Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Usages, contenus et (cyber)culture du web social
Cloud, Entreprise collaborative et gouvernance
Big Data - Social CRM - Social Business
Éducation, Innovation socio-digitale et devt durable
Editeurs - écosystème et enjeux
Business modèles,
Entrepreneunariat, Financement
Mobile Business ou entreprise mobile ?
Libertés, devoirs et responsabilités numériques
Actus, tendances, trouvailles
À propos
de nous
On entend de plus en plus parler d'innovation collaborative, des effets démultiplicateurs du 2.0 et des outils collaboratifs, de l'innovation ouverte, voire, encore mieux de la " co-innovation ouverte" pour être dans l'air ou... l'ère du temps.   Aussi voit-on apparaître des plateformes collaboratives de co-creation (internes - comme dans ma propre entreprise) ou externe comme par exemple : http://www.ideastorm.com/  (NB : dites-nous à quelles autres plateformes vous pensez, qui sont bien ?)   Certaines têtes bien pensantes vont même (éducation nationale, Gourous du 2.0, créateurs de plateformes collaboratives etc...) jusqu'à suggérer qu'il y aurait une Bonne et une Mauvaise manière d'innover... Une déontologie de l'Innovation tant qu'on y est !...   Certains chantres du tout gratuit - tout partager - tout open source  se retrouvent pour disserter du "tout ouvert" en conférences (nombreuses et lucratives manifestement) et comble de l'ironie ce sont  ceux là même qui ont un iPhone dans la poche et critiquent la methode agressive et non collaborative de Steve Jobs.    
Et toc, voici mon feedback :
Ci-dessous, j'expose mes motivations auprès des organisateurs :


Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




Infos diverses
Lieu : Dans les studios de Webcastory
L'article
Réagir ?
Intervenants (3)
AUDIENCE
Web-TV,
mode d’emploi
 
 
Et si je sponsorisais ce sujet ?
Nous suivre sur Twitter
Nous suivre sur Facebook
Format : Talkshow
Traitement : Débat d'idées
 
Intervenants :
On entend de plus en plus parler d'innovation collaborative, des effets démultiplicateurs du 2.0 et des outils collaboratifs, de l'innovation ouverte, voire, encore mieux de la " co-innovation ouverte" pour être dans l'air ou... l'ère du temps.
 
Aussi voit-on apparaître des plateformes collaboratives de co-creation (internes - comme dans ma propre entreprise) ou externe comme par exemple :

(NB : dites-nous à quelles autres plateformes vous pensez, qui sont bien ?)
 
Certaines têtes bien pensantes vont même (éducation nationale, Gourous du 2.0, créateurs de plateformes collaboratives etc...) jusqu'à suggérer qu'il y aurait une Bonne et une Mauvaise manière d'innover... Une déontologie de l'Innovation tant qu'on y est !...
 
Certains chantres du tout gratuit - tout partager - tout open source se retrouvent pour disserter du "tout ouvert" en conférences (nombreuses et lucratives manifestement) et comble de l'ironie ce sont  ceux là même qui ont un iPhone dans la poche et critiquent la methode agressive et non collaborative de Steve Jobs.
 
 
Expertises concernées : 
Pour autant, qui a pour l'instant toujours un temps d'avance sur les autres ?
 
Pour ma part, je ne condamne pas les deux, puisque j'utilise et participe activement aux plateformes de co-création avec un iPhone dans la poche.
 
Mais j'ose prétendre quand même qu'il vaut mieux un bon Visionnaire et une bonne Stratégie qu'une pléiade de Brainstormers risquant de se perdre dans un mouvement Brownien de pollinisation d'idées non abouties.
 
Alors à choisir, que feriez-vous ?
Vous prendriez Steve Jobs ou une plateforme 2.0 si vous aviez le choix ?
Moi je dis : les deux !
 
Questions à poser aux intervenants
(si possible des questions impertinentes qui selon vous doivent être posées pour rendre le débat intéressant)
 
Y a t-il une bonne et une mauvaise manière d'Innover ?
 
Un Bon Visionnaire est-il préférable à l'accélération et l'exponentialité que l'on prête au 2.0 ?
Partager le lien :
Sujets potentiellement connexes :
  • Commentaire de Victor Waknine : trouve ce sujet : Excellent !cela demande une curation urgente Commentaire de Frédéric BASCUNANA : et un sponsor ;-) Commentaire de Dominique Rabeuf : Steve Jobs (à mon humble avis) se contrefout du 2.0, il était là avant et sa mouvance stratégique sera toujours présente après l'oubli du 2.0.Pour trouver un exemple comparable d'innovation dite 2.0, il va falloir se lever de bonne heure.Parole d'ex fan d'Apple Commentaire de Victor Waknine : Michelin BenettonFaviet des milliers d'inconnus qui ne veulent pas se mesurer à Steve Jobs mais qui veulent et doivent innover pour se battre.Question piège à reformuler en rajoutant "10% de Steve Jobs + un 2.0, la bonne formule pour innover"Pourquoi pas aussi pendant qu'on y est "Jésus ou le 2.0" Commentaire de Dominique Rabeuf : Excellent, Jésus 2.0Il n'y avait pas de Web et pas grand chose à bouffer (confer la Cène) mais l'impact a laissé des traces.@Victor == Très bon provocateur (Je m'y connais en terme de maïeutique) Commentaire de Victor Waknine : J'ai aussi le pilpoul en réserve si nécessaire Commentaire de Frédéric POULET : "Et le Christ ? C'est un anarchiste qui a réussi. C'est le seul." (André Malraux) Commentaire de Frédéric POULET : Tant pis si je me fais piéger par la Maïeutique... comme je suis à l'origine de la Doxa, on va dire qu'on est dans le phénomène de l'arroseur arrosé :-)Pour ma part je pense comme Dominique, que celui qui va bousculer un Visionnaire (Jobs, B.Gates et consorts) n'est pas né.Où il n'a pas mis ses idées au profit de l'innovation collaborative pour l'instant (Mark Elliot Zuckerberg...au hasard) Car par expérience, cette fois-ci, (nous avons en effet une plateforme d'innovation collaborative en interne très proche de http://www.ideastorm.com/ de Dell), il faut des ingrédients nécessaires à toute forme d'Innovation : La Direction vers laquelle chercher (ce qui n'empêche pas l'innovation de rupture au passage...), la capacité à mettre en oeuvre, et la capacité (financière entre autre) à déployer et à la mise en oeuvre opérationnelle.On va dire que je prends souvent les mêmes exemples, mais pour moi ils en sont, quand je vois (pour en avoir rencontré le Président et l'ensemble de l'équipe 2.0) la capacité de Dassault Systèmes à se projeter dans le futur, et à transformer les essais.L'autre avantage qu'ils ont est au delà de la Vision et des Idées, la capacité à industrialiser les idées. Si moi tout seul j'ai l'idée de faire la nouvelle voiture électrique qui va battre tous les concurrents à plat de couture, je n'ai pas les moyens humains, usines, ressources diverses pour la produire.Au mieux je pourrai déposer quelques brevets qui seront bien vite dépassés et contournés une fois déposés...Après ça n'empêche pas à Mark Elliot d'arriver à financer quelques 500 K€ d'électricité par jour pour uniquement faire tourner ses serveurs (et sans doute plus d'ailleurs car l'émission que j'ai vue à ce propos doit bien remonter à 6-8 mois)Pour info Google comptait par exemple 100 000 serveurs en 2005, 450 000 en 2006, 1 million en 2007, 2 millions l'année dernière et entre 2 et 3 millions aujourd'hui probablement (les chiffres officiels manquent...).Mais pour en arriver au sujet du débat, pourquoi voudriez vous que ceux qui réussissent à toujours avoir un temps d'avance sur les autres le fassent "en collaboration" puisqu'ils ont un temps d'avance (voire deux...)C'est comme si on demandait à un mec brillant de devenir besogneux...A moins que le mec brillant le mette au service du 2.0 pour faire briller les communautés... et doper lui-même ses propres idées.Donc encore faut-il par exemple que les idées en la matière de Marc Elliot naissent :-) Commentaire de Frédéric POULET : Je vous invite d'ailleurs à acheter Les Echos de ce jour (lundi 28 Mars page 17 - Interview de Bernard Charlès DG de Dassault Systèmes -)Morceau choisi :Diriez vous que la France est en panne d'Innovation ?"Non, mais il faut clairement une vision de long terme plus ambitieuse pour notre politique d'Innovation. La compétitivité d'un pays ne se mesure pas à ses performances passées, mais bien à son potentiel d'avenir. Aujourd'hui, on manque de rêves en France, contrairement à des pays comme la Chine. Qu'a t-on besoin de découvrir, d'imaginer pour l'économie de demain ? Il faut retrouver le goût du rêve, fixer de nouvelles frontières, de nouveaux projets, et engager une véritable dynamique d'Innovation. Des révolutions comme celle qu'internet a apportées ouvrent de nouvelles voies économiques. Il ne faut pas avoir peur de s'y engager" Commentaire de Victor Waknine : Et les chinois c'est quoi leurs rêves? gagner 500€ par mois pour consommer plusen tout cas ceux que je connais N'ayons pas peur oui c'est la seule stratégie de survie, ça c'est de l'innovation Commentaire de Yasser Monkachi : trouve ce sujet : Excellent !Go innovation 2.0 Commentaire de Pierre Fayard : Très bon débat, et puis, ces quelques phrases sont excellentes :"Mais pour en arriver au sujet du débat, pourquoi voudriez vous que ceux qui réussissent à toujours avoir un temps d'avance sur les autres le fassent "en collaboration" puisqu'ils ont un temps d'avance (voire deux...)"C'est comme si on demandait à un mec brillant de devenir besogneux..."A moins que le mec brillant le mette au service du 2.0 pour faire briller les communautés... et doper lui-même ses propres idées. Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Je prends les deux modèles ! Commentaire de Bertrand Duperrin : En fait le sujet est davantage : Si vous n'êtes pas Steve Jobs il y a quand même un moyen de s'en sortir. Commentaire de Fabrice Frossard : A défaut d'être brillant tout seul, on peut accepter d'être éclairé par la foule, c'est ça le 2.0 non ? une sorte d'open-innovation. Une liste des expériences/sites/entreprises qui font appel aux autres pour co-créer http://www.openinnovators.net/list-open-innovation-crowdsourcing- Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Je prends les deux modèles... en respectant les droits d'auteurs de chacun!Attention aux «réseaux prédateurs» qui ont l’habitude des mauvaises pratiques! Ils vous demanderont de participer… ils ferons copier/ coller de tout et de n’importe quoi sans demander votre avis, ils vous feront perdre votre temps, le tout pour essayer de continuer leurs vieilles habitudes… et recueillir le chèque... Commentaire de Frédéric POULET : J'espère (pour eux) que Nokia s'y est mis :-) Commentaire de Fabrice Frossard : @fred La phrase de Charles est intéressante. De manière implicite elle suggère, outre la nécessité d'une vision et une prise de risque, une pensée sur le long terme. Dans le vrai monde, on sait bien que l'innovation est confrontée en partie aux difficultés de financement sur le long terme. On en a longuement parlé dans les émissions consacrées à la réforme du statut des JEI. Inutile de s'étendre sur OSEO je crois. Charlès a la chance d'appartenir à un groupe familial et industriel qui a une vision sur le long terme et les moyen de soutenir et transformer industriellement cette vision financièrement. Un peu comme Jesus et l'église donc effectivement. Juste une petite remarque sur Steve Jobs. N'oubliez pas qu'il s'est fait sortir d'Apple avant d'être rappelé à la rescousse. Qu'en tirer comme conclusion ? Commentaire de Frédéric POULET : Comme dirait Raoul Volfoni dans les Tontons Flingueurs :"Moi j'connais qu'une Loi... Celle du plus Fort !..." Y compris dans la capacité (certes d'un point de vue déontologique "discutable" mais il y a le monde idéal des Bisounours, et la vraie vie...)Sinon, il faut vite arrêter de travailler avec la chine, qui bafoue les droits de l'Homme... et surtout ne pas co-créer avec eux... On va commencer par enlever l'ensemble des ordinateurs aux usagers du Web qui ont été fabriqués là bas, et on en reparle, ou peut-être pas si vous n'avez plus de moyen de connexion ?Sinon, on peut essayer de vite trouver une plateforme collaborative open source verte de co-création de l'ordinateur "vert et gratuit" et on pédale tous sous le bureau pour faire de l'électricité :-)Je profite donc de l'absence de licence d'utilisation et/ou de droit d'auteurs sur Youtube pour vous faire profiter de la réponse apportée à Raoul Volfoni :http://www.youtube.com/watch?v=9PGpbBJ8tXY Commentaire de Frédéric POULET : Qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis..., et que je suis prêt à en changer dès que de façon pragmatique le 2.0 m'aura démontré qu'il peut aller plus vite avec l'Intelligence collective que l'intelligence individuelle :-)Mais qu'il en ait le potentiel, je n'en doute pas :-) Commentaire de Carole BLANCOT : Merci FredP pour ton invitation à rejoindre ce sujet.Je sens que Victor et toi allez encore spammer mon iPhone de mails de notifications mais bon je me résigne parce que même si je ne connais pas Steve Jobs (nous n'avons pas été présentés) je râle assez souvent après mon iPhone 4. C'est d'ailleurs à cause de cela que j'ai en plus un blackberry pour les soins palliatifs. Commentaire de Carole BLANCOT : Pas d'intelligence collective plus efficiente que l'intelligence individuelle si pas de dynamique de groupe favorable.Pas de dynamique de groupe favorable si pas de leader légitime parce que reconnu pour sa capacité à entraîner, faire fonctionner le groupe de façon satisfaisante pour 1- le groupe lui-même et pour 2- les individus qui le composent.(soyez indulgents : mes cours de psychologie sociale remontent à plus de 10 ans et j'ai une mémoire médiocre Commentaire de Victor Waknine : @Fréd et touset si on parlait foot, Zidane notre Steve Jobs national, d'après vous qu'aurait il fait en 98 sans l'état d'esprit du collectif inspiré par Jacquet et la force collective de l'équipeet Jésus une fois de plus ou d'autres qu'auraient ils fait sans les relais et le collectif, prçecher dans le désertSteve Jobs si personne ne l'écoute et lui fait confiance il finira par devenir un bon manager qui croit en l'outil uniquement et là 2.0 ou pas on fait du me too.par contre des zestes de Steve Jobs avec du bon collaboratif bien pensé et bien préparé en collaboratif et pas du gebre je prends la solution marabout en mode SAAS dernier cri v10.b , au top du benchmark de Seattle en passant par Londres, appuyé par un sondage débile où 432 RH européens ont répondu sur BB uniquement, là oui on peut faire de l'innovation collective.La nature produit davantage de zestes de Steve Jobs et de Zidane que des modèles complets et heureusement surtout pour les éditeurs et les consultants. Commentaire de Frédéric POULET : Je suis d'accord :-) mais tu peux aussi te demander ce qu'aurait fait l'équipe de France sans Zidane... on a vu la qualif à l'arrach en 1/4 contre le Paraguay sans lui; on a vu Domenech en 2006 avec lui et en 2010 sans lui...J'espère qu'on aura en effet encore quelques zestes à l'avenir...Et les Zestes comme ceux d'un Messi, les foules se soulever ça fait :-)Et les consultants s'extasier aussi (mais pas les mêmes)Cela dit, pour avoir assisté à une réunion avec Philippe Faure-Brac hier soir (meilleur sommelier du Monde 92) celui-ci continue à déceler les jeunes Zidane du Vin dans les écoles hôtelières et de sommellerie et participe activement à toute manifestation qui permet de les identifier.Tel est notre "devoir" sans doute : identifier les Talents de demain pour les inviter à se mettre au service du Collectif et vice et versa pour générer la dynamique vertueuse de l'Equipe, tout en essayant d'être un bon meneur d'Hommes en montrant l'exemple soi-même. Commentaire de Victor Waknine : bien vu Fréd tu vois quand tu veux tu sais emballer le débat dans une conclusion fédératrice.Envoyez le suivant svp! Commentaire de Frédéric POULET : :-))) pour avoir formé et entrainé des équipes de négociation pendant 10 ans je devrais même pouvoir démontrer l'inverse, mais ce ne serait plus de la Maïeutique, ce serait de la manipulation :-) Commentaire de Dominique Rabeuf : Mauvaise blague !Quelqu'un a une idée pour les centrales nucléaires 2.0 ? Commentaire de Fabrice Frossard : Tu veux dire qu'il n'y a pas de vérité ? Juste des faits de langage ? :-)) Commentaire de Fabrice Frossard : En même temps, si je me souviens bien de mes cours, le changement s'effectue sous la dynamique de ceux qui sont à la marge :-) Commentaire de Frédéric POULET : Des faits et des effets, mais dans les faits il peut y avoir des effets (mêmes très concrets :-)Regarde ceux que produisent les différents lancements d'Apple dans les files d'attentes des Apple Stores ;-) entre autre... Et dans les faits (aussi) où en est la capitalisation boursière d'Apple ? juste derrière Exxon non ? Pour ceux qui ont pris des actions Apple il y a dix ans, ils ont de quoi investir dans le collaboratif aujourd'hui (10 ans après :) Et Zidane, finalement, il se l'est joué perso ou collaboratif avec son coup de boule, et le sponsoring du Qatar pour la coupe du Monde ?La Panenka en finale, il avait failli la louper, par contre sa sortie, il l'a loupée, et nous... accessoirement la deuxième coupe du Monde...Ca aussi ce sont des faits ! Commentaire de Frédéric POULET : Einstein 2.0 en aurait sans doute... Commentaire de Corinne Dangas : C'est très tendance en ce moment le 2.0, pour les centrales nucléaires. Ca décloisonne de tous côtés, les confinements se fissurent, des nuées d'idées jaillissent et essaiment à l'autre bout du monde... bref, tout ça est très ouvert. Commentaire de Corinne Dangas : Je suis rassurée, la Panenka était un concept qui m'échappait, mais j'ai trouvé :) Commentaire de Frédéric BASCUNANA : je livre juste un message d'un internaute sympa (suggéré via Facebook) :RT Marc Idelson : "Un article éclairant (m'éclairant en tout cas): http://moreintelligentlife.com/content/ideas/robert-lane-greene/apple-v-google " Commentaire de Carole BLANCOT : Exactement Fabrice ! Par ceux que l'on appelle les minorités actives !!! Tout à fait exact ;) Commentaire de Frédéric POULET : Ouf... je pensais que vous parliez de marge financière... :-)On allait s'en prendre une par Victor :-) Commentaire de Victor Waknine : @Fréd Pouletmerci de faire la police, j'attendais pas moi de ta part avec tout le mal que je me donne pour éviter la confusion entre marge financière et marge de manoeuvre du collectif de travail.Le RSE 2.0 est une réponse des particules/cellules vivantes aux systèmes contraints anorexiques ou on touché l'optimum des coûts, on y rajoute du lien, de l'échange, de la coopération aux interfaces. Encore faut il que ce RSE 2.0 permette de s'attaquer à des vrais sujets pas du ripolin RH. Commentaire de Dominique Rabeuf : En d'autres termes, le «collectif» avec «cosmétique 2.0 Ripolin - ou -Rimmel» serait un élément de refondation !? Commentaire de Frédéric POULET : Une Chronologie assez intéressante de l'évolution des valeurs dans la société à travers le Sporthttp://www.generationy20.com/football-interculturel?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+generationy20%2FREhc+%28Generation+Y+2.0%29 Commentaire de Corinne Dangas : Oui, c'est édifiant. Il y a une remarque que j'aime bien et que je fais moi-même souvent, c'est la nécessité d'évolution qui apparaît lorsqu'on a poussé un système de valeurs à son extrême. Quel qu'il soit, il faut du sens, mais pas à en perdre le bon sens ! Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Voulons-nous financer des pays qui ne respectent pas «la stratégie de Lisbonne, aujourd’hui Europe 2020? Les européens doivent financer des programmes sur l’éducation et l’emploi pour que ces mêmes pays n’investissent pas dans la formation et l’emploi? Allons-nous laisser des consultants installer ensuite dans ces pays leurs entreprises avec le produit de ces mêmes financements ainsi obtenus, avec l’argent de l’ensemble des européens?http://www.euractiv.com/fr/europe-sociale/la-grande-bretagne-refuse-de-participer-la-strat-gie-europ-enne-pour-lemploi-news-502 Commentaire de Laura Garcia Vitoria : J’ai fait un lien sur mon blog de cette discussion qui me semble être d’une importance primordial!http://laura-garcia-vitoria.blogspot.com/ Commentaire de Frédéric POULET : Oh je sens que vous êtes ravie que Sarkozy remette en cause l'ISF pour éviter la fuite de nos cerveaux et capitaux vous ! :-) Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Mon Cher Fréderic, Quel rapport entre l'ISF et EUROPE 2020? Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Mon cher Frédéric,Quel rapport entre l'ISF et EUROPE 2020? Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Mon cher Frédéric,Quel rapport entre l'ISF et EUROPE 2020? Commentaire de Frédéric POULET : Qu'ils s'installent dans les pays "signataires" ou ailleurs (consultants, ou investisseurs divers, ou entreprises) ne sera pas forcément lié à la Politique intérieure desdits pays (UK, Portugal...) et aux financements prévus dans le cadre d'Europe 2020En tout cas pas seulement.Redonner une bouffée d'oxygène à l'Europe (et donc à l'emploi, à la pauvreté etc.) passera pas une "capacité Macro-économique" de l'Europe à être compétitive, à créer de la valeur et des emplois par voie de conséquence.Et donc à faire en sorte que les investissements soient réalisés au sein de l'Europe, et par ailleurs que la monnaie n'en soit pas un handicap supplémentaire dans sa parité avec le Dollar Faire en sorte également que les grands dirigeants d'entreprises soient incités à ne pas "s'expatrier fiscalement" que ce soit pour eux ou pour leurs entreprises. On ne pourra faire machine arrière, mais avant de réinjecter du pétrole, peut-être pourrait-on se poser la question toujours en suspens de l'harmonisation fiscale (à mon avis beaucoup plus impactante) et du "comment attirer les talents et les investisseurs en Europe ?"C'est bien beau de se fixer des objectifs pour l'emploi... Tout le monde sait coucher des chiffres sur un papier et faire de belles déclarationsDans les faits, la vraie question est économique (et en partie politique) car la fuite des capitaux et la mondialisation ne sont pas maîtrisées par les politiques (à date)D'où mon clin d'oeil certes indirectement lié (quoique), mais vous en aurez compris la teneur en filigrane. Commentaire de Laura Garcia Vitoria : L’Europe sera de plus en plus à l’avenir une communauté de la connaissance où chacun aura à respecter des règles strictes, faute de quoi nous assisterons à des spectacles identiques à ce que l’on a pu voir sur le plan financier et qui ont abouti aux résultats que l’on connait ! Commentaire de Victor Waknine : Sur le plan strictement politique il n'y a pas d'Europe, sur le plan monétaire oui, sur le plan du marché financier les libéraux ont obtenu beaucoup, sur le plan industriel c'est possible si des champions nationaux existent, EADS en Aerospace mais en nucléaire nous avons dit non à SIEMENS et donc ils vont nous le rendre (Lybie, Télécoms, Transports)Sur le paln culturel jamais mais c'est une grande richesse de diversité surtout si on intègre la TurquieSur le plan académique jamais, car l'attraction sino -américaine est forte surtout pour les sciences exactes (pardon se disant exactes)Sur le plan scientifique possible (CERN)Sur le plan fiscal c'est possible pour l'IS mais nous en sommes loinSur le plan de la défense des mini Europe peuvent se former au gré des intérêts des uns et des autres suivant les situations.Sur le plan de l'innovation il ne suffit pas de dire: "L’Europe sera de plus en plus à l’avenir une communauté de la connaissance où chacun aura à respecter des règles strictes, faute de quoi nous assisterons à des spectacles identiques à ce que l’on a pu voir sur le plan financier et qui ont abouti aux résultats que l’on connait ! "cela ressemble à un voeu pieux car nous n'avons pas les moyens de nos ambitions encore faut il en avoir de l'ambition , cela passe me semble t'il par des alliances fortes industrielle et scientifiques qui ont un sens.Malheureusement le sens n'est pas inscrit dans les traités européens sauf un , celui du ridicule! Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Il n’est pas interdit à tous ceux qui ne croient pas à l’Europe et qui ne veulent pas respecter leurs engagements de s’interdire toute demande de subvention ou de financement ! Commentaire de Victor Waknine : C'est un européen convaincu qui vous interpelle, votre remarque est juste mais vous vous adressez à des cyniques et profiteurs, la stigmatisation et la morale, voir le bon sens et l'éthique ne fonctionnent pas, alors que faire?attendre qu'ils s'abstiennent de profiter de la collectivité?Il est plus facile soit de les exclure soit de leur refuser l'accès à certains droits soit de continuer à faire la carpe pseudo éclairée. Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Nous sommes tout à fait d'accord! L'essentiel en ce cas est d'agir au quotidien et surtout de ne pas faire la carpe... Commentaire de Frédéric POULET : De la même manière que les députés européens véreux...http://fromparistolondon.blogs.france24.com/article/2011/03/21/trois-deputes-europeens-pris-la-main-dans-le-sac-0Il y aura toujours des profiteurs, en europe ou ailleurs, et à plus ou moins grande échelle (cf. affaire Madoff)Mais pour en revenir au sujet d'origine du débat, on constate quand même que pendant que certains se posent des questions de "politique intérieure" et pour faire le lien aussi avec la capacité à créer de la Valeur, et à créer des entreprises performantes, la fiscalité (pour revenir sur le sujet), et la complexité administrative française et européenne sont de vrais freins à la liberté d'entreprise.Alors peut-être faut-il mettre en place un méga Réseau Social 2.0 européen pour s'en sortir, qui ne fera que corroborer le mouvement brownien que vous évoquez tous, et le manque de ligne directrice ?.....Toujours est-il que des "cyniques profiteurs individualistes" (si vous souhaitez les qualifier ainsi aussi) sont pour l'instant en train de prendre une avance considérable, et de faire prendre une avance considérable à la nouvelle économie...Et sauf erreur de ma part, ils ne sont pas européensJe parle évidemment d'Apple, de Google, de Facebook, de Twitter et consorts...Il y en a qui se posent des questions, et d'autres qui avancent. Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Ce réseau social européen, nous le créons ensemble? Commentaire de Frédéric POULET : Je n'y crois pas une seule seconde, car dans tout projet 2.0 ou pas, il faut un Entrepreneur hors norme, un Visionnaire, et une réactivité extrêmement forte et surtout une Stratégie.Et c'est tout le sujet du débat, sans Visionnaire capable de fédérer de coordonner l'ensemble des intervenants, participants, salariés ou citoyens, il faut trop de temps pour mettre les choses en place.Le projet Europe 2020 a pour but de favoriser l'emploi entre autre (recrutons encore des fonctionnaires pour faire baisser artificiellement le chômage tant qu'on y est...)Date de Création de Google : 1998, de Facebook 2004 et de Twitter 2006Il ne se sont pas dit qu'ils attendraient 2020 pour créer de l'emploi.C'est de la Valeur qu'il faut créer (et humaine y compris sans doute :-) pour générer une dynamique de progrès.Et pour l'heure, personne n'est capable de fédérer l'Europe (la preuve étant dans ce que vous dénoncez)Que le salut arrive par ses citoyens connectés en 2.0... Encore faudrait-il qu'ils soient tous connectés et d'accord sur un Objectif Commun dans cette Tour de Babel Alors on peut toujours essayer de créer le Réseau Social Européen, mais sans Volonté commune et sans un Steve Jobs de la Politique et de l'économie à sa tête, on a du souci à se faire. Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Pourquoi proposer dès lors un projet auquel vous ne croyez pas? J' évoquais la stratégie" Europe 2020" et non l'"Europe en 2020" et là nombreux sont les acteurs convaincus dont les vrais obstacles sont les "cyniques" que vous évoquiez! Commentaire de Frédéric POULET : Je ne proposais pas un projet, mais un sujet de réflexion.Les communautés 2.0 et l'intelligence collective arrivent apparemment pour l'instant à fonctionner et à se déployer dans un périmètre restreintcf point abordé par Gilles Satgé sur l'Holoptisme dans le débathttp://techtoc.tv/event/1120/l-entreprise-collaborative/management-2.0/quels-modes-de-gouvernance-pour-favoriser-l-usage-et-l-interet-d-une-plateforme-collaborativeMais dans deux cas de figures sur 3 : l'Entreprise (2.0 ou pas), ou un écosystème plus gros ( Pays, Continent, Communauté de Pays...) le dirigeant semble être la clef de la Conduite du Changement et Le Moteur et Le Leader de l'impulsion.Seule une petite communauté semble pouvoir s'auto-administrer et s'auto-gérer (notamment en 2.0)Dans 3 cas de figures sur 3, le Projet, la Vision, semblent devoir être clairement identifiés pour avancer. Sinon, on reste dans un méga brainstorming d'idées qui vont tourner en rond et ne rien produire de concret faute de moyens (financiers entre autre) pour être déployéesEt pour en revenir à l'Innovation 2.0, ouverte, de rupture, bref quelle que soit la méthodologie employée, à un moment il faut injecter du pétrole dans le moteur, et tracer la route vers un point de destination.Rien n'empêche de prendre des chemins de traverses et de sortir des sentiers battus pour innover (au contraire même : c'est sans doute souhaitable de se perdre un peu pour mieux se retrouver), mais à un moment il doit y avoir Un Pilote pour embarquer tout le monde vers la destination finale.Ce qu'il manque à tous les projets qui n'avancent pas (micro et macro-économiques), ce sont des Guides, des Visionnaires et des Leaders Charismatiques.Pour moi, pour l'instant "Steve Jobs est plus fort que l'Innovation 2.0", car sa Vision est claire, sa Stratégie est claire, ses tactiques sont claires et alignées, et ses moyens utilisés au bon moment et au bon endroit.Pour l'instant l'Innovation 2.0 ne se joue que dans des petits périmètres, et je doute qu'elle puisse se jouer à très grande échelle. Sauf si on a un Steve Jobs dans cette petite équipe... On peut toujours demander sur Facebook comment régler la problématique de l'Europe; à mon avis on peut attendre longtemps la réponse concrète... Commentaire de Victor Waknine : Je ne vois pas ce que je pourrais ajouter à ce débat, alors comme dirait mon fils de 16 ans quand il entend l'expression"je te dis çà je te dis rien", si tu n'a rien à dire alors "tais toi".Les conditions posées par Fréderic sont tout à fait vrai, j'ai la réponse "europe 2020 avec un méga RS 2.0" mais pouvez me rappeller la question? quel objectif ? quelle vision? quel projet? pourquoi? et qui porte ce projet? Je ne vois à la tête de l'Europe de Trichet à Baroso en passant par les Chefs d'état actuels que des médiocres formatés à la finance ultra libérale, pas du tout envie de me mettre au clavier pour eux.Désolé j'attends du Mendès, du Chaban, du Churchill, du Prodi, du De Gaulle, du Brandt, De la Giroud, de la Veil, de la Golda, du Mandela, du Valesa, du Havel, vous n'auriez pas cela dans le magasin svp?Je vous évite les intellos et les sportifsPar contre curieux de voir comment les grands patrons européens relèveraient un tel défi. Commentaire de Yasser Monkachi : On aura besoin des deux modèles certes, mais mon cœur me fait pencher vers l'intelligence collective comme source d'innovation pour faire face aux challenges d'un futur très incertain. Ce n'est plus un ou plusieurs visionnaires qui mèneront la barque de l'innovation mais un ensemble de communautés plus ou moins larges allant de lead users au crowds. Et c'est ainsi que l'on répondra aux besoins de la Gen Y voire aussi la Gen Z qu'on n'appréhende pas assez. Commentaire de Frédéric POULET : Espérons Yasser que vos voeux de coeur soient exaucés :-)Je ne serai pas aussi optimiste sur la capacité à le mettre en oeuvre de façon "collégiale 2.0" (cf Billets ci-dessous et suite de la discussion) pour deux ou trois raisons majeures : la nécessaire rapidité, anticipation et vision.Et avant qu'un groupe ne se crée une Vision, une Stratégie, il peut se passer du temps... En tout cas le point commun de ceux qui innovent et qui vont jusqu'au bout de leurs idées, est d'avoir 2 qualités communes : la Passion et la Ténacité Et je souhaite "idéalement" et "philosophiquement" que ce soit vous qui ayez raison; de toute façon le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas :-) Commentaire de Dominique Rabeuf : J'ai été un «Européen convaincu» et suis de plus en plus sceptique (exemple récent mis en évidence sur TTT http://techtoc.tv/event/1168/e-marketing--e-commerce/e-commerce/veut-on-tuer-l-e-commerce)Le ré-habillage des vieilles lunes «participatives» en «collaboratif» avec injection «d'intelligence collective» avec le ketchup «magique» 2.0 ne sont que du «buzz» Commentaire de Laura Garcia Vitoria : Et si nous parlions d'économie de la connaissance:http://www.arenotech.org/2004/ec_connaissance/economie_de_la_connaissance_intro.htmEt être optimistes Commentaire de Corinne Dangas : Ce qui me gêne dans ce sujet, c'est le "ou". C'est la façon dont on déconnecte Steve Jobs, du reste du monde. Bien sûr parce que comme ça a été dit, ça questionne sur ce qu'il pourrait faire à lui tout seul, ou ce qu'un Zidane pourrait faire sans le reste de l'équipe. Mais aussi parce que "Vaut-il mieux un bon Visionnaire qu'une réflexion de Groupe ?" présuppose d'emblée que le bon visionnaire ne fait pas partie du groupe. Il est une entité à part, à lui tout seul. Est-ce le cas ? Donc un génie mais aussi une sorte d'E.T. que l'on a donc aussitôt fait de porter aux nues que de vouer aux gémonies (voire de mettre dehors, comme disait @Fabrice)Est-ce que ça ne traduit pas une vision trop égalitariste, uniformisante, que l'on a des groupes, une certaine façon que l'on a de vouloir implicitement que tout le monde y soit à peu près identique, pour rechigner à considérer que puisse en faire partie au même titre que n'importe quel autre, un Zidane génie du ballon, ou un Steve Jobs, quand bien même serait-il beaucoup plus visionnaire que les autres ? Est-ce que ce n'est pas d'emblée une faille d'organisation du "2.0" que de justement mal savoir y intégrer correctement les différences, les particularismes individuels, quels qu'y soient, et de les "isoler" ainsi, d'en faire des cas à part, déconnectés de l'organisation globale que l'on prête au reste du groupe ? Commentaire de Laura Garcia Vitoria : les défis du e-commerce:http://territories-of-tomorrow.org/index.php?option=com_content&task=view&id=411&Itemid=166 Commentaire de Victor Waknine : pour ma part c'est la notion de comparaison, qui sera le plus fort? qui me gêneComparer c'est tuer!Mesurer c'est s'améliorer!!Les 2 sont utiles et inutiles on peut s'en passer un certain temps, l'un avec et sans l'autre aussi ou des sous Jobs et des demi RS2.0Par contre ce dont je suis certain (je me mouille) le pluriel est plus près du vivant que le singulier. J'ai bien dit "vivant" pas "vrai"."Si tu veux aller vite, cours tout seul, si tu veux aller loin vas y en groupe" Commentaire de Frédéric POULET : Cela dit, personne n'a jamais prétendu que Jobs bossait tout seul; seulement qu'il était un Leader Charismatique et un Visionnaire qui embarquait les autres (son équipe, ses clients) avec lui, tout en distançant ses concurrents.Mais je te rejoins Victor sur tes conclusions@Corinne ni Jobs ni Zidane ne pourraient faire se lever les foules sans avoir un public, et des coéquipiers, voire de bons adversaires.En fait ce qui sous-entend la Performance dans les deux cas de figures, c'est l'Emulation : soit dans l'adversité, soit dans la collaboration (et la confrontation)Ce qui en fait la différence, c'est l'anticipation, la Vision et la réactivité.Quant à la notion d'uniformisation, d'égalitarisme c'est pour moi un commencement de négation de la performance. On tire les choses vers le bas. On confond d'ailleurs souvent (en entreprise comme ailleurs) les notions d'équité et d'égalité.Pour faire à nouveau référence à un Grand d'Europe, il faut sans doute trouver le bon compromis dans la citation de Churchill :Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misèreA nous de trouver le bon compromis : Bon Tempo, Bonne équipe et Bon Leader Visionnaire : l'équation est difficile à résoudre mais passionnante à débattre. Commentaire de Frédéric POULET : Le truc Victor, c'est que pour l'instant, celui qui est tout seul est sur une mobylette et les autres sont à pieds... :-)Il faut donc parier sur la Fable de la Fontaine du Lièvre et de la Tortue 2.0 Commentaire de Victor Waknine : J'aime bien la parabole du lièvre et de la tortue 2.0N'oublie pas que quand tu es seul sur une mob , tu peux manquer d'essence, alors qu'à pied et à plusieurs tu peux même monter sur les épaules de l'autre pour te reposer, voir de plus haut, etc.Le mieux serait peut être de faire partir Steve en mobylette, de l'attendre dès qu'il n'a plus d'essence puis le groupe se relaie pour le monter sur les épaules et là tout le monde a participé.qu'en penses tu? Commentaire de Frédéric POULET : En effet je pense que les Tortues n'ont d'autre choix que d'être solidaires, de prendre de la hauteur et du recul :-)Personne n'a soulevé pour l'instant le fait que les cycles de vie de la nouvelle économie étaient potentiellement de plus en plus courts (et fragiles) après être partis très très vite : c'est parfois "Grandeur et Décadence" (cf. Nokia, LG, Myspace, Apple à ses débuts aussi)La panne d'essence peut en effet arriver à tout moment...Même IBM a failli y rester...Il n'y a qu'à voir comment le cours de l'action est lié à la santé de SJ...Son plus gros atout est en même temps son plus gros danger : Lui et le fait malheureusement (sans doute ?) de ne pas avoir d'héritier. Commentaire de Victor Waknine : Regarde du côté des groupes éponymes c'est pire les fils n'ont jamais dépassé les pères pourquoi? m^me quand ils font leur chemin ailleurs que dans le groupe du père.Très dur de vivre pro et privé après un père illustredonc vaut peut être mieux pour lui Commentaire de Frédéric POULET : Je ne parlais pas forcément que d'éponymie mais de tout ce qui englobe pour le coup l'Atavisme et la capacité à perpétuer pas seulement l'ADN du dirigeant, mais celui de l'Entreprise, et sa culture.On en a quelques exemples en France quand même (Riboud, Pinault, Dassault, Bouygues, Mulliez, Ricard...)Michelin nous dirait peut-être "Suivez le Guide" :-) Commentaire de Victor Waknine : C'est davantage ma marque "entreprise" que la marque "fondateur" essentielle au départ de son histoirePar contre ce qui est troublant l'héritier peut au mieux aider à garantir cette "empreinte" mais pas innover à la hauteur de l'origine éponyme.Il faut choisir entre"perpetuer" et entre "innover" dans le sens de créativité forte, pas du genre un nouvel avion ou pot de confiture, pneu etcDu genre nouvelle vision produit ou serviceex Michelin qui ferait non plus un nouveau pneu mais un patin à roulettes pour humain intégré au corps ou Ricard qui ferais du soleil en bouteille. Commentaire de Frédéric POULET : En fait l'idéal serait de pouvoir faire les deux : on pourrait inventer un nouveau mot : "perpétuinnover" :-) Commentaire de Victor Waknine : ou tout simplement INNOPERPETUERalors on dépose le copyright à 3 avec TTV? Commentaire de Frédéric POULET : En tout cas, ça sonne mieux qu' Perpétuinnover, et @FredB ça vaut presque le coup de faire une chaîne dédiée à l'Innovation Collaborative sur Techtoc, qui pourrait être la Chaîne d'Innovation Perpétuelle 2.0.Chaîne sur laquelle on pourrait proposer et débattre de façon perpétuelle d'idées d'innovations (et d'en faire des plateaux dès qu'un sujet prend)Avec 10 000 inscrits, on va pouvoir vérifier en Live le concept d'Intelligence Collective :-)Un défi 2.0 à relever ! Et pour recoller avec Techtoc : "Inno-Perpetuate-Story" Commentaire de Corinne Dangas : Pour être sûre d'avoir tout saisi : vous voulez débattre de façon perpétuelle (ça promet ;) ) d'idées d'innovation ? En tout cas n'ayant pas Steve Jobs sous la main, de mon côté j'ai en stock une idée un peu dans l'esprit 2.0 qui peut déjà faire un cobaye en vue d'un débat perpétuel :) Commentaire de Patrick Rey : trouve ce sujet : Excellent !Moi aussi, je suis partagé, ou plutôt dédoublé ! Je suis un fan d'Apple depuis le départ, et j'avais bien cru que l'informatique de bureau pouvait être Mac par défaut. C'était sans compter sur le petit fournisseur d'Apple à l'époque (Bill Gates avec ses deux logiciels bureautiques pour le Mac = Word et Excel), qui avait une autre vision et à copié ce qu'il pouvait pour proposer Windows à tous les autres constructeurs informatiques qui voulaient un OS correct. Steve Jobs avait-il raison trop tôt ?Depuis qu'il est revenu aux commandes, il a eu des intuitions marketing, une vision très claire des évolutions de la consommation de musique (iPod et iTunes), de l'ultra-mobilité connectée (iPhone) et de l'usage d'une tablette (iPad vs TabletPC ou Netbooks). Cette fois-ci, il aurait pu avoir raison trop tard et en tous cas ne peut maintenir son avance que très peu de temps, car la concurrence dégaine vite, mais mal, pour le moment.D'un autre côté, ce despote, qui s'assure que sa vision transpire de partout dans sa boutique, mais s'intéresse aussi de près à des foules de détails, ne favorise pas la créativité 2.0 !! Commentaire de Badr : Au delà des concept, quel serait selon vous les outils et méthodes opérationnelle à déployer sur les thème de la maîtrise des coûts, du temps, de la propriété intellectuelle...?