Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Usages, contenus et (cyber)culture du web social
Cloud, Entreprise collaborative et gouvernance
Big Data - Social CRM - Social Business
Éducation, Innovation socio-digitale et devt durable
Editeurs - écosystème et enjeux
Business modèles,
Entrepreneunariat, Financement
Mobile Business ou entreprise mobile ?
Libertés, devoirs et responsabilités numériques
Actus, tendances, trouvailles
À propos
de nous
Le SaaS (Software As Service) est annoncé comme un des prochaines next killer application pour les entreprises. On le pare de toutes les vertus. Mais les entreprises ont-elles raison de faire le (grand) saut ? En quoi le SaaS est-il révolutionnaire ? [Cliquer ICI pour voir la 1ère partie]
Et toc, voici mon feedback :
Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




Infos diverses
Lieu : Dans les studios de Webcastory
Webcast
notes
Intervenants (8)
AUDIENCE
 
Ce sujet vous intéresse ? Cliquez ici pour
 en voir d'autres connexes sur la web tv de :
Format : Talkshow
Traitement : Débat d'idées
 
Intervenants :
Thomas Andrieu, Level Informatique SARL
Level Informatique (Co-founder), Expert en SI.
Josselyn Dubroca, 2013 : AVA EXPERT2002 a 2012 : DELOITTE1995...
Expert Comptable diplômé
Marc Dupuis, SAP FRANCE
SAP Business ByDesign Solution Advisor
Alexandre Lachaut, CapGemini Consulting
Alexandre Lachaut, Consultant CapGemini Consulting Techno...
Eric PERRAUD, CEGID
Directeur des Ventes Indirectes CEGID
Dominique Rabeuf, XML Today - Projets SaaS / Cloud Computing<...
Explorateur du futur Web
Yann RAMBAUD, PRODWARE
Directeur des Opérations SaaS - PRODWARE
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...

Le SaaS (Software As Service) est annoncé comme un des prochaines next killer application pour les entreprises. On le pare de toutes les vertus. Mais les entreprises ont-elles raison de faire le (grand) saut ? En quoi le SaaS est-il révolutionnaire ?

[Cliquer ICI pour voir la 1ère partie]

Expertises concernées : 

De quelle façon modifie-t-il radicalement l'entreprise ?

Quels sont les avantages pour une entreprise ?

Le Saas plus adapté à l'entreprise 2.0 ?

L'adopter revient-il à améliorer ses performances ?

Partager le lien :
Sujets potentiellement connexes :
  • Commentaire de Christelle Fritz : Des petits exemples pour les non informaticien? Commentaire de Alexandre Lachaut : @christellevoici la définition de SaaS (ou ASP) http://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciel_en_tant_que_service#Fournisseurs_de_service_d.27applicationquelques logiciels en mode Saas : salesforce (crm), googledocs, gmail, Microsoft Business Productivity Online Standard Suite...en fait la plupart des applications aujourd'hui proposées en mode SaaS. Commentaire de Christelle Fritz : J'ai testé deux logiciels intéressant côté pro:Yoolink pro et Jamespot pro...Cette nouvelle configuration est très intéressante en entreprise.La simplicité d'usage, avoir toujours un logiciel à jour, ne plus avoir besoin de connaissance informatique pour l'utiliser...à expérimenter... et peut être l'adopter Commentaire de Vincent Berthelot : Marrant cette première réponse de Christelle très orientée utilisateur ou chef de projet côté MOA. Hé bien pour nous en effet les SAAS a plein d'avantages! Commentaire de Christelle Fritz : un autre avantage... ceci peut ne pas être géré par un DSI (^_^)//Voici une réponse orientée sécurité:Après bien sûr il peut toujours se poser des questions de sécurité...Par exemple: utiliser google dans un côté pro est-il potentielement dangeureux puis que leurs serveurs peuvent se trouver au état unis Commentaire de Alexandre Lachaut : le SaaS et la crise..Crise ou pas, le marché des logiciels Saas (Software as a Service) se porte bien. Selon le cabinet américain Gartner, l'année 2009 verra ce mode d'accès aux applications bondir de 17,7 % pour atteindre, au niveau mondial, 7,5 milliards de dollars. Une coquette somme à comparer aux 6,4 milliards de dollars engrangés en 2008. Les analystes estiment que le total des applications Saas atteindront 14 milliards de dollars à l'horizon 2013. Les applications liées aux contenus, à la communication et à la collaboration représenteront à elles seules 2,5 milliards de dollars, devant le CRM (gestion de la relation client ou GRC) qui pointera à 2,28 milliards de dollars. Les PGI (progiciels de gestion intégré) représenteront quasiment deux fois moins, avec 1,24 milliard de dollars, devant les applications liées à la supply chain à 826 millions de dollars. Déception du côté des suites bureautiques et des outils de création numériques en ligne : ceux-ci n'auront encaissé que respectivement 68 et 62 millions de dollars à la fin de l'année. (source : 01net.com)  Commentaire de Thomas Andrieu : Une problématique très intéressante que le SaaS, on compte de nombreux avantages tels que la réduction des coûts, l'expertise technique du prestataire (en général...), la facilité d'accès quelque soit notre emplacement géographique....Et de nombreuses problématiques avancées par nombres de DSIs et de consultants:-Problématique de confidentialité : données en dehors de l'entreprise, accessibles physiquement par des tiers-Interopérabilité des applications en SaaS avec d'autres applications SaaS / avec les outils internes-Responsabilité : Mieux vaut-il taper sur un prestataire ou sur quelqu'un en interne ? quel est le différentiel entre un interlocuteur interne et un interlocuteur mutualisé entre plusieurs clients ?-La réponse aux besoins : mon application hébergée répondra-t-elle mieux à mon besoin qu'une application achetée, gérée en interne ?-Question de coûts : Même rengaine entre le DAF qui souhaitera diminuer ses récurrences et sera donc bien frileux à l'idée du SaaS (politique du one-shot) ou du DAF qui souhaitera épargner sa trésorerie en étalant les coûts.Bref, que de débats sur le Saas ... :) Commentaire de Frédéric BASCUNANA : Thomas, je te sens bien parti pour apporter ton expertise sur ce plateau ;) Commentaire de Thomas Andrieu : Et comment ! :) Commentaire de Alexandre Lachaut : ce serait pertinent qu'il y ait un DSI pour parler du SaaS...notamment du pourquoi une entreprise accepte (ou refuse) de mettre des applications en mode SaaS : sensibilité des données, instabilité du réseau... Commentaire de Josselyn Dubroca : Utilisateur ou observateur de cette technologie au cours de mes missions, je suis persuadé de son intérêt à plus d'un titre : gain de temps, gain de place (en association avec scan + GED), logiciel certifié SOX dans certain cas, niveau et qualité des échanges entre les acteurs utilisateurs (prestataire de services/ client) renforcés...Attention toutefois à prendre quelques précautions (sécurité et surtout intégrité des données confiées à un tiers hébergeur) et à mesurer les impacts induis (exemple dans mon cas : le client s'attend à une comptabilité en temps réel pas toujours simple à produire dans les faits...)Bref un sujet passionnant...  Commentaire de Dominique Rabeuf : SaaS et CloudingTous les grands noms sont dessus: Oracle, IBM, Google, Microsoft, EMC et bien d'autres.Beaucoup de très mauvais prestataires vont pointer leur nez.Le départ est donné, il ne faut pas s'y précipiter sans y réfléchir.Mieux vaut éviter les DSI poussiéreux, ils sont légion.Il va falloir changer les habitudes.Cette mouvance dépasse le Web au sens propre; l'infrastructure et les standards sont là.Il suffit juste de choisir un bon standard et un style adéquat parmi de multiples facettes sans avenir.Je vais développer cela dans les grandes largeurs. @Josselyn DubrocaComment un expert comptable voit son métier sous l'angle EIMEIM: Enterprise Integrated Management (ECM + Business Processing)ECM:: Enterprise Management SystemAu delà du CMS: Content Management System Le tout bien sûr dans un but de formalisation de contenus et règles afférentes pour une utilisation concrète, profitable, modularisée Commentaire de Dominique Rabeuf : @AlexandreLe réseau Internet est fiable, résistant, robusteLa confidentialité et l'intégrité des données sont des impératifs qui ont des solutions techniques éprouvées depuis longtemps, mais pas dans la culture de la quasi totalité des prestataires classiques de systèmes d'informationsJe vais vraiment m'amuser sur cette thématique Vrai que la bureautique est morte, Office ouvert ou non - on s'en fout (d'ailleurs il n'y a même pas de pare-feu comme le croyait Anne Effet)Les Progiciels sont des vieilles bouses desséchées tenues à bout de bras par des fournisseurs qui ne savent pas évoluer et des prescripteurs qui ronronnent.Parmi les leaders reconnus des systèmes d'informations depuis les années 1980 les disparitions se sont accumulées. Cela va simplement plus vite que dans l'automobile.D'ailleurs les jeunes vont vite avoir de très bons arguments et des vieux singes vont les aider à les étayer. Les vieux singes n'apprennent pas de nouvelles grimaces mais apprécient que les jeunes singes en fassent. Commentaire de : @Dominique RabeufJe suis plutôt d'accord avec vos remarques, en revanche selon moi les noms des grands du Cloud et du SaaS ne sont pour beaucoup pas les bons...Microsoft commence à avoir quelque chose, ok. Mais si l'on assimile la position d'Oracle à celle de Larry Ellison, son charismatique PDG et fondateur, ils sont contre. IBM parle beaucoup mais n'a concrètement rien. SAP s'est planté; on attend le deuxième round. EMC offre de la virtualisation "re-marketée" en "cloud", ce qui est une plaisanterie et à côté du sujet.Google bien sûr est un acteur majeur. Amazon est LE grand acteur du Cloud Computing et de l'infrastructure à la demande: c'est aujourd'hui eux qui rendent possible l'explosion des offres SaaS. Salesforce est un des grands acteurs du SaaS; Netsuite est l'ERP leader. De très nombreuses solutions émergent dans absolument tous les secteurs. Apple aussi en est un des acteurs très intéressants (j'attends de voir ce qu'ils vont faire de leur futur datacenter, le plus gros du monde). Facebook est un acteur à suivre sans aucun doute.En fait, si, comme je le crois, SaaS et Cloud sont de véritables ruptures, ce sont tous les secteurs de l'informatique qui vont être bouleversés. Les hiérarchies vont changer et beaucoup d'acteurs traditionnels vont disparaitre ou se repositionner sur des marchés très différents, quelle que soit leur taille (à l'image d'IBM qui a été chassé du marché du PC il y a quelques années). Offrir un service SaaS ce n'est pas être éditeur de logiciel, c'est être opérateur. La structure de coût est différente, le cycle de vie produit est différent, la relation client est différente (d'ailleurs l'acheteur est-il le même? cf Salesforce), la structure du revenu est différente... et très rares sont les entreprises qui sur un même marché réussissent à gérer deux structures en compétition. Commentaire de Dominique Rabeuf : Je vais développer ceci: le STACH d'InternetS Station {PC, eMobile, eBooK ...}T Transport {Les moyens de transmission: aérien, filaire ...}A Accès {L'accès aux transports, les méthodes de transports, protocoles ...}C Contenu {Le contenu sous toutes ses formes}H Hébergement {Les auberges des contenus}Ce n'est pas, bien sûr; une nouvelle façon de dessiner le modèle des télécommunications Juste une façon d'illustrer le paysage, une graphie d'Internet avec ses composants et leur rôles respectifs.La station est un support pour la transmission, elle émet et/ou reçoit avec ou sans l'intervention d'un utilisateur humain (cela peut être un capteur) (un chat peut envoyer un email, sans le savoir certes)Le transport est le moyen de véhiculer les échanges. On ne va pas développer ici.L'accès est tout simplement le service qui permet d'accéder au transport. C'est à la fois banal comme un cadenas qui permet d'utiliser un vélo ou plus complexe comme de réserser un billet pour un voyage en navette vers MarsLe contenu. C'est tout et n'importe quoi pourvu que cela puisse se transporter.L'hébergement est le garage ou sont stocké les composants du contenu.Et en plus cela marche en anglais, pied de nez à ceux qui ont entendu parler du Stack OSI OSI ModelLes principes du SaaS / CloudingLa station n'héberge pas de contenuDepuis n'importe quelle station je peux disposer d'un accès pour que soit transporté un contenu sans me préoccuper de l'hébergement de celui ci  Le contenu qui s'affiche sur ma station peut provenir de différents hébergements dont des stations, via plusieurs fournisseurs d'accès et différents moyens de transportComment ça marche ?Saas et CloudingEt l'entreprise dans tout ça ?Comme d'habitude, elle s'adapte ou disparaîtCertains vont rester sur le carreau ou carrément au fond de la mineC'est un très bon moyen de se débarrasser des encombrants coûteux, inutiles, dépensiers, imposteurs, toxiques bref les trous du cul du web.  Commentaire de Dominique Rabeuf : @Matthieu HugPour IBM et EMC j'en ai une très drôle mais seulement en privé Commentaire de : Bon, le débat fait rage :) Et il reste 11 jours à tenir, ça promet ;)A très bientôt pour échanger sur le sujet, l'angle est sympa (révolution = rupture, adaptation, agilité, etc). Et puis on en profitera pour rappeler les basiques, trop de gens mélangent SaaS (et non Son Altesse Sérénissime) avec le Cloud. Ils sont un peu dans les nuages les gens... Commentaire de Frédéric BASCUNANA : hé, David, avec tous ces clouds dans le ciel... quand va-t-il pleuvoir ? Commentaire de : Ou quand la réalité dépasse les concepts IT... http://img.skitch.com/20091126-g97crna6eqwyhwt5dta711n9i7.jpg Commentaire de Josselyn Dubroca : Je vais jouer le béotien (notez que je ne dois pas beaucoup me forcer…) mais ATTENTION, j’ai l’impression que certains commentaires pourraient conduire certains à percevoir ce futur débat/ projet de plateau comme un échange entre personnes s'exprimant entre "professionnels de la profession" (Frédéric, si j’ai bien compris, tu souhaites le contraire… ;-))Un exemple : la question/ remarque de Dominique qui m’est adressée :« Comment un expert comptable voit son métier sous l'angle EIMEIM: Enterprise Integrated Management (ECM + Business Processing)ECM:: Enterprise Management SystemAu delà du CMS: Content Management System Le tout bien sûr dans un but de formalisation de contenus et règles afférentes pour une utilisation concrète, profitable, modularisée »Inconvénient de cette question/remarque de mon point de vue : je ne l’ai pas du tout comprise…. (j'exagère un peu mais pas beaucoup...)Avantage : elle m’a obligé à rechercher la définition de ces différents sigles, avec, au passage, quelques « transcriptions » différentes sur wikipedia : ECM = enterprise content management et EIM = Enterprise information management (qui à tord, qui à raison… ;-))Pour répondre à ta question Dominique (et je te remercie sincèrement d'attirer mon attention sur ces notions), l’expert-comptable que je suis à une approche EIM bien évidemment fonction de son type de clientèle :- Un grand compte ou client multi site sera très sensible aux notions de portail, de dématérialisation, de BI… qui harmoniseront, fluidifieront, accéléreront la diffusion, le partage , l’analyse d’informations…notamment financières- Une PME/ mono site est moins consciente (dans une certaine mesure à juste titre) des avantages de tels outils. Une phase pédagogique (d’évangélisation… ;-)) est nécessaire pour l’amener à prendre conscience de leur intérêts.En interne, le cabinet auquel j'appartiens faisant partie dans groupe mondial, nous y sommes particulièrement réceptifs Commentaire de Dominique Rabeuf : @Josselyn DubrocaJ'ai du m'emmêler les pinceaux dans les acronymes :)Au bout d'un moment il y a en tellement qui s'emboîtent pour annoncer différemment ce que tout le monde pratique plus ou moins comme Monsieur Jourdain.Le déport du stockage de données ainsi que le traitement de celles-ci existe depuis longtemps.Lors de leurs débuts les systèmes naissants de traitement de l'information alors qu'ils remplaçaient la mécanographie étaient le plus souvent réalisés au dehors.Les applications étaient spécialisées et réservées au calcul scientifique (météo, physique, statistiques) et aux administrations financières (banques, assurance, fiscalité)Le matériel devenant moins coûteux, de moindre encombrement et de mise en oeuvre plus rapide, les applications se sont multipliées.Chaque métier s'est mis à définir et produire ses applications selon ses modalités.Il n'y avait pas d'école formant des gens à faire des applications.Les rares ingénieurs et universitaires spécialisés étaient quasiment tous absorbés à faire de multiples systèmes d'exploitation, des maxi-processeurs au micro-processeur et toute la quincaillerie à raccorder. Les télécommunications étaient touffues, les dérouleurs de bandes récalcitrants et les imprimantes souvent coincées.Beaucoup d'industriels ont disparu ou abandonné la production d'ordinateursTrès peu d'architectures de réseaux ont survécuLes systèmes d'exploitations ont été frappés de quasi-extinctionPendant ce temps là, les langages et applications se multipliaient ainsi que les inter-connexions entre systèmes (internes / externes).Des passerelles ont du être réalisées pour que quelqu'un puisse à la fois regarder dans la comptabilité et le système de commande tout en surveillants les achats.Sur les postes de travail ont compte les logiciels par dizaines.La rigidité de certaines directions des systèmes d'information a conduit à de joyeuses pagayes dans presque tous les services d'un grand nombre d'administrations et d'entreprises.Il y a toujours un collègue débrouillard qui ramène un truc beaucoup mieux que l'application officielle et poussiéreuse, d'ailleurs c'est son beau frère qui est informaticien qui lui a conseillé et fourni une copie juste pour essayer.Les virus et copies illégales se sont ainsi multipliées à l'insu de la bonne foi des utilisateurs coopératifs et des gérants des systèmes d'information qui ont viré à l'administration spartiate militaire et aussi aux fournisseurs de licences.Si les comptables et les achats et la fabrication se réunissent autour des présentations des uns et des autres. C'est bien les réunions avec les autres, c'est encore mieux lorsque les données des uns et des autres peuvent être mises en face sans avoir recourt à un audit.Les données ont été déportées de façons à être accessibles des applications autorisées.restent que les applications sont sur le poste de travail et que reconstruire son environnement avec un nouveau poste de travail c'est pas si facile.Au final, l'idéal est le poste de travail ne contient pas d'application spécifique, juste de quoi atteindre les applications.Ceci est possible aujourd'hui.Pour certains cela difficile d'évoluer, surtout les poids lourds inertes.Pour les TPE/PME c'est plus aisé, d'autant plus que cela n'est pas si cher que celaQuant à ceux qu'y n'avaient quasiment rien parce que trop cher ou trop difficile, c'est une aubaine car plus accessible comme pour le grand public.Bon il faut juste se renseigner et être prudent pour ne pas choisir une des plus mauvaises solutions.La meilleure solution, personne ne la connait encore.Les offres SaaS se multiplient, peu atteindront 2015.Nous sommes dans une phase de destruction d'applications, de progiciels, de montages dépassés.Un produit ou service passe à l'ère mature lorsqu'il est quasiment le même pour tout le mondedu simple particulier aux multinationales en passant pas les administrations.Juste une question de dimensionnement de performances ou de capacité. Certains ont besoin de cargo avec la vitesse d'une F1, d'autres ont des besoins plus modestes, mais c'est le même modèle de base.Beaucoup de langages et d'interfaces disparaîtront; ont dessinera ou fera ses comptes en utilisant la même application.Attention à veiller à ce que celui qui stocke vos données le fasse dans un format qui ne vous rende pas prisonnier. Les industriels du logiciel adorent emprisonner les clients dans des standards vicieux.Ce n'est pas parce qu'un logiciel est ouvert ou gratuit qu'il n'emprisonne pas vos données et réciproquement.  Commentaire de Josselyn Dubroca : @ Frédéric,Suite à ta demande d'hier j'ai essayé de contacter quelques clients utilisateurs de la technologie Saas. Malheureusement le timing est un peu court et les 2 intervenants auxquels je pensais ne seront pas dispos (1DAF et/ou 1 DSI). Toutefois, je pense que ma contribution est intéressante en tant que, "au mieux" client/utilisateur "au pire" co traitant. En effet, même si je suis très réceptif à cette technologie je n'en suis qu'un utilisateur : je ne la vends pas...Je pense apporter une vision très proche de celle d'un client "final" : susceptible de la promouvoir mais aussi pour mettre en relief ses limites/ menaces d'un point de vue fonctionnel (comptabilité/ finance). Commentaire de Frédéric BASCUNANA : pas de souci c'est parfait Josselyn bien entendu ! Commentaire de : BonjourJe peux proposer à un de nos clients de venir témoigner, DSI de Autosur, sans garantie vu le délai. Est-il encore temps?Cordialement, Commentaire de Frédéric BASCUNANA : @Matthieu : oui bien sûr il est encore temps !Vous pouvez m'écrire en direct sur cette plateforme ou nous contacter sur le 01.40.10.88.13 à ce propos.Sachez néanmoins que ce plateau est le premier d'une longue série ;) Commentaire de Dominique Rabeuf : Quelques éléments pour le départ d'un livre blanc- Plate-forme as-a-Service (PaaS) - Infrastructure-as-a-Service (IaaS) - Database-as-a-Service (DaaS) Les SaaS reposent sur une combinaison des troisOù sont les bons choix possibles et pour qui ?Dans quel ordre choisir les composants ?Un exemple de démarche (dans l'ordre des priorités à examiner)/3 et 4 sont de même priorité ~/(1) Les données: les enregistrer, y accéder de manière naturelle et évolutive(2) Les applications traitant spécifiquement ces données depuis le simple e-mail jusque la gestion de stock en passant la communication (et bien d'autres choses que tout le monde connait)(3) Les Plate-formes nécessaires: depuis le PC de bureau jusqu'au serveur(4) Les Infrastructures permettant de faire la liaison opérationnelle de tous les constituantsDepuis 40 ans le monde des industries des matériels, systèmes d'exploitations, réseaux, bases de données, formats de données, applications est jonché de cadavresA chacun de choisir selon ses besoinsLes acteurs et fournisseurs sont nombreuxLa combinatoire est exponentiellePersonne ne pourra tout tester avec de faire son choixIl faudra donc remplacer un ou plusieurs des éléments le plus simplement possible sans remettre en cause les autres (modularité)Les bases de la théorie des systèmes d'informations datent des années 1930-1950Quelques uns des acteurs principauxAlan TuringVon NeumannAlonzo ChurchClaude ShannonLe passage de la théorie à la pratique a été exploré de multiples façonsIl y a peu de survivants parmi les pionniers des processeurs, des périphériques, des réseauxRestent les systèmes d'exploitations et les langages encore trop nombreuxReste aussi le problème des représentations des données et les combats des standardsQuelques liens récents concernant le SaaSDatabase as a Service: A Different Way to Manage DataXMLToday - Déclinaison des acteurs autour du SaaS     Commentaire de : Sympa de t'avoir rencontré Dominique :)A très bientôt, déjà pour nos synthèses respectives sur le sujet.Bonne journée et bravo à TTT pour cette nouvelle occasion de nous exprimer, le professionnalisme de l'équipe est toujours au RDV. David Commentaire de Dominique Rabeuf : @DavidLe plateau a été denseL'intérêt réside en la participation de personnes de différents horizons et de différents métiersTTT permet de décloisonner les réseaux sociaux spécialisés et de faire en sorte que des personnes expriment leurs expériences et leurs besoins (tous bien différents) pour tenter une compréhension globale d'un monde encore trop complexe Commentaire de : Entièrement d'accord. Les intervenants d'hier étaient top, pas trop partisans, belle valeur ajoutée au regard de leurs fonctions, etc. Commentaire de Dominique Rabeuf : Le mode User Conference se généralise, je m'intéresse de plus en plus à la co-construction.Les utilisateurs définissent leurs besoins, participent aux spécifications et bien sûr testent le plus rapidement possible. Tout ira plus vite, on évitera beaucoup de sous entendus, mal entendus pour une meilleure adéquation entre clients et fournisseurs Ceci dans un cadre de libre concurrence et de transparence et en toute simplicité (enfin avec le maximum de simplicité: car rendre simple nécessite des efforts) Commentaire de Frédéric BASCUNANA : "décloisonner les réseaux sociaux spécialisés" : j'aime bien l'expression et si nous n'avions contribué à ne faire que cela, ce serait déjà une chouette réussite ;)merci @ tous - ce fut dense et instructif en effet. Commentaire de Yann RAMBAUD : en effet, merci à TTT et à Toutes eT à Tous.Professionnalisme de rigeur, débat intéressant et pédagogique, ambiance convivial.J'ai hâte d'être présent au prochan thème.Merci encore Commentaire de Dominique Rabeuf : @FrédéricContribuer au décloisonnementEuphémisme modeste de TTT car une bonne partie de la plus value est bien là, ce n'est pas vraiment nouveau, mais le tout est de le faire avec maîtrise et simplicité élégante Commentaire de Marc Dupuis : Bonsoir à tous,Merci a Frédéric et à toute sonéquipe d'avoir organisé et animé cette session. Pour une première, ce fut particulièrement interessant bine que le sujet soit vaste et suscite encore beaucoup de question.Le fait de disposer d'un tel format est de nature à favoriser la vulgarisation de thématiques traitées habituellement sous un angle soit trop technique soit trop marketing.Il est important que chacun amène sa pierre à l'édifice en étant pédagogue et concret pour l'intérêt des internautes.En ce sens, le plateau d'hier a été une réussite et je souhaitais remercier tous les participants pour leur implication active et la qualité de leurs explications.A bientôtMarc Dupuis  Commentaire de Dominique Rabeuf : Les vendeurs de technologies de gestion de contenu2010 Content Technology Vendor MapJ'aime bien cette présentation en format plan de métroIl reste à faire ses courses à l'intérieur de tout cela pour bâtir une grande application Gestion de Contenu de Web TV Commentaire de Dominique Rabeuf : Oracle et le futurUn billet et un commentaire Commentaire de Josselyn Dubroca : Vivement Episod 2 : The SaaS strikes back...;-)Un très grand merci à TTTv pour la tribune qui nous a été offerte et plus simplement à tous les intervenants qui m'ont beaucoup appris(c'est très intéressant de voir cette vidéo a posteriori car, bien qu'ayant participé au plateau, je n'avais pas toujours perçu certains aspects (techniques) du Saas que le visionnage du plateau m'a permis de découvrir...)Encore merci à tous Commentaire de : Bonjour Josselyn et tout le monde,Oui grand merci à tous (encore une fois on ne peut pas dire à toutes et tous, bravo la techno !).J'ai de mon côté lancé la rédaction d'un doc vie notre organisation PLOSS - www.ploss.fr. Nous serons prêts dans qqs jours, qui coordonne le rendu ? Bonne journée,David Commentaire de Frédéric BASCUNANA : bon je propose de centraliser vos insights et de vous renvoyer le doc définitif en PDF asap ?Avant Noël ? Commentaire de Dominique Rabeuf : FrédéricBob l'éponge a été remarquable.On dirait qu'avec un peu de recul il va transformer les ruissellements des sources diverses en substance consommable pour le commun des mortels.Un sorte de conte de Noël.Pour le PDF, attention Adobe est face à un gros gag viral du genre H1N1La prochaine fois on tentera de changer l'eau en vin et de marcher sur l'océan de la toile serviable de la bonne fée araignéeLe Bon Web Quoi Commentaire de Frédéric BASCUNANA : héhé, Ok ok pour le PDF (et merci pour le commentaire sympa) ; bon, de toute façon, on peut aussi livrer dans le contexte de cette page, toutes les options sont possibles je vous laisse décider !Toujours est-il que si chacun pouvait juste résumer ce qu'il estime la substantifique moelle de son intervention de son positionnement sur le sujet, je vous assure que nous aurons pondu un chef d'oeuvre collaboratif ;)Ou alors ce sera une bonne résolution 2010, en tout cas si je ne vous reparle pas d'ici là je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année ! Commentaire de Dominique Rabeuf : La séquence la plus remarquable/surprenante (selon moi) est celle où Bob l'éponge déclare: tout le monde est d'accord, désolé on arrête.Au delà du sujet (certes dense et sujet à de nombreux rebondissements) la qualité du rendu est remarquable vu d'un participant (comme moi-même)Un making-off des tests des effets de sons avec sujet des petits déjeuners de chacun serait un top de prise de scène.Pour l'émission d'avant de ce jour, je me souviendrais longtemps de la séance: On recommence la séquence, merci de reprendre en arrière votre débat, X et Y et Z doivent redire la même chose, répétez s'il vous plaît.Heu quoi ? et Bob l'éponge avait tout retenu, et hop on recommence pour une nouvelle séquence alors que personne n'est acteur et qu'il rechigne à redire ce qu'il avait dit par souci de spontanéité.La mise en facettes (pas mise en scène) est remarquable et permet de voir vraiment les débats sous différents angles comme l'a dit Josselyn  La communauté du service que peut rendre Homo Sapiens individu au genre Homo Sapiens ne date pas d'hier.La matière douce Soft Ware comme un service est une vaste contrée à explorer    Commentaire de Frédéric BASCUNANA : je suis très touché, merci Dominique pour cette observation et reconnaissance des efforts que nous faisons pour nous améliorer chaque jour.PS: un jour, comme toute éponge, Bob l'éponge (je le dis pour nos amis visiteurs, c'est le titre que je m'arroge en plaisantant pour souligner à quel point je m'imprègne de tout ce que vous me permettez d'apprendre en plateau ;) - et Dominique ne l'a pas oublié et m'affuble à son tour de ce screen name que je prends pour un immense compliment of course!!) devra bien être essoré, j'espère qu'il en sortira un bon jus de cerveau ;) - en l'occurrence j'en suis persuadé, vous n'imaginez pas comme ces plateaux sont source d'acculturation à tous les concepts de l'écosystème, c'est la manière idéale d'apprendre en mode accéléré ! Commentaire de Frédéric BASCUNANA : bon j'ajouterais que mon intro est ratée, j'étais un peu crevé (du coup je dis trop souvent "euh" c'est insupportable j'en suis désolé!!), mais dans les 5 minutes qui suivent le sujet est déjà lancé et le plateau devient génial je trouve, bons échanges et vrai dialogue, superbe écoute de tous les intervenants - Commentaire de Dominique Rabeuf : Un peu de temps et TTT va passer dans l'ère du Real Time WebTrès bons contacts techniques récentsPour les acronymes cela se nomme XMPPMessagerie et Présence Extensible Protocolaire (du Wave +++) Commentaire de Dominique Rabeuf : Ce qui est important c'est le S à droite de SaaS comme Service ce qui faisait la cohérence du plateau (de A à Z) dans son intégralité, Sans Exception Commentaire de Dominique Rabeuf : Ce plateau va avoir besoin d'être décliné comme explicité par le lien ci-dessousRetranscription de nos plateaux TVMais il faut aussi que chaque participant participe au document retranscrit, ne serait-ce qu'en relecture  Commentaire de Frédéric BASCUNANA : bien dit !entièrement d'accord !D'ailleurs j'attends encore les textes de deux d'entre vous qui se reconnaîtront ;) Commentaire de Frédéric BASCUNANA : [Cliquer ICI pour voir la 1ère partie de ce plateau]  Commentaire de Dominique Rabeuf : SuggestionMieux vaudrait que les publications de chacun à propos de ce plateau soient dans un premier temps collectées sur un document partagé entre les participants.A Frédéric de créer le document initial et de nous envoyer l'adresse de celui-ciNBBien sûr il s'agit de souligner les point clés, pas de développer, car pour un premier double plateau il est plutôt dense  Avez vous vu ?Google recherche SaaS plus de 31 000 000 de réponses !!! Commentaire de Renaud Choné : Juste un feedback: J'ai trouvé le débat difficile à suivre et pourtant le sujet ne m'est pas étranger.J'ai noté de bonnes remarques, notamment de David Sapiro et Josselyn Dubroca. Commentaire de Frédéric BASCUNANA : oui je suis d'accord avec ce feedback - avec de petits moyens la progression est plus lente, mais elle est réelle, nous améliorons la qualité de la captation, l'organisation du débat chaque jour un peu plus ;)