Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Usages, contenus et (cyber)culture du web social
Cloud, Entreprise collaborative et gouvernance
Big Data - Social CRM - Social Business
Éducation, Innovation socio-digitale et devt durable
Editeurs - écosystème et enjeux
Business modèles,
Entrepreneunariat, Financement
Mobile Business ou entreprise mobile ?
Libertés, devoirs et responsabilités numériques
Actus, tendances, trouvailles
À propos
de nous
L’accès des PME au marché reste difficile, une spécificité français au regard de nos principaux partenaires économiques. Comment l'expliquer ? Quelle mesures sont mises en oeuvre pour changer la donne et améliorer l'accès des PME aux marchés public ?
Naviguez dans la vidéo grâce au sommaire interactif :
Et toc, voici mon feedback :
Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




Webcast
notes
Intervenants (4)
AUDIENCE
 
 
Et si je sponsorisais ce sujet ?
Nous suivre sur Twitter
Nous suivre sur Facebook
Format : Conférence
Traitement : Débat d'idées
 
Intervenants :

L’accès des PME au marché reste difficile, une spécificité français au regard de nos principaux partenaires économiques. Comment l'expliquer ? Quelle mesures sont mises en oeuvre pour changer la donne et améliorer l'accès des PME aux marchés public ?

Mots-clés :  Financement , Investisseurs, PME
Expertises concernées : 
Se lancer dans l’entrepreunariat de nos jours reste toujours un vrai sacerdoce. Tenez… imaginons que vous êtes à la tête d’une petite PME et que vous voulez gagner quelques nouveaux contrats auprès de grands comptes ou auprès de votre ville par exemple…
Vous regardez les appels d’offres, vous en sélectionnez quelques uns et vous partez avec l’idée d’y répondre. Pour le gagner, bien sûr.
Bien. Bonne attitude. Rien à dire, seulement voilà : ménagez-vous du temps, beaucoup de temps, armez-vous de patience et préparez-vous à devoir fournir des montagnes de documents… pour un résultat décevant dans 99% des cas !
Aujourd’hui , c’est un fait indéniable : l’accès des PME au marché est difficile. Tout le monde le dit.
C’est même devenu un pléonasme pour le comité Richelieu, qui, par la voix de son représentant Emmanuel Leprince, rappelle que la part des PME dans tous les appels d’offres est de 12% contre 25% aux Etats-Unis, alors que le poids des PME dans l’emploi est de 55% en France. 
Vous avez dit paradoxe ? Allez, encore un joli paradoxe : les PME allemandes sont 12% à accéder aux marchés publics, contre 5% pour leurs homologues françaises.
Pourquoi un tel décalage ? Les raisons ? Nombreuses, des barrières culturelles en passant par la paperasserie administrative.
La structure des appels d’offres aussi, qui datent d’un autre âge. Le manque d’information également. Le manque de transparence.
Les solutions ? Etre plus compétitif et innovant que les autres. Ok, mais c’est plus facile à dire qu’à faire, surtout dans un contexte économique qui, apparemment, a volontairement sacrifié les PME au profit des grandes groupes !Pour nos intervenants, c’est clair : on devrait donner un bon coup de pied dans la fourmillière. Exit le formalisme demandé dans les appels d’offres, adieu ces méthodes de travail improbables qu’on exige de PME, au nom d’une uniformité de procédures…
Un peu de souplesse, que diable ! Un peu de bon sens aussi et surtout : soyez ouvert et transparent.
Grandes entreprises, réfléchissez : vous ne pouvez pas avoir les mêmes exigences d’une PME que d’un grand groupe. Adaptez votre attitude, soyez agile et pensez à des modes d’achat vraiment adaptés. Les PME, c’est de l’innovation pur jus, pas vous !
En un mot comme en cent, OSEZ messieurs et mesdames les acheteurs ! Apprenez à prendre des risques.
J’espère que vous avez aimé mon envolée ;) Maintenant, j’aimerais avoir votre avis sur la question.
J’aimerais avoir des témoignages de PME qui ont répondu à des appels d’offres.
J’aimerais savoir comment vous vous organisez pour y répondre. A qui confiez-vous cette responsablité ? Combien de temps cela vous prend-il ?
Les résultats sont-ils à la hauteur de vos espérances ?

D’après vous, que faudrait-il changer ?

Intervenants

 

  • Rémi Lacour, Président Invoke
  • Emmanuel Leprince, Délégué général Comité Richelieu
  • Antonio Rodriguez, DG Clever Technologies
  • Dominique BATTEUX Vice-Président APROGED – DG GB Concept
  • Agnès Bricard, Présidente d’honneur du conseil régional de l’ordre des experts-comptables de Paris Ile-de-France

 

Partager le lien :
Sujets potentiellement connexes :