beacoup aux journalistes de la génération Remington, qui sont en charge de marronniers comme le désormais traditionel article sur la fin des blogs. voir aussi le billet de William Rejault
Et toc, voici mon feedback :
Ci-dessous, j'expose mes motivations auprès des organisateurs :


Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




Infos diverses
Lieu : Dans les studios de Webcastory
L'article
Réagir ?
Intervenants (2)
AUDIENCE
Web-TV,
mode d’emploi
 
 
Et si je sponsorisais ce sujet ?
Nous suivre sur Twitter
Nous suivre sur Facebook
Sujet proposé par Fabrice Epelboin
Organisation par Fabrice Epelboin
Format : Talkshow
Traitement : Débat d'idées
 
Intervenants :
Fabrice Epelboin, -
Professeur à Sciences Po. Paris, entrepreneur
Rémy Bigot, Rémy Bigot
Webmarketer indépendant

"La fin des blogs" - derrière cette phrase répétée chaque année par des journalistes ignorant tout de la chose internet, se cache une évolution assez aboutie des outils "sociaux" sur internet, dont les blogs étaient annonciateurs.

Un simple constat sur des metrics qui donnent les blog en perte de vitesse passe à coté de l'explosion de Twitter, notamment chez les ados cette dernière année, l'omniprésence de Facebook, qui gagne les séniors, et l'explosion des usages et outils d'autopublication.

Les blogueurs, loin d'être finis, ont été les spectateurs, commentateurs et utilisateurs privilégiés de cette explosion des usages numériques du web social, et pourraient en apprendre beacoup aux journalistes de la génération Remington, qui sont en charge de marronniers comme le désormais traditionel article sur la fin des blogs.

voir aussi

Mots-clés :  blog, blogging, web 2.0, web social
Expertises concernées : 
Sujet par :
Loading...
Partager le lien :
Sujets potentiellement connexes :
  • Commentaire de Charles Liebert : se porte volontaire pour participerDinoblogger (Octobre 2001), j'ai vu passer toutes les périodes de Bloggers, et je considère cette culture et écosystème comme pérenne...le blogging ne disparait pas, il mute grace à chacune des nouvelles innovations qu'apportent les nouveaux usages sur Mobile et écrans connectés (Ipad, Tv, et "demain" Google Glasses....). Commentaire de Fabrice Epelboin : Billet de Pierre Chappaz http://www.kelblog.com/article-la-fin-des-blogs-cette-bonne-blague-115877417.html Commentaire de ipub : Blogueur depuis 2003, je continue car le blogue reste le meilleur support flexible et indépendant. Toutefois, le blogue a du comme toute chose s'adapter afin de tirer avantages des différentes plateformes sociales. Commentaire de Emmanuel PARODY : Le phénomène des blogs n'a jamais existé que dans l'esprit de ceux qui trouvaient une utilité au concept. Annoncer leur mort c'est juste tirer le rideau pour passer à la suite du feuilleton. Le mot blog: un buzzword commode, un style au mieux. La réalité du blogueur expert, passionné ou simplement capable de tenir une publication réguliere a toujours été marginale. Elle l'est toujours, heureusement. Les réseaux sociaux d'un côté, les publications automatisées via des agrégateurs fourre tout ont simplement mis fin au malentendu, distribuant les rôles plus efficacement. Commentaire de : se porte volontaire pour participerBloggueur moi même à mes heures perdues, je ne suis pas certain que l'on assiste à leur fins dans l’absolu , mais plutot à une mutation du phénomène. On est passé de l'ère du skyblog avec le quidam qui raconte sa vie et publie ses photos, sa vie privée, au blogueurs "experts" ou "influents" qui font des articles de plus en plus en profondeur pour exprimer leurs opinion, exposer des faits.. Bref un blogueur qui concurrence le modèle journalistique. Aujourd'hui, nous en sommes arrivés à une ère de défiance de la part des internautes envers les médias plus classiques, ces derniers souhaitant trouver à travers des Korben JM Manach, et d'autres... :) une information dont la qualité n'est plus représentée à leurs yeux via le journalisme "classique". et ces mêmes blogueurs expérimentés sauront d'eux même effectuer la transition vers d'autres forme de communication bien assez tôt si nécessaire. Commentaire de Fabrice Epelboin : Promet moi que tu viens nous argumenter ça en plateau !!! Commentaire de Philippe Vacheyrout : Les blogs sont en passe de devenir des réseaux sociaux, le moment est venu de passer à l'acculturation de la confiance dans le numérique, rendez vous sur http://cloudid.fr/wp-content/uploads/2012/12/Fred-Forest-.pdf avec Fred Forest à l'occasion de la Fête de l'Internet http://www.netpublic.fr/2013/01/fete-de-linternet-2013/ ;-) Commentaire de Boris Perchat : J'ai lu l'article paru sur le monde qui a visiblement inspiré notre discussion... il est très bien cet article parce qu'il a réussi ce qu'il annonçait et dès la première ligne : mettre les pieds dans le plat.http://www.lemonde.fr/vous/article/2013/03/01/qui-blogua-ne-bloguera-plus_1841443_3238.htmlLe journaliste renchérit quelques lignes plus loin avec : "Autant de questions qui fâchent, et qui seraient de nature à mettre le feu à la blogosphère". Pari réussi donc.Bien sûr qu'il y a quelques imperfections dans ce qui y est écrit et notamment dans l'opposition qui est faite entre les blogs et des réseaux sociaux qui ne s'opposent pas comme le souligne Pierre Chappaz sur son blog mais participent chacun d'un phénomène de blogging plus général sans aucun doute.La seule -vraie- chose qui m'embête c'est que le journaliste n'ai pas été interroger des avis contraires ou complémentaires sur le thème choisi à savoir le déclin des blogs. Et il en aurait trouvé évidemment (ici notamment) et selon un spectre de fréquence large et nuancé qui lui aurait permi de couvrir la complexité du phénomène. Parce qu'à mon sens c'est aussi là qu'il s'agirait de s'interroger : c'est quoi au juste le blogging ? c'est quoi un bloggueur ? est ce que tenir un blog suffit-il à être considéré comme un bloggueur ? c'est quoi le micro-blogging par rapport au blogging ? Qui était les bloggeurs des premiers temps et qui sont ceux actuels ? quelles nouvelles formes de blogging sont apparues depuis la naissance des blogs ? Est-ce qu'une entreprise qui ouvre un blog mais qui ferme les commentaires de celui-ci est une entreprise qui blogue ? Je blogue depuis bientôt 7 ans mais je n'ai pas le sentiment d'être un blogueur à part entière. J'ai ce sentiment parfois mais ce n'est jamais 365 jours durant. Il y a beaucoup de nuances de couleur dans le phénomène de blogging, pas étonnant que certaines analyses accrochées à une certaine définition du blogging annonce leur déclin quand ils ne font en fait que mettre le doigt sur une seule fréquence du phénomène.Alors ne faudrait-il pas que ce journaliste vienne rejoindre le plateau et entendent vos/nos voix de façon à poursuivre la réflexion qu'il a initiée et qui est censée offrir à ses lecteurs une vue complète et impartiale sur les sujets abordés. Moi je vote pour. Commentaire de Fabrice Epelboin : inviter le journaliste du Monde, on le fera par principe, mais aucune chance qu'il descende de son piédestal pour venir parler avec le bas peuple. Qui plus est, il risque tout de même qu'on lui balance dans la gueule que le premier lecteur du Monde papier c'est Air France, et que l'essentiel des PV et VU sur lemonde.fr est réalisé par des botnets. Ceci dit, on a Emmanuel Parody ci dessus qui connait bien mieux le sujet qu'un gugusse du Monde et qui a mis les pieds aussi bien dans le papier que dans le web. A mon avis, on gagnera au change ;-) Commentaire de Emmanuel PARODY : Merci Fabrice mais je pense que tu te trompes sur l'auteur. olivier Zilbertin n'est pas étranger au monde des blogs. On peut juste s'interroger sur ses sources et le raisonnement un peu simpliste. Enfin tu te trompes, l'audience du Monde.fr est plutôt "propre", rien à voir, justement, avec celle des plateformes de blog ou microbloging, véritable dépotoir de spams et de botnets...Pas si simple Commentaire de Fabrice Epelboin : J'ai peut être été un poil rapide sur Zilbertin, qui j'ai jugé (un peu trop vite) à la qualité de son argumentation... Par contre, sur le trafic bidon des sites web des grnads quotidien Français, les metrics bidons des tirages papiers, et ce genre de truc, navré, mais le trafic du Monde est aussi pourri que tous les sites qui ont croqué au SEO, dont le modèle économque est lié à la PV, et surtout, surtout, qui se sont retrouvé dans une course à l'échalote avec leurs petits concurrents (coucou lefigaro) où tous les moyens étaient bons :D Commentaire de Boris Perchat : on pourrait avoir une discussion intéressante si de part et d'autre, blogueurs et journalistes ne s'arrogent pas la vérité sur le phénomène blogging auquel ils contribuent chacun à leur manière. N'est-ce pas aussi votre sentiment qu'il serait temps de tordre le coup à ce malentendu qui oppose la sphère journalistique à la blogosphère une fois pour toute au sujet des blogs ? Pour moi cela ne fait aucun doute. Qu'Olivier Zilbertin (que je connais pas personnellement) soit sur le plateau nous permettra d'aller dans le bon sens. Et je veux bien en être dès lors. Commentaire de Boris Perchat : Fabrice on ne se connait pas personnellement et je ne suis pas là pour te juger, mais je trouve très cool que tu sois revenu sur ton jugement et avoué son caractère hâtif. Et cela peut arriver à tout le monde. I like. Commentaire de Rémy Bigot : se porte volontaire pour participerBlogueur depuis de nombreuses années, cette discussion m'intéresse particulièrement.Le blog est pour moi loin d'être mort, bien au contraire, sans lui, peu de contenus intéressants sortiraient de nos jours ! Commentaire de Fabrice Epelboin : La réconciliation blog/presse est un vieux serpent de mer, et elle cache en pratique une réalité plus cruelle : la totale désaffection du grand public pour la presse, et surtout, une absolue perte de confiance.http://fr.scribd.com/doc/121982154/Barometre-nouvelles-fractures-def-pdf (page 29 à 32).Aucun journaliste de la presse écrite n'a envie de faire face à cela. Officiellement, c'est la faute à Google et aux forces obscures de l'internet. Pour Google, c'est juste idiot, mais pour les forces de l'internet, il faut reconnaitre qu'une proportion énorme de français a eu l'occasion de constater les travers de la presse de près, et qu'à force, tout le monde a perdu confiance. Pour rappel, 73% des français pensent que les journalistes cèdent face aux pressions, 72% pensent qu'ils sont coupé des réalités.En pratique, on doit bien avoir 73% des blogs qui cèdent aux pression (commerciales) et 72% qui sont coupés des réalités aussi, mais les blogs le font sans trop de complexe, alors que les journalistes n'osent pas regarder ça en face.Ceci dit, si Zilbertin veut participer au talkshow, il est naturellement le bienvenue. Commentaire de Boris Perchat : complètement d'accord Fabrice, il ne s'agit pas de réconciliation blog / presse mais bien d'une discussion conjointe sur le sujet de la soit-disant fin des blogs (ou de leur transformation perpétuelle selon la perspective à laquelle on se place), une discussion qui rassemblerait blogueurs et journalistes après pour ce qui est de la désaffection du peuple pour la presse peut être cela a-t-il un lien avec la montée des blogs ? c'est le débat qui pourrait nous permettre d'en parler justement Commentaire de Fabrice Epelboin : Ce n'est pas tant la montée des blogs (2006-2010) qui a tué la presse que l'explosion des outils d'autopublication, dont les blogs étaient les précurseurs.Aujourd'hui, entre Twitter, Tumblr, Pinterest et companie, il y en a sous une multitude de forme, ça a dilué l'audience des média trahi, et surtout, nombreux sont ceux qui se sont posé en alternative ou en critique, et les journalistes ont beaucoup de mal à faire face à ça.C'est aussi à mettre sur le coté corporatiste des journalistes, qui pourraient tout à fait faire le ménage chez eux pour se refaire une image de probité. Les blogs sont au final, aujourd'hui, tout autant corrompus, et on y obtient un article en échange d'un téléphone portable, mais objectivement, la seule différence avec le Monde, c'est le prix de l'article.http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=14385 Commentaire de Emmanuel PARODY : Tu te trompes de grille de lecture, ça tourne à l'obsession alors que ce raisonnement est dépassé depuis des années. Pas sûr que ce soit le débat puisque personne ne défendra non plus que les blogs ont réussi à constituer une alternative globale à la presse professionnelle. Je suggererais de regarder du côté des conditions de rémunération de l'UGC au cours des 8 dernières années pour trouver d'autres pistes de lecture. Commentaire de Fabrice Epelboin : les blogs n'ont rien réussi de la sorte, par contre, les réseaux sociaux ont créé une véritable réintermédiation de l'info et donné de réels débouchés à la presse alter. D'un point de vue économique, on est d'accord, la rémunération des U dans les UGC est une blague, j'imagine que c'est en chute libre, non ? Commentaire de Boris Perchat : l'évolution des blogueurs... http://www.flowtown.com/blog/wp-content/uploads/2010/12/101201-FLOW-BLOGGER2.png