Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Google bombing, le site web le plus ringard du monde de Ségolène... ca rapporte des liens entrants, ca fait parler de nous, sont-ils vraiment négatifs pour la marque ? l'homme/la femme politique ? Y-a-t-il des méthodes pour s'en protéger ? Est-ce vraiment possible de décider de créer un bad buzz ? Comment réagir ?
You can navigate through the video thanks to the interactive summary:
Here's my feedback:
I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Webcast
notes
Slides
Speakers (4)
Images (7)
AUDIENCE
 
Ce sujet vous intéresse ? Cliquez ici pour
 en voir d'autres connexes sur la web tv de :
Subject proposed by Patricia Gallot-Lavallée
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Michelle Blanc, Analyweb

Yulbiz
Jean-Bernard Magescas, dirigeant totalitaire à l'écoute
co-taulier Madeleine Market, chroniqueur LCI radio, enragé.
Gregory Pouy, Vanksen
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...
Google bombing, le site web le plus ringard du monde de Ségolène... ca rapporte des liens entrants, ca fait parler de nous, sont-ils vraiment négatifs pour la marque ? l'homme/la femme politique ?

Y-a-t-il des méthodes pour s'en protéger ?
Est-ce vraiment possible de décider de créer un bad buzz ?
Comment réagir ?

 Sur le plateau, je l'espère :

- un consultant qui accompagne des partis politiques dans leur communication sur internet, - un spécialiste de la communication de crise, - un expert en référencement qui nous parlera des outils à notre disposition pour lutter contre le Google Bombing. Communauté TechTocTV ? Vous vous reconnaissez ? Vous avez des contacts ? Je veux bien un peu d'aide pour monter le plateau.

Topic brought to you by:
Loading...
Share the link:
Connected subjects:
  • Comment from : OK C le moment pour... Comment from : La Présidente de Région Poitou Charente a déjà deux expériences liées au Net. De plus c'est là qu'elle y est née. Deux sites toujours en activité et peuvent être considérés comme des sites de bonne qualité et répondant au standard du web actuel (disposant notamment de charte graphique). Il suffit de les voir pour le reconnaître en toute objectivité.Sans baigner en permanence dans cet univers, elle a une connaissance au dessus de la moyenne (elle est énarque), certes non technique (développement pur et dur) mais sociologique, économique et administrative. Les notions d'appel d'offre, de cahier des charges, de recettes ne doivent pas lui être complètement inconnues. Elle connait aussi le coût économique des précédents projets puisque qu'ils ont couté 100 et 12 fois plus cher que le dernier projet réalisé (si on garde en référence la facture de référence).D'autre part , pour mémoire en 2007 elle avait innové dans l'univers politique en créant la Segosphère. Qu'elle avait propulsé son fils à la tête de l'aspect "internet" de sa campagne et que tu peux retrouver sur youtube et dailymotion des vidéo de cette époque. On peut légitiment se poser la question sur le fait que celui-ci ne soit pas intervenu de prêt ou de loin même à titre gracieux pour donner son avis. Son expérience du web lui permettant de tirer un signal d'alarme (pas besoin d'être consultant Bac +5 et 10 ans d'expérience pour comprendre que le résultat obtenu ne valait pas le travail d'un stagiaire de première année).Si elle avait passé un AO, recycler le travail réaliser antérieurement à moindre frais elle aurait lancer son nouveau projet. Elle aurait pu aussi proposer un concours auprès des centres de formations et des Universités pour la réalisation ou faire appel à des stagiaires. Brefs des solutions existaient pour réussir la réalisation technique et éviter les erreurs de débutants.Depuis la campagne d'Obama, l'impact d'internet dans les campagnes électorales est étudié sous toute les coutures, des articles des études sont menées aux USA en France et ailleurs dans le monde et sont parfois téléchargeables gratuitement. Si Internet à permis à Obama de récolter 3 fois plus de fonds que Mc Cain en 2008, il est plus que probable que les prochaines élections verront le rôle de celui-ci décuplé dans les démocraties.Ce qui est aussi curieux, c'est le décalage entre la vidéo présentée sur le site et son dernier One woman Show. Elles sont aux antipodes l'une de l'autre. Si elle a regardée sa prestation vidéo avant de la mettre sur le site, elle aurait dû voir qu'il y avait trop d'imperfections. Une seule prise a dû être réalisée car son discours est trop hésitant et long.Le dernier problème est plus éthique / moral. Il réside dans le grand écart effectué entre le discours et la pratique. En se réclamant du Web participatif et faire appel à toutes les bonnes volontés et non se limiter seulement aux militants, il est très délicat au vu des résultats de présenter une facture à un mécène.Les éléments pécuniers étant un autre aspect que je ne développerais pas car ne relève pas de la teneur de ce billet et de ma compétence. Je soulignerais cependant que la réalisation (hasardeuse) et en complet décalage avec les ambitions du projet."Ségolène Royal ambitionne de convertir cette structure en ONG «à dimension européenne et internationale» . Il s’agit, a-t-elle expliqué jeudi, de «donner à Désirs d’avenir une dimension internationale et de l’intégrer dans les réseaux de think tanks anglo-saxons qui sont très demandeurs de cette expertise». Elle a vanté le «savoir-faire», la «vraie compétence technique» de Désirs d’avenir sur la démocratie participative." (Source Libération).C'est pourquoi dans un premier temps hormis le coup d'un buzz médiatique réussi mais négatif. Je n'ai pu concevoir qu'elle ai organisé un suicide numérique mais qu'elle avait une stratégie pour occuper Internet et les médias.Un adage politique dit qu'un politicien ne meurt jamais et qu'au pire il connait une traversée du désert. Pour certain cela ressemble plus à la traversée d'une bac à sable. Je ne suis pas sûr que cet adage soit encore valable à l'ère des réseaux sociaux et du numérique. Comment from : Bonjour, J'aimerais vous proposer un consultant en communication de crise : Georges Peillon. Comment from Frédéric BASCUNANA: David, pourrais-tu nous envoyer des liens et plus d'infos sur ce monsieur ?Merci ! Comment from : Je l'ai invité à rejoindre la plate-forme. Il est ds mon réseau FB et Linkedin. Je peux lui demande de prendre contact avec toi. Sinon j'ai deux ou trois autres noms à vous soumettre aussi. Comment from Vincent Berthelot: C'est un bel argumentaire David mais je n'accroche pas !En terme d'image c'est désastreux, SR n'en est pas au niveau d'anciennes stars ou people qui seraient prêtes à faire n'importe quoi pour un cou de projecteur.Ce site est une verrue à son dispositif web et ça sent le plan non professionnel.De plus ce site n'a fait du buzz que chez les pros des réseaux sociaux du web et intéressé les journaux sur l'aspect fric/people.On ne peut pas dire non plus que SR se soit toujours illustrée par la maîtrise de sa comunication et de ses envolées.Alors la formidable intelligence de monter à plusieurs bandes un méga buzz est privilégiée de quelques experts web qui ne peuvent accepter qu'on puisse faire aussi mauvais pour aussi cher, mais est-ce vraiment impossible dans ce milieu bien précis ou chaque jour nous amène de nouvelles surprises de conduites parfois prôche de l'amateurisme... Comment from : C'est là tout le paradoxe vincent. C'est un OVNI dans tous les domaines. J'ai beau le prendre dans tous les sens je n'arrive pas à voir de logique, de raison qui justifie la mise en ligne. N'importe qui aujourd'hui avec une solution gratuite fait mieux que ça en terme de conception. Des plates-formes comme Overblog ou Wordpress proposent des outils plus fonctionnels pour arriver à des résultats milles fois meilleurs à ce qu'on faisait voilà 5 ans. Dans son discours sur le lobby internet c'est flagrant. Elle est en porte-à-faux avec tout les principes, Web 2.0, communication politique, gestion de projet et la liste est longue. Et pourtant elle arrive a se prendre les pieds dans le tapis. Évidement que les professionnels du net sont les plus sensibles et les plus irrités. Car les exigences des entreprises et des clients sont aujourd'hui très élevées. Un stagiaire en première année (pour reprendre l'expression) se fait jeter pour moins que ça. Dans n'importe quel cas de figure la mise en ligne aurait été refusée par un client et des suites juridiques auraient été données.Je pense aussi que seuls les professionnels ne peuvent ressentir qu'une certaine frustration, car la crise actuelle a comprimé les budgets à des niveaux jamais atteints. Il faut avoir une culture technique et geek pour en rire. Le grand public n'y verrai rien car le montant est très faible et ils en feraient un amalgame avec des actes répréhensibles susceptibles de donner des suites judiciaires. De même en période normale, peut être que même les professionnels n'auraient rien vu.De plus, il faut pas oublié que le buzz est né sous twitter et a été repris dans les médias numériques avant tout et fort peu dans la presse traditionnelle. Ce sont les internautes qui se sont appropriés le phénomène et qui ont réagi. C'est peut être un autre changement que les médias sociaux apportent. L'accélération du temps numérique ne permet plus aussi rapidement au média traditionnels d'être en phase avec une frange de la population qui consomme l'information autrement et plus particulièrement les générations X et Y. Les grilles de programmes et plus particulièrement les comiques ou chansonniers comme Coluche, le Luron ont disparu de l'antenne voilà bien longtemps. En d'autre temps ils auraient été les premiers à décocher des flèches sur ce thème et dédramatiser par l'humour la situation. Or aujourd'hui seuls les guignols par leur rendez-vous quotidien peuvent se permettent de le faire. La logistique et l'écriture des sketchs ne permet cependant pas d'avoir une aussi forte réactivité que Twitter.Il faut attendre un autre rendez vous hebdomadaire (ce qui en temps numérique est un une éternité) pour qu'Anne Roumanoff mettent en scène la politique en mode humoristique et pour en faire quoi une vanne de 15 secondes. Les médias traditionnels ont depuis longtemps dans le domaine opté pour l'humour en conserve.Involontairement, elle a peut être été un "bouc émissaire", un exutoire qui a permis de libérer d'énorme tensions. Jusqu'à présent les vidéo des internautes à vocation professionnelles comme les cv vidéos ratés ou de loisirs comme les karaokés étaient la risée du web, au détriment de leur auteur. Les politiques par leur service de communication étaient épargnés par ce genre de désagréments.Aujourd'hui, il en est plus de même. Là en moins d'un mois entre DesirDavenir, Hortefeux et le discours de Nicolas Sarkozy, la moindre erreur de communication est disséquée, analysée, critiquée. Il y a une vraie tolérance zéro à l'égard des politiques.La technologie les a rattrapés et ils n'ont plus d'immunité, la peopolisation de la politique a eu un effet dévastateur, les discours langue de bois ne permettent plus de botter en touche et il n'y a plus de tampons entre les différentes instances.Avec le temps, les internautes qui se sont investis personnellement en jouant avec leur image auront peut être un retour de bâton. Google et Twitter ont la mémoire longue et notre société manque singulièrement d'auto-dérision et de tolérance. C'est peut être aussi une autre leçon que nous devons recevoir ? Qu'en pensez-vous ? Comment from : GRRR j'ai commis une bourde Vincent voici ma réponse  Comment from Frédéric BASCUNANA: je suis désolé nous avons un problème : je vous tous tenter de vous joindre sur vos cellulaire pour positionner une autre date, l'idéal étant d'avancer ce tournage au lundi 13h00, si parmi vous certains lisent ce message et y répondent avant que je n'ai appelé tout le monde ce serait chouette ;)je vous dis tous à tout de suite puisque je vais vous appeler ;) Comment from Patricia Gallot-Lavallée: ok pour moi. J'ai un rdv Pont de l'Alma à 15h. Comment from Frédéric BASCUNANA: bon... décidément désolé fausse alerte, les techniciens qui doivent démonter notre studio pour maintenance pourront le faire de nuit, nous maintenons (merci à eux et à leur patron que je viens d'avoir en ligne) donc le plateau est maintenu à 17h00 pétantes, il se terminera à 17h45 pour que les techniciens puissent commencer le démontage (c'est pour la super bonne cause, on upgrade l'équipement du plateau TechTocTv yeaaaah !).essayez donc d'arriver si possible vers 16h30 !merci et désolé pour ces rebondissements ! Comment from Frédéric BASCUNANA: http://www.dipity.com/timeline/desirdavenir En me baladant sur la timeline ci-dessus proposée par David (qui semble vraiment vouloir qu'on parle de Ségo dans ce plateau ;) , mais je rappelle que si le sujet sera certes, forcément évoqué, le but n'est pas d'en faire un argument central dans le talk), super boulot soit dit en passant, j'ai trouvé un article intriguant que je vous conseille de survoler au moins avant demain si vous avez le temps, en voici un extrait : "Car après le très puissant (et mystérieux) lobby d’Internet dont parlait Ségolène Royal, on a là une description encore plus angoissante. Et ça commence très fort. Que 100 000 français “consomment plus de 16 heures d’Internet par jour“, pourquoi pas. Chiffre très approximatif. Le terme consommer est en soi un peu étrange puisqu’Internet ne s’use pas quand on s’en sert, il ne disparaît pas. Le problème vient des assertions de la phrase suivante : “Le positionnement idéologique souvent radical de ce noyau d’internautes, renforcé par la pratique courante de l’anonymat, représente une menace pour les entreprises. Pourtant celles-ci ne les prennent pas en compte dans leur démarche de prévention de crise.“lien : http://enikao.wordpress.com/2009/10/11/des-professionnels-entretiennent-le-mythe-dun-internet-sauvage-et-barbare/ et réaction de "Narvic" dans les commentaires qui me fait réfléchir : "On peut se demander en effet si ce n’est pas surtout une démarche publicitaire pour justifier les services que l’on a justement à vendre…"Lisez le reste, il y a du bon. Comment from Frédéric BASCUNANA: parce que si on pose la question "le bad buzz existe-t-il ?" il faut en effet forcément commencer par se demander qui le faiit, et si cette population-là telle qu'on nous la décrit existe en effet, si elle est véritablement représentative par exemple ! Comment from Frédéric BASCUNANA: j'en suis donc à me demander s'il ne faut pas avant tout aborder le sujet du "mythe du bad buzz" : qui a intérêt à l'entretenir ?  Comment from Philippe Couzon: Comme dit par Frédéric, il n'y a, effectivement, pas que Ségolène Royal. L'épisode de son site est un peu derrière nous, mais il y a, actuellement, le (bad) buzz autour du futur président de l'EPAD. Ou ce qu'il vient de se passer ce week-end avec Korben (polémique sur la non-indication d'un billet sponsorisé).Et puis, il serait peut-être aussi important que vous abordiez les "mouvements de foule" auxquels on peut assister, aussi, par rapport à Frédéric Mitterand, par exemple. Bad buzz ou mise à mal de la réputation (pas seulement de la e-réputation)? Les propos de Finkielkraut - certes conservateur revendiqué notoire - ou le "le Net est la chose la plus dégueulasse inventée par l'homme" de Jacques Séguéla samedi soir dans "On n'est pas couché", en défense de Julien Dray. Comment from Patricia Gallot-Lavallée: Bonjour,Merci pour tous ces éléments. Effectivement, - un plateau qui donnera plusieurs exemples de Bad buzz.- Parler des avantages du Bad buzz.- J'aimerai ajouter "Que faire quand ça nous arrive ?" (les bonnes pratiques de la communication de crise).à 16h30 Comment from Frédéric BASCUNANA: Absolument !Mais moi ce qui m'interpelle c'est la réalité du bad buzz, qu'on ne mesure après tout que par le bruit de ceux qui s'agitent le plus, en omettant souvent la majorité silencieuse: car le buzz n'est pas toujours, loin s'en faut, révélateur de ce que pense tout le monde. A voir. Comment from Patricia Gallot-Lavallée: Des ressources sur : http://www.communication-sensible.comEt si on en riait ? http://www.desirsdavenir.org/node/27558 Comment from Frédéric BASCUNANA: merci @Patricia ;)Autre ressource conforme à mon petit questionnement perso :Des professionnels entretiennent le mythe d’un Internet sauvage et barbare :http://enikao.wordpress.com/2009/10/11/des-professionnels-entretiennent-le-mythe-dun-internet-sauvage-et-barbare/ Comment from Dominique Rabeuf: La ligne rouge a été franchieJacques Séguéla était invité par Laurent Ruquier dans l'émission on n’est pas couché du samedi soir sur France 2. A cette occasion, il en a profité pour nous faire une petite déclaration très intéressante sur le "net". En effet, Jacques Séguéla ne semble pas beaucoup apprécier ce qu'est Internet. Effectivement, il déclare dans un premier temps "Le Net est la plus grande saloperie qu’aient jamais inventée les hommes ! C’est Dieu vivant !"NK_M Deux fois Zéro La Gabelle et le Pot au Lait Copie d'un forum mal surveillé Comment from : Enikao est serait un bon client pour une 'émission.Dommage que son emploi du temps soit des plus chargé. Mais c'est un Chroniqueur et un esprit des plus brillant. Son blog est à consulté sans modération. Comment from : Sur mon espace perso de TechTocTV vous trouverez mon résumé de l'émission. Cordialement Comment from : Oui je sais, c'est bizarre, mais va comprendre :) Je crois que des décisions / réflexions sont en cours de ce côté là. En revanche, http://www.desirsdavenir.org/ est chez Pilot Systems et tourne bien, en tout cas ce matin :)Bonne journée,David Comment from : Merci à Fred et à toute l'équipe de WebCastStory / TTT pour ce boulot, un beau montage pour un sujet intéressant. On en fait la pub, promis :)David Comment from : Zou http://pilotsystems.net/actus/buzz-web-20-marketing-reseaux-sociauxEt en prime la petite pub pour TTT avec le tél et le mail ;)Bon WE Comment from : From VM : http://images.google.com/images?client=safari&rls=fr-fr&q=philippe%20manoeuvre&oe=UTF-8&um=1&ie=UTF-8&sa=N&hl=fr&tab=wi MDR ! Comment from Anthony Grolleau-Fricard: Pour ma part, je crois que oui, elle a fait le buzz, mais aujourd'hui, les enjeux autour de la démocratie participative grâce aux médias sociaux ainsi que ceux sur la bonne gouvernance peuvent être désastreux. Aujourd'hui et de plus en plus, mal s'entourer en politique c'est montrer que vous êtes un mauvais gestionnaire, une personne qui fait des mauvais choix.D'un autre côté, une autre réalité de la politique c'est que les personnes (et les électeurs) oublient rapidement les mauvais coups et ce genre d'erreur... L'un dans l'autre, je me dis qu'elle y a gagné au change. Comment from Fabrice Epelboin: Un bon exemple de bad buzz http://fr.readwriteweb.com/2009/01/05/divers/frederic-lefebvre-quest-ce-que-le-web-20/ qui a eu des conséquence assez dramatique pour sa victime http://www.slideshare.net/boin/adtech-prsentation-strip-tease-du-buzz-sur-frdric-lefebvre-1578218 Comment from Fabrice Epelboin: Un autre bad buzz qui a couté plus de 10% en bourse http://fr.readwriteweb.com/2009/07/06/divers/boycott-nokia-siemens/ ;-) (celui là, c'est pas nous qui l'avons lancé) Comment from Dominique Rabeuf: Éponge ingénue ? Je me marre Sémiologiste expert qui s'ignore (pas vraiment) en herbe le barbu ?   Comment from padou: Un article sur ce type de sujet : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/11/23/les-nettoyeurs-du-net_1270862_651865_1.html