Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Les pures players Slate et Owni se servent de la curation comme un outil éditorial. Les articles repris de blogs “prescripteurs” leurs permettent d’avoir du contenu à moindre frais, asseoir leur positionnement et élargir leur public. Les journalistes vont ils évoluer en “curateur” ? Les lecteurs se contenteront-ils de ces informations très marketées ?
Webcast
notes
Speakers (3)
AUDIENCE
 
 
If I sponsored this subject?
Follow us on Twitter
Follow us on Facebook
Format : Talkshow
Treatment : Debate
Activity sector : Internet
 
Speakers :
Nicolas Marronnier, Social Media Club France
Camille Alloing, Responsable R&Dl
Chercheur en innovations digitales, auteur du blog CaddE-...
Marc Rougier, Président co-fondateur de Scoop.it, platefo...
Président co-fondateur de Scoop.it, plateforme d'expressi...

Les pures players Slate et Owni se servent de la curation comme un outil éditorial. Les articles repris de blogs “prescripteurs” leurs permettent d’avoir du contenu à moindre frais, asseoir leur positionnement et élargir leur public. Les journalistes vont ils évoluer en “curateur” ? Les lecteurs se contenteront-ils de ces informations très marketées ?


Connected subjects:
  • LeWeb     
  • Here's my feedback:
    I transmit my opinion: I find this subject...




    Misc infos
    Location : Dans les studios de Webcastory
    Comment from Frederic Martinet: Comment dire... remplacer des algorithmes "abscons", objectifs mais qui servent des intérêts variés par "le sens donné par les humains" qui poursuivent leurs propres intérêts. Appelons les professionnels du SEO et nous faisons un bond de 10 ans en arrière vers le spamdexing avec des outils qui seront au service des intérêts personnels de chacun et qui essaieront de déborder les moteurs de recherche...La remarque "si je n'ai aps le temps de créer du contenu alors le mieux est d'en devenir le passeur (y compris pour les marques)" est affligeante. Consternante même. Une lueur d'espoir heureusement Pinterest qui connaît des déboires juridiques et Scoopit et autres curateurs pourraient bien connaître les mêmes prochainement.http://scinfolex.wordpress.com/2012/03/02/pinterest-se-pique-aux-regles-du-droit-dauteur/ Comment from Frédéric POULET: La seule question à se poser dès lors que l'on est à la frontière d'un plagiat, d'une copie, ou d'une reprise partielle ou totale d'une oeuvre, texte etc. c'est..."A qui profite le crime" ?... Comment from Marc Rougier: @Frédéric (Martinet):Le sujet n'a aucun rapport avec le spamdexing. Nous parlons ici d'expression, qui ne peut pas être algorithmique, par essence. Si vous êtes une personne ou une entreprise, ayant besoin ou envie de vous exprimer et d'être présent sur le web; si vous n'avez pas les moyens de fabriquer l'intégralité du contenu requis; mais si vous avez une réelle passion, une réelle expertise sur un sujet précis; alors, être le découvreur, l'organisateur, le passeur de "morceaux choisis" sur ce sujet vous permet de vous exprimer - tout en respectant et mettant en valeur les morceaux choisis.@Frédéric (Poulet):C'est une excellente question! Une des règles d'or d'une "bonne curation" est en effet de respecter les auteurs, donc, précisément de ne faire ni plagiat ni copie. Par exemple Scoop.it respecte trois règles strictes :- ne faire qu'une courte citation (invitant donc à la découverte complète)- indiquer la source (pour enlever l'ambiguïté)- mener à la source en un clic (accès direct au site "curé")Et le curateur est invité à ajouter sa valeur non seulement par son choix de contenu, mais aussi par son édition: enrichissement éventuel d'un commentaire, mise en contexte et en perspective, etc.Alors, à qui profite la curation?Aux trois parties:- le curateur, individu ou entreprise, qui trouve ainsi un moyen d'expression- son audience, qui accède à un magazine organisé sur un thème précis- les auteurs qui sont choisis par un passionné ou un expert et qui acquièrent ainsi une audienceCe dernier point est important et avéré (nous avons avec Scoop.it plus d'un an de recul dont 6 mois en mode "business") : quelques auteurs nous ont demandé pourquoi ils se trouvaient cités par un curateur; demande légitime! Mais à peu prêt 10 fois plus (20 fois plus sur notre audience US) nous ont demandé comment être cités par un curateur! La raison étant que la plupart des auteurs veulent être lus et reconnaissent que certains curateurs sont de bon passeurs, de bon médiateurs, et qu'être cités sur leur sujet, être partagés avec leur audience, est en fait vertueux. Le duo auteur - passeur est synergique!Comme le dit Camille dans la vidéo, citer des contenu tiers n'est pas nouveau. En devenir le facilitateur est une opportunité, tant pour le passeur que le passé. Tant que c'est fait dans le respect :-)Marc Comment from Frederic Martinet: Le sujet à tout à voir du spamdexing au contraire.... Nier que Scoop.it puisse et sois utilisé à des fins de spamdexing ou de "SEO" très borderline c'est dans le meilleur des cas défendre son business dans le pire être stupide et aveugle, ce que je suis persuadé que tu n'es pas Marc.A l'intérieur même de la plateforme soop.it se trouve la notion de pages satellites, de farm link et d'optimisation sémantique fictive car l'on agrège différentes sources sur le même thème en faisant croire que l'on est la propre source. Il ne manque plus que l'option "no follow" sur certains contenu que l'on prend et l'option "follow" sur son propre site et on aura atteint un idéal pour le SEO fainéant."Si vous êtes une personne ou une entreprise, ayant besoin ou envie de vous exprimer et d'être présent sur le web" : être présent ce n'est pas être présent à travers les dires d'un autres. C'est assumer sa présence, c'est construire sa propre identité pas l'emprunter à bas coûts aux autres. L'acte identitaire implique un acte de création, d'imagination, de réflexion. C'est aussi un acte de création de sa propre identité à travers les échanges que vos créations, VOTRE présence va susciter. C'est assumer de ne pouvoir se dédouaner de ses écrits. C'est avoir une opinion et l'assumer et affronter l'absence d'excuses de dire "ce n'est pas moi qui l'ai écrit : je ne fais que transmettre""si vous avez une réelle passion, une réelle expertise" : la passion et l'expertise sont antinomiques avec la notion d'économie. La passion et l'expertises également demandent du temps, de l'investissement. C'est au prix de cet investissement et de cet acte de création que l'expertise se consolide et s'enrichit. Pas en cliquant pour valider la mise en lien d'un contenu rédigé par un vrai auteur, un vrai expert qui n'a pas besoin de scoop.it pour se faire connaître.Si tu dois défendre scoop.it Marc dis plutôt le fond des choses : "économie, rentabilité, productivité, ROI (pas dur quand il est quasi nul".... et ne parlons pas de passion ni d'expertise et encore moins de respect. Il y a peu de place dans l'univers numérique que tu e en train de construire et il y en a encore moins dans les scoop.it/machintruc que je suis allé parcourir.Je suis quand même fortement rassuré que Pinterest soit remis gravement en question. Et que le recours à l'échappatoire DMCA soit même potentiellement remis en cause pour ceux qui construisent des systèmes dont le but n'est pas de créer mais de systèmatiser le parasitisme c'est à dire profiter indûment du travail fourni pas d'autres pour en tirer un bénéfice. Comment from Frédéric POULET: Dans le cas de Pinterest, ce n'est pas tellement le fait de "repiquer" des images (dans la plupart des cas déjà postées et copiables à 98%) qui est condamnable, mais plutôt le trafic et le nombre de connexions liés qui lui donnent de facto une puissance de ciblage marketing sans aucune plus value éditoriale. Indirectement, c'est du trafic dopé par du repiquage d'infos "copy-paste" qui en fait la force et la valorisation potentielles. Alors la question qui se pose, c'est "faut-il condamner" ce dopage et cette valorisation artificielle ? Pas tellement le fait que les "œuvres" soient copiées "à l'insu du plein gré" de ceux qui ont bien voulu les mettre en ligne, et indirectement être fiers qu'elles soient sur-diffusées mêmes s'ils s'en offusquent a posteriori... Comment from Marc Rougier: Frédéric,Le curateur s'engage et ajoute de la valeur: il cherche, trie, organise, augmente et diffuse; cela requiert travail et savoir faire! Et c'est bien de l'expression!Le débat sur le respect des auteurs est bien entendu important! Mais poser que seule l'écriture, et non l'édition, est une expression valide est carrément péremptoire. Le Huffington Post, Google+, Facebook, et bien d'autres le démontrent. Vous-même citez un contenu tiers dans votre commentaire, vous-même retweetez abondamment: Normal! Car c'est un axe de communication, présent dans le web et la société. Les mathématiciens, les compositeurs, les créateurs reconnaissent tous bâtir leurs oeuvres sur celles de leurs paires et de leurs prédécesseurs: la connaissance est ainsi, elle circule et nourrit. Ceux qui la redocumentalise nous aident.Oui, vous avez raison, Scoop.it est aussi un outil efficace pour le marketing.Et oui vous avez raison, on peut aussi curer à la va-vite, sans engagement. Mais on peut aussi écrire à la va-vite: condamnez-vous pour autant le stylo (ou la plateforme de blog)?Les nombreux auteurs qui remercient leurs curateurs sur Scoop.it nous confortent dans cette idée: la curation est expression et, quand elle respecte les auteurs (en citant et menant aux sources, comme le fait Scoop.it), elle est synergique, et non antinomique, de la création. Une évolution du cycle de l'information dans lequel se généralise une collaboration magnifique et ouverte entre ceux qui écrivent et ceux qui passent. Je respecte tous les auteurs (même ceux qui ne souhaitent pas être cités par des curateurs ;-)) et je respecte les curateurs qui se font les facilitateurs, passionnés ou experts, de leurs morceaux choisis. Comment from Elvire PROCHILO: trouve ce webcast : IntéressantConfrontation intéressante qui amène à réfléchir sur le caractère éditorial de la curation Comment from : @Marc (Rougier)Je n'aime pas Scoop.it et contrairemnent à ce que vous dites, cela n'apporte rien au Blogger. Je ne vois pas pourquoi on doit écrire gratuitement tandis que des prétendus "experts" ou "entreprises" profitent de mon travail. Il en est HORS de question.. Je mets un temps fou à bosser mes articlesJe refuse que mes articles soient curatés et c'est mon droit. Cela casse le référencement de mon blog. M. Frédéric Martinet a très bien fait de soulever le respect des droits d'auteur et la référence à Pinterest. Revenons au droit de citation Selon l’article L122 alinéa 3 (Code de la Propriété intellectuelle) " a) Les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information de l’oeuvre à laquelle elles sont incorporées ; "Où se trouve le droit de citation dans la curation ? d'autant plus que l'auteur n'est pas clairement mentionné : Nom + titre de l'article. Vous mettez un fainéant en valeur : "le curateur". Les vraies facilitateurs de l'information sont ceux qui apportent une valeur ajoutée au Web, écrivent et bossent.Shehrazad