Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
UPDATE du 27/06/2013 : mise à jour et reconnaissance :  et France Télévisions, via France 24, relaye ENFIN (2 ans et demie plus tard) le plateau TV monté par techtoc.tv  : http://www.france24.com/fr/20130627-focus-syrie-libye-bachar-al-assad-mohammar-khadafi-cyber-espionnage-opposants-qosmos-amesys-justice-francaise   :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: Une croissance spectaculaire, une présence dans la plupart des dictatures de la planète, et des fonctionnalités pour le ‘super Deep Packet Inspection’ de Qosmos qui posent question : interception de Gmail ou de Hotmail, à l’heure de la Tunisie ou de l’Egypte, fermer les yeux sur l’exportation de ce type de technologie vers des pays dont il n’est plus possible désormais d’ignorer qu’ils l’utilisent afin de surveiller et de contrôler leur population relève de la complicité.
Here's my feedback:
I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Webcast
notes
Speakers (3)
AUDIENCE
 
En partenariat avec :
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Fabrice Epelboin, Webcastory, ReadWriteWeb France, Owni
Webcastory, ReadWriteWeb France, Owni
Olivier Laurelli, Toonux

Bearstech
Life hacker
Thibaut Bechetoille, QOSMOS
Chief Executive Officer, Qosmos

UPDATE du 27/06/2013 :

mise à jour et reconnaissance : 

et France Télévisions, via France 24, relaye ENFIN (2 ans et demie plus tard) le plateau TV monté par techtoc.tv  :

http://www.france24.com/fr/20130627-focus-syrie-libye-bachar-al-assad-mohammar-khadafi-cyber-espionnage-opposants-qosmos-amesys-justice-francaise 

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Une croissance spectaculaire, une présence dans la plupart des dictatures de la planète, et des fonctionnalités pour le ‘super Deep Packet Inspection’ de Qosmos qui posent question : interception de Gmail ou de Hotmail, à l’heure de la Tunisie ou de l’Egypte, fermer les yeux sur l’exportation de ce type de technologie vers des pays dont il n’est plus possible désormais d’ignorer qu’ils l’utilisent afin de surveiller et de contrôler leur population relève de la complicité.

Related expertises: 

Aux USA, Freepress vient de demander officiellement au Sénat de voter une loi permettant d’encadrer ce que l’ONG qui défend les droits de l’homme sur internet n’hésite pas à appeler de l’armement numérique, mais en France, pourtant l’un des plus gros marchands d’armes numériques de la planète, rien n’est envisagé. Au contraire, récemment, la loi aurait tendance à renforcer l’obligation de surveillance des hébergeurs, multipliant les polices privés et les possibles dérapage, mais ouvrant à ce type de société un fantastiques marché : celui des démocratie qui hésitent, à l’aube du XXIe siècle, à appliquer dans le virtuel ce qui ont fait leur réputation dans le réel.

 
La France va-t-elle devenir le far west de l’armement numérique ? Est-ce cela, l’internet civilisé ? Rencontre avec l’un des marchands d’armes numériques les plus hight tech de France : Qosmos, dont vous n’avez pas fini d’entendre parler.
Topic brought to you by:
Loading...
Loading...
Loading...
Share the link:
Connected subjects:
Salon SRH     
  • Comment from Dominique Rabeuf: Au vu du niveau technologique de la classe politique française, ils vont se faire enfiler un nouvel avion renifleur, le problème est que nous allons payer cette ligne Maginot contre nos libertés. En matière d'armement «FrankReich» n'est vraiment plus un modèle compétitif. La vigilance reste de rigueur tout en évitant de sombrer dans la paranoïa. Comment from Fabrice Epelboin: Malheureusement, ces technologies sont des plus efficaces, et en usage, avec succès, dans de nombreuses dictatures... On est loin des avions renifleurs, et les terrains d'expérimentation ne manquent pas :( Comment from : question idiote peut être mais.. Le plateau a t-il été tourné ou ya t-il juste un retard dans la mise en ligne ? la video ne semble pas accessible .(le sujet étant on ne peut plus d'actualité, ce serait dommage qu'il n'aie point eu lieu) Comment from Frédéric BASCUNANA: oui désolé pour l'ambiguïté c'est de ma faute : la vidéo doit encore être produite ! Sorry !Si tu souhaites participer sur ce sujet tu es le bienvenu - et si tu connais d'autres intervenants bien ciblés n'hésite pas ;-) Comment from Fabrice Frossard: Le problème de cette techno est qu'elle est aussi utilisée pour prioriser les flux si je ne me trompe pas. Donc les opérateurs ont beau jeu de dire qu'ils l'utilisent seulement pour ça. Comment from Frédéric BASCUNANA: C'est en effet l'argument bien pratique, et le monde est divisé entre ceux qui disent que c'est une question de viabilité économique (cf la Harvard Review qui régulièrement pointe le fait que les utilisateurs existent, qui souhaitent accéder à service premium différenciant, et qui disent que c'est une simple question de logique économique), et ceux qui considèrent que les débits doivent être les mêmes pour tout le monde, parce que le contraire serait une atteinte sacrilège au principe fondateur de l'Internet.Problème de fond n°1 : analyser les débits donne aussi la possibilité de mettre en place un système d'écoutes - d'où moult théories du complot, et à vrai dire certaines très justifiées puisqu'un jour entre les mains d'un gouvernement sans vergogne, ces "écoutes" de réseau permettraient de traquer des opposants ou du moins tous propos politique gênant. problème de fond n°2 : les pratiques illégales qui vont en résulter pendant un laps de temps interminable, puisque dans le cas de ce type d'avancée, le crime profite toujours à ceux qui dominent la technologie. Exemple concret : qu'est-ce que nous dit que demain Orange ne va pas subrepticement, attention ce n'est pas moi qui le dit mais on le lit beaucoup sur les réseau et les blogs de geeks, favoriser les flux en provenance de Dailymotion qu'ils viennent de racheter sur ceux en provenance de YouTube. Déjà, que je sache, et là c'est moi qui le dis, à une échelle certes plus modeste mais inquiétante pour le consommateur que je suis, les CGV de mon accès Interne illimité via cellulaire leur permettent de ralentir mon débit au-delà d'une certaine consommation. C'est très vite insupportable. Mais c'est surtout une porte ouverte sur un monde inquiétant et frustrant. Comment from Dominique Rabeuf: Un peu léger QOSMOS http://www.qosmos.com/sectors/government/lawful-interception Governement Lawful Interception Comment from Fabrice Epelboin: @DominiqueSurtout en Egypte, oui ;-) Comment from huetz de lemps: Bonsoir,Je me pose la question de l'utilité de se poser cette question justement, dans la mesure où encore moins qu'ailleurs nous pouvons savoir, influer, demander. Dans cette débauche de connaissances rapides, de communication, d'information etc., ne somme-nous pas justement à la merci de tout ce que vous évoquez ? - Sans même pouvoir vraiment le savoir?  Comment from Jeanne Argall: trouve ce webcast : Excellent !sujet brûlant Comment from : Commentaire apres visionnageVers la fin de la video, j'ai releve comme derniere intervention:"... vous avez un marche d'annonceur, ils ont besoin de se baser sur des données de marché ..."Autant la serie Mad Men a du sens car ca se passe en 1950, autant la je saigne des oreilles.[Mad Men, ep2se1]: "Love, we invent it last summer, good product, sells good" Comment from Alain Ternaute: Bonjour Fabrice, j'ai trouvé que vous allez trop loin ici.Même si votre travail réclame quelque peu de forcing pour obtenir des informations qu'on dissimule. Vous faites ici, dès le début, comme si la conclusion du débat était évidente.Or, je regrette, les technologies d'espionnage ne sont pas une arme, DPI compris.Le Radar, par exemple, est-il une arme ? Est-ce qu'on tue des gens avec ? Est-ce qu'on torture avec une caméra infrarouge ?Certes, on peut utiliser ces technologies à des fins militaires loin d'être louables. Mais en soi, ce sont des techniques neutres, et non destinées au meurtre ou à la torture.Ce qui détermine si une action est mauvaise ou non, c'est sa fin, et non son moyen.Le raccourci que vous faites là, est de la même nature que celui signifiant qu'Internet est la pire des choses que l'Homme ait inventé... Pas joli-joli.Il n'en reste pas moins vrai que le DPI est l'ennemi juré de la neutralité du Net et, par là, de l'anonymat, de la liberté d'expression, etc. Donc inadmissible. On est d'accord là-dessus.Mais non, le DPI n'est pas en soi, une arme. Comment from Jb HaaSarD: trouve ce webcast : IntéressantLe sujet est bien traité, et les journalistes sont là pour poser les bonnes questions ...Merci pour cette interview ! Comment from Frédéric BASCUNANA: mise à jour et reconnaissance : et regardez France 24 relaye ENFIN le plateau TV monté avec Fabrice et techtoc.tv :http://www.france24.com/fr/20130627-focus-syrie-libye-bachar-al-assad-mohammar-khadafi-cyber-espionnage-opposants-qosmos-amesys-justice-francaise Comment from Frédéric BASCUNANA: Autre petite update, dans un article qui résume bien les choses, qui n'ont guère changé en 2015 (ni en 2016) :Qosmos, la PME habilitée confidentiel-défensehttp://www.franceinter.fr/article-de-dossier-qosmos-la-pme-habilitee-confidentiel-defensevia @franceinterExtrait :"Au début, Qosmos est donc une entreprise de chercheurs-ingénieurs, qui fabriquait une technologie, le Deep Packet Inspection, bien trop puissante pour le seule utilisation qui en était faite… et surtout, elle ne lui rapportait pas grand-chose financièrement. « C’était un peu comme tuer une mouche avec un lance-roquette, » raconte James Dunne, ancien responsable de la documentation technique au sein du département Recherche et Développement de Qosmos, licencié en 2012, après avoir soulevé pendant des mois des questionnements au sein de l’entreprise sur l’éthique à propos de l’utilisation faite de leur technologie. L’ancien responsable technique apprendra par voie de presse que le projet sur lequel il travaillait visait à équiper la Syrie de Bachar al-Assad d’un système de surveillance." Nota bene :James Dunne avait en effet commenté la vidéo qui se trouve sur la présente page.