Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Je vous invite à lire le  billet  d'un investisseur américain à propos de sa prédiction : le transfert de modes de fonctionnement vers le mobile.  Je ne sais pas si cette prédiction est juste, visionnaire ou dépassée mais ce que je sais est que les  critiques  plongèrent sur le malheureux. Je vous livre ma réponse que j'ai aussi postée hier soir sur le site InternetActu.
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Article
Collaborative content preparation:
Speakers (2)
AUDIENCE
Webtv guidelines
 
 
If I sponsored this subject?
Follow us on Twitter
Follow us on Facebook
Subject proposed by Thierry Maillet
Organization by Frédéric BASCUNANA
Format : Talkshow
Treatment : Debate
Activity sector : Internet
 
Speakers :
Thierry Maillet, Thierry Maillet
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...

Je vous invite à lire le billet d'un investisseur américain à propos de sa prédiction : le transfert de modes de fonctionnement vers le mobile. 

Je ne sais pas si cette prédiction est juste, visionnaire ou dépassée mais ce que je sais est que les critiques plongèrent sur le malheureux.

Je vous livre ma réponse que j'ai aussi postée hier soir sur le site InternetActu.

Chers éditeurs, Chers commentateurs,

Nous autres Français sommes des personnes exceptionnelles : pas un commentaire de remerciement ou de marque d'intérêt pour l'engagement d'une réflexion iconoclaste.Vue de Paris l'opinion est forcément critique pour ne pas dire aigrie et bien sûr truffée de fautes d'orthographes.

Je lisais la semaine passée que 2.800 entreprises de nouvelles technologies ont été introduites sur les marchés boursiers américains depuis 1980.Combien en France, en Europe ?

Nous n'avons eu de cesse de critiquer et de laisser céder Meetic, Priceminister.com, Auféminin.com, SeLoger.com et la dernière, LaCie.

Et ne soyez pas naïf une entreprise qui se vend et dont le siège social quitte la France est une entreprise qui n'attire plus les mêmes talents et dont les décisions les plus importantes ne se prennent plus ici mais à dix mille kilomètres.

Enfin. Restent Viadeo, Dailymotion et Deezer obligées de passer sous les fourches caudines d'un ex-monopole et du Fonds Stratégique d'Investissement. Cette contrainte subie en dit long sur la difficulté à accepter la différence, la nouveauté, la prise de risque dans notre merveilleux pays.

Je ne sais pas si Facebook ou Google auront ou non disparu dans cinq ans mais j'aimerai que nos investisseurs livrent dans un journal grand public leur vision de l'avenir, des investissements qui les intéressent, qui les passionnent pourquoi pas ?  Alors remercions l'auteur pour avoir "mouiller la chemise" en donnant une opinion iconoclaste et encore plus les éditeurs de ce site d'avoir pris le risque d'une traduction aussi rapidement critiquée qu'elle pouvait donner lieu à un débat.

Non nous disent nos commentateurs. Refermons-le vite derrière nos frontières comme les hommes politiques de notre continent semblent s'en féliciter. Et abritons nous vite, la peur rode, critiquons, rejetons, repoussons, l'autre, l'étranger, le différent, l'alter. L'entre-soi est tellement plus commode et facile quand bien même il est rance. Les années trente vont finir par nous rattraper.

Chers Editeurs, vous faites un formidable travail d'ouverture et de déchiffrage Merci et surtout poursuivez je vous en prie.Nous comptons sur vous,

Bien cordialement,

Th 

Topic brought to you by:
Loading...
Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from : se porte volontaire pour participerLe cas échéant et puisque ce plateau s'adresse à des investisseurs potentiels (mais pas que j'espère) , pourrait-on aborder la notion d'investissement éthique ou moral (notion qu'il me semble inventer par néologisme : ) ), selon laquelle l'on pourrait considérer qu'à l'ère du collaboratif 2;0 basé non seuelemtn sur des technologie, mais de plus en plus sur des valeurs, il paraitrait normal de s'interroger sur l'éthique de l'objet de ce financement. Dans le cas de Facebook (et peut être même bientôt de Google), est-il moral d'investir dans une entreprise qui utilise les données personnelles de ses contributeurs dans un but lucratif , et ce un peu " à l'insu de leur plein gré". Facebook est maintenant coté en bourse, mais les actionnaires ne regrettent-ils pas déjà leur choix, surtout lorsque l'on voit la courbe descendante de l'action au NASDAQ ? Comment from Serge Mbas: @Thierry,Je viens de relire l'article (déjà vu ailleurs) et les commentaires. Votre réaction est une trouée de lumière dans l'univers obscur de l'investissement technologique en France. Elle me semble en revanche quelque peu tirée par les cheveux par rapport au sujet de l'article et du talk show annoncé. Hormis 1 ou 2 laudateurs de Facebook, souvent non désintéressés, je trouve les réactions pertinentes. Qui peut aujourd'hui sérieusement prédire la fin de Facebook et surtout de Google? Si pour le premier il suffirait l'existence d'un concurrent plus ergonomique et à forte image, l'arrivée de Google+ n'a pas encore changé la donne. Même la surpuissante volonté de Google de remporter la partie ne laisse encore rien présager de l'issue de cet combat homérique. La contre-offensive regroupe en effet Microsoft, Apple et Yahoo dans une alliance élastique. Quant à la mort de Google, il faudrait un incident absolument imprévisible aujourd'hui pour que cela survienne. Pour revenir à votre point sur les investissements, ma petite idée est que les gestionnaires des fonds et les médias ne jouent pas un rôle positif dans l'information des détenteurs de capitaux. Internetactu est loin d'être le plus fréquenté des sites d'information. Comment from Boris Perchat: Chaque entreprise réussit parce qu'elle a le logiciel mental correspondant à "l'espace en jachère" (pour reprendre la formule d'Eric Jackson) qui s'ouvre devant elle et elle le comble de son service mieux que quiconque.D'après mes observations, nous avons eu l'ère des moteurs de recherche, l'ère des moteurs marchand, l'ère des liens sociaux et maintenant sans doute nous entrons dans l'ère de la collaboration, et facebook et google et tout autre acteur en vue du Net ne pourront y répondre car leur logiciel mental n'est pas le plus apte à y répondre.Mais je vais vous dire, c'est poser le problème à l'envers de s'inquiéter de l'avenir de facebook ou de google. ce qui a compté jusqu'à lors c'était la conversation que nous parvenions à entamer du fait de l'internet. Or l'échec est patent.J'en parlais déjà il y a plus de 2 ans dans ce billet intitulé "Cette conversation qui se fait trop attendre" : http://techtoc.tv/BorisPerchat--Boris-Perchat/blog/76/Les entreprises ont raté l'opportunité offerte par les blogs, celle de se rapprocher de leurs clients et prospects et maintenant elles ratent en conséquence d'autant plus celle offerte par les plateformes dites de "réseaux sociaux". Voilà pourquoi Facebook ne satisfait pas/plus les annonceurs et la bourse.Voici un extrait de mon billet :Il est plus sage de progresser par palier et d'attendre donc d'avoir assimilé celui en cours avant de passer au suivant. Or si le degré de convivialité et de conversation qu'il est possible d'atteindre au travers de l'outil blog n'a globalement pas été encore atteint, nombre d'entreprises se sont engouffrées dans les réseaux sociaux. Les entreprises agissent ainsi parce qu'elles suivent les internautes lesquels ont toujours un train d'avance sur elles. Seulement, cela va obliger les entreprises à occuper en même temps 2 paliers de convivialité et de conversation (blog + réseau social) voire 3 (site web + blog + réseau social) ce qui rend la tâche compliquée voire impossible.Et ce grand écart est en train de s'aggraver lourdement peut-être même sans possibilité de retour avec les nouveaux plugins sociaux tout récemment initiés par Facebook. Je pense principalement au bouton "Like" et à sa boîte de commentaires où les entreprises en laissant les internautes amis ainsi échanger seuls entre eux à propos de leur produits et services persistent à ne pas entrer dans la conversation. La conversation semble ouverte au moyen de ce plugin mais elle est juste une illusion car le principal interlocuteur en est absent. Sans doute les internautes finiront par se détourner de cet usage ou le détourneront à d'autres fins car il n'est jamais agréable dans la durée de poursuivre ainsi un monologue.Pour moi la bulle est toujours là prête à éclater : http://techtoc.tv/BorisPerchat--Boris-Perchat/blog/77/La déception que suscite Facebook va-t-elle provoquer l'éclatement ? L'accélérer sans doute oui. Comment from Boris Perchat: La question implicite que j'oublie de poser : comment éviter l'éclatement de la bulle ? Parce que ce n'est pas une bulle comme les autres... et l'ère de la collaboration dans laquelle nous entrons pourrait être notre dernière carte à abattre avant que la mécanique de l'éclatement en marche depuis plusieurs ères n'abatte à son tour sa logique implacable. Comment from Frédéric BASCUNANA: peut-être que le meilleur moyen de s'inscrire dans la durée c'est de privilégier une aventure humaine militante et ludique, techtoc.tv a décidé de lancer un abonnement premium dont le tarif se traduit pour les 500 premiers membres en actionnariat, un juste retour des choses selon notre approche éthique : ça se passe sur cette page http://techtoc.tv/page/3899/actus--tendances-et-trouvailles--new/spam-ou-info--actu-pro-de-la-semaine--notre-selection/techtoc.tv--etre-membre--c-est-etre-actionnaire.Vos avis bienvenus ;-) Comment from Florian Leblanc: trouve ce sujet : Excellent !L'émergence des réseaux sociaux spécialisés - ou verticaux - montrent que Facebook ne peut répondre aux besoins de tous, surtout sur le plan professionnel et B2B. Par ailleurs, Google s'oriente vers une R&D qui va au-delà de l'informatique, car à vouloir opérer sur tous les fronts, l'entreprise connaît une concurrence de plus en plus forte dans chaque secteur. Comment from Bertrand Petit: Bon débat avec beaucoup de sujets.Voici qq inputs issus de nos think tank de veille1)RSE l'outil ne fait pas la collaboration: la plupart des RSE se plantent car on mets un outil là il n'y avait pas de collaboration pré-existente. En entreprise, grave erreur 2)RS : oui Facebook va décliner en part de marché mais non disparaitre. Il va être un des réseaux parmi les 400 que les 60 millions de français vont utiliser à l'horizon 2020. Facebook sera sur une des quatre sphères: la sphére "affectif". Les trois autres sphères ou écosystèmes auront chacune à leur tête un Tiers de confiance bien choisi et à quatre elles couvrent nos quatre pans de notre vie que nous voulons quand même cloisonner avec des tiers de confiance différents 1) le Temps, mon agenda 2) Argent 3) Santé 4) affectif ... où sera Facebook au coté de meetic et beaucoup d'autresPour plus d'info regarder les thèmes OPTR ("On Peut Tout Réinventer" OPTR in french) fait avec Fred Comment from Frédéric POULET: Juste pour faire remarquer au passage que Facebook et Google ont été parmi les premiers à passer à la Web Mobilité et donc à l'adaptation de leurs sites aux Smartphones.Non seulement je ne les vois pas disparaître, mais je les vois au contraire racheter de multiples autres opérateurs. (cf Youtube dernièrement...)Ils ont réussi pour l'un (Facebook) à faire en sorte de pouvoir donner la possibilité aux entreprises (voire aux commerçants) de gérer un éditorial via la Timeline (de leurs pages) que les sites web "classiques" ne permettaient plus sauf à avoir un site évolutif et une batterie de Webmasters pour actualiser les News... avec une publicité intégrée qui permet de faire du recrutement ou de la fidélisation de ses "fans" (même si ces derniers sont loin d'être tous actifs)Actualiser une Timeline est à la portée de tous.Actualiser un site web, de quelques experts...Quant à Google, sa grande force reste sa position hégémonique en tant que moteur de recherche. Même si vous chargez 30 à 35 applications sur votre Smartphone, vous aurez toujours tendance à rechercher une info en Web Mobilité avec... Google On en revient à la "théorie du menu chinois" que j'exprimais ici :http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/recherche-innovation/innovation/221150969/web-mobilite-sites-mobiles-vont-detroner-Je ne me fais aucun souci pour eux, mais plutôt pour les autres...