Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Mobile
Business
Digital rights
and duties
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Webschools, espaces publics numériques, Web public communal, réseaux structurés ou multiples initiatives locales portant bien d'autres vocables : un certain nombre de dispositifs institutionnels, privés ou associatifs cherchent à porter la culture et les usages Internet auprès du grand public.
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


I transmit my opinion: I find this subject...




Misc infos
Location : Dans les studios de Webcastory
Article
Collaborative content preparation:
Speakers (3)
AUDIENCE
Webtv guidelines
 
 
If I sponsored this subject?
Follow us on Twitter
Follow us on Facebook
Subject proposed by Corinne Dangas
Organization by Frédéric BASCUNANA
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Corinne Dangas, Gérante fondatrice Kreamedia
Organisation, stratégie, développement numérique et social.
Anne Emsalem, self employed
Entrepreneur, Naturopath, seeking to bring happiness and ...
Frédéric BASCUNANA, SMARTNOMAD + EFFORST.ORG + @PitchParties & ...
Digital Entrepreneur - Keynote Speaker - DealMaker & Pitc...
Webschools, espaces publics numériques, Web public communal, réseaux structurés ou multiples initiatives locales portant bien d'autres vocables : un certain nombre de dispositifs institutionnels, privés ou associatifs cherchent à porter la culture et les usages Internet auprès du grand public.
Related expertises: 

Le blog de Jean-Michel Billaut est bien sûr une mine d'infos sur ce sujet, dont le tout le dernier exemple en date (création d'une webschool à Poleymieux)

Même si les contours de la fracture numérique ne sont souvent qu'une superposition de la fracture sociale, la démocratisation de l'accès et de la culture Internet n'en reste pas moins une brique importante de la lutte contre les inégalités, dans un contexte où les outils et espaces numériques sont omniprésents, et où la mutation vers un monde tout informationnel, s'accélère.  

Nous pourrions viser à faire de ce plateau une synthèse de réponses pratiques et de cas exemplaires, destinés à initier ou faciliter la démarche d'élus, d'associations ou de professionnels du numérique intéressés à en mettre en œuvre.

  • Que sont ces "écoles du Net" et ces lieux d'échange numérique ?  Quels sont leurs modèles de tutelle, d'organisation et de financement ? Sont-ils également répartis sur le territoire ?
  • A quels types de publics et d'usages se dédient-ils ? Comment fonctionnent-ils, avec quels modes d'enseignement, quels outils et ressources, et quels types de formateurs ?
  • Quelles sont les leçons à tirer des retours d'expérience les plus signifiants ? Quels bénéfices peut-on en attendre ?

Créer une webschool dans ma ville, est-ce utile, compliqué et est-ce que ça coûte cher ?


 

Topic brought to you by:
Loading...
Share the link:
Connected subjects:
Salon SRH     
  • Comment from Frédéric BASCUNANA: Encore vraiment bravo d'avoir pris soin de poser avec autant d'application un sujet aussi intéressant, Corinne ! Comment from Anne Emsalem: Je pense également que le sujet a de gros potentiel, il conviendrait peut être de le définir plus avant. - A qui les webschools doivent-elles s'adresser? Manifestement a un public plus vulnérable qui n'a pas accès au Web pour s'auto former donc - jeunes en position défavorisée- adultes "" "" """- personnes âgées seules et peut -être aussi vulnérables. _ Quel sera le but des webschools si simultanément, il n'y a pas de structure de pérennisation d'accès au web ?- Quels seront les moyens d'accès au Web? Aujourd'hui nous sommes dans la position d'avoir manqué une étape, pourquoi ne pas aller directement a une option tablette et mobile? en gardant dans l'esprit le public concerné, il y a matiere a réflexion. Axer les buts vers éducation; santé; solidarité sociale a travers le Net: sécurisation et accompagnement des personnes âgées entre autre. - Utilisation des méthodes virtuelles la ou les personnes possèdent / ont accès aisé a des équipements mais sont isolées physiquement ou socialement . ( cours virtuels) Familiarisation avec e-books etc.Nous avons un retard incroyable dans la mise en place d'acces WIFI meme par rapport a l'inde ou Chine. Pourquoi ? parce que les enjeux ne sont pas vus du point de vue du bénéfice pour l'individu concerné mais de maintenir des profits pour les investisseurs. Les Webschools n'ont pas d'infrastructure pour se développer, ni pérenniser les acquis dans la société française . Un petit coup d'œil vers les cultures scandinaves qui inscrivent le droit d'accès a l'internet parmi les droits basiques du citoyen- Ici nous en parlons encore peu et du bout des lèvres- cordialement Anne EMSALEM Comment from Corinne Dangas: @Anne, tout à fait d'accord avec ton analyse, et ta remarque sur la possibilité d'aller directement à l'étape suivante me paraît extrêmement pertinente.J'ai relevé un 2e axe aux publics cibles, 1) les plus vulnérables comme tu le soulignes2) avec une dimension plus économique, l'intra-entreprise et l'accompagnement entrepreneurial, dans une logique de développement des usages et d'appropriation individualisée, plus globale dans ses applications (y compris au delà du cadre de l'entreprise) que des formations plus cadrées mais plus restrictives (autant dans leur objet que dans leur cible)Il n'en reste pas moins que tout ça passe par des infrastructures irréprochables... Comment from Anne Emsalem: @Corinne; je dois avouer être plus sensible au public vulnérable que celui de l'entreprise. Le sujet de l'utilisation en intra -entreprise relève a mon avis, d'une autre problématique. Alors que les publiques vulnérables sont a la merci des aides publiques et associatives ( privées) pour le développement d'une véritable politique résolument tournée vers la libéralisation et le développement systématique et raisonné de l'accès a l'information et la communication, celui du développement intra- entreprise doit demeurer le résultat des choix de l'entreprise- Par contre , il ne faut pas que nous soyons confrontés a de politiques qui asphyxient le développement de l'usage numérique, comme il est proposé maintenant sous la forme de lois qui taxent les entreprises pour leur esprit d'innovation numérique- Le contrôle de l'information passe par les modes d'accès a l'internet- En face des evenements qui sont en train de se de dérouler, la nervosité et le désir de ne pas se retrouver en face d'un outil absolument incontrôlable est évident- Portant on sait très bien que , a l'heure actuelle, les moyens d'accès aux réseaux sont concentrées sur quelques routes qu'il est enfantin de contrôler voir fermer - Tant que le Web = ordinateur de bureau ou portable même, l'usage en était naturellement restreint a un certain secteur de la population. Plus les moyens d'accès a l'internet se multiplient, plus il y a pression de contrôler ces routes d'accès, non plus a partir du hardware, mais dorénavant a travers la réluctance d'établir une facilité de se connecter- par quelques méthodes que ce soient.Nous voyons, a mes yeux très néophytes 3 solutions se dessiner- Aux 2 extrêmes, les pays nordiques qui, comme nous l'avons évoqué ont fait le choix d'inscrire l'accès libre et égale a l'internet comme un droit basique du citoyen , sans égard de sa situation sociale ou économique. L'acces a l'internet la n'est meme plus une question mais une obligation pour tous les opérateurs qui désirent évoluer dans ces pays. Il doit manifestement se retrouver une répartition des charges qui reflete la volonté politique au sens noble du mot - ie de la vie de la ville qui octroie certains droits incontournables a ses citoyens. Je n'ai pas vu ou entendu parler de la faillite économique des états, des operateurs ni des citoyens, donc il existe une formule actuelle qui fonctionne parfaitement correctement et qui pourrait etre étudiée et copiée - SI LA VOLONTÉ Y ÉTAIT-De l'autre coté du pendulum se trouve la chine qui crée littéralement une image du monde et la société telle qu'elle est disposée a l'accepter et censure systématiquement , sature de misinformation et n'hésite pas a la torture physique et psychique pour imposer une vision du monde tout a fait détachée du reste de la planète, reniant même les evenements historiques de son histoire récente. Pour imposer cette vision, plus de personnes seront connectées et nourries cette bouillie d'état, plus, paradoxalement la liberté de pensée, l'intégrité intellectuelle sera réduite naturellement- Ces 2 extrêmes ont néanmoins en commun la politique de privilégier, pour des raisons tout a fait opposées l'accès au net . Entre les 2 se trouvent ce qu'il convient d'appeler l'hypocrisie grandissante européenne et américaine- Certes, on fait de beaux discours sur la démocratisation de l'accès au net a la fois en publique et en privé tout en mettant en place des processus de canalisations d'information ( USA) ou de blocage a un accès trop aisé ( Europe et France) . La différence majeure se trouve au niveau de votre second point , Corinne, celle de la valorisation intra -entreprise de ce qui est considéré comme un atout commercial incontournable d'un coté de l'atlantique ( USA) et une sorcière dont on ne sait pas vraiment que faire pour la désamorcer de l'autre (e.g.France) . On voit donc, non seulement l'habituelle ineptie des européens a comprendre les outils commerciaux, sociaux et économiques sinon pour les transformer en nouvelles vaches a lait au lieu de les assister a créer des bases de compétitivités non liées a nos lourdeurs sociales , mais la danse des hésitations a prendre en main fermement un outil incroyable pour adresser les vulnérabilités grandissantes, une population de plus en plus âgée, des coûts insupportables de fonctionnement de nos entreprises. La, la flexibilité d'un "télé- travail " ou plutôt maintenant d'un travail "virtuellement" assisté, si il était reconnu d'utilité publique, adopté et valorisé donnerait a nos entreprise un "edge" fabuleux- A sa place, nous inventons allégrement des lois bornées qui pénalisent des entrepreneurs aussi lourdement que possible pour avoir un peu plus de vision que le bout du nez de l'escargot...Partout cependant, jusqu'à ce jour, la priorité est sur le CONTRÔLE de l'accès a la WWW. Les initiatives de développement d'accès conventionnel sont donc, a mon avis dépassés. Même si nous avions un Webschool dans chaque village de France et de Navarre, le temps qu'il faudrait pour arriver a relier tout ce petit monde a l'internet avec des moyens conventionnels, on se baladerait déjà en fusée pour prendre ses vacances sur la lune avant d'y arriver. Par contre, ce qui me semble très encourageant est le développement inéluctable du cloud computing, des connections de poste a poste ( que ceux-ci soient des ordinateurs, smartphones ou tablets) qui permettent de circonvenir les goulots d'étranglement qui font obstacle aujourd'hui a la croissance naturelle de l'accès a la communication.Comme dans tous les secteurs , ce qu'il manque souvent c'est une vision- non futuriste et loufoque, mais une analyse des données que nous avons tous a notre disposition couplée a une mise en question de nos motivations. Que voulons nous obtenir , lorsque nous formulons l'idée d'une Webschool plus répandue ?- Si nous mettons en avant une meilleure communication il faut s'assurer de l'infrastructure, comme nous l'avons dit mais il faut aussi savoir réfléchir latéralement , c-a-d ne pas se leurrer sur l'état actuel des choses et savoir passer a autre chose en voie de déploiement si besoin- Dans un domaine aussi évolutif que celui que nous traitons, avoir raté une marche peut singulièrement devenir un tremplin vers un avantage inespéréCet autre chose comporte donc1- les réseaux internet actuel - donc développer des partenariats avec les acteurs existant en amont des actions des Webschool, ou au moins en parallèle et partie intégrale de la démarche2- Le travail sur les moyens nascent de relier les ordinateurs ou autres hardwares les unes aux autres en ignorant les bouchons - politiques, économiques ou autres, ce qui veut dire une politique interne des développeurs de Webschool très pointue, ouverte et qui ne cesse de s'adapter aux breakthrough technologiques- ce qui signifie partenariat avec les entreprises qui sont engagées dans la recherche et l'application de ces nouvelles technologies3- l'adaptation des concepts de WEBSCHOOL, non plus comme le petit internet café des années 2000 mais comme une solution portable ( littéralement ) qui pourra être amenée la ou se trouve le public vers lequel elles sont destinées. ( la maison individuelle, la maison de retraite, les associations ou des hardwares pourront être a disposition des sans emplois, sans abris, les hôpitaux, les écoles et ainsi de suite) Finalement nous en revenons au point de départ avec le public pour lequel cet effort est déployé. je suis de l'opinion que l'accès a l'information et la communication a l'échelle globale est autant un droit de l'homme que l'acces a l'eau, une nourriture suffisante et saine et une éducation et médecine gratuites laissées au choix de chacun. Il faut aussi glisser quelque part le développement de la "voice computing" qui va considérablement bouleverser dans les prochains mois la notion que nous avons de l'accès a l'éducation numérique. Après de nombreuses années de balbutiements gauches, il semble qu'enfin, nous arrivions a maîtriser des technologies qui vont permettre a un plus grand nombre encore de personnes d'accéder a la WWW et ses opportunités. Bien que de profond sujets d'éthiques devront être aborder ( search engine f.i) , toute la catégorie de personnes agées, malades, etc, vont avoir un acces encore plus facile au net et a la sécurité qu'il peut offrir - naturellement avec une gestion de la sécurisation adaptée).Mais l'autre public qui va en bénéficier, ou pourra du moins en bénéficier énormément sera celui en besoin d'éducation soit personnelle, soit professionnelle, rejoignant votre rubrique originale que je n'avais pas abordé jusque la des auto entrepreneurs ou statuts similaires. Finalement ce "voice computing" devra etre integé d'emblée dans les méthodologies éducatives des WEBSCHOOLS. Mais la, il faut encore reflechir plus ouvertement au cadre(s) social(s) qui peut(vent) les supporter...Voila quelques considérations supplémentaires, qui pourraient éventuellement etre considerées lors d'un debat. Cordialement Anne EMSALEM Comment from Corinne Dangas: Débat qui promet d'être intéressant, merci Anne de cette analyse. A propos de la problématique infrastructurelle, un billet que j'ai trouvé intéressant lui aussi publié ce matin par Jean-Pierre Jambes et relayé par JM Billaut sur Facebook, qui appelle à la création d'une coopérative installateurs / opérateurs / FAI locaux pour le Très Haut Débit.  Comment from Patrick ZIMBARDO: Il serait intéressant d'avoir le retour d'un responsable de collectivité locale ... Comment from Anne Emsalem: J'ai sollicité les responsables départementaux en Ariège. Nous verrons ce qui se fera ou non ..