Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Usages, contenus et (cyber)culture du web social
Cloud, Entreprise collaborative et gouvernance
Big Data - Social CRM - Social Business
Éducation, Innovation socio-digitale et devt durable
Business modèles,
Entrepreneunariat, Financement
Editeurs - écosystème et enjeux
Mobile Business ou entreprise mobile ?
Libertés, devoirs et responsabilités numériques
Actus, tendances, trouvailles
À propos
de nous
[PARTICIPER_#FFFFFF_#F04C00_#FF5200_200_Je veux bien participer à un talk sur ce sujet !] Quant à la coexistence des modèles No SQL versus des modèles SQL , il semblerait que le choix de l'une ou de l'autre technologie soient souvent "irrationnels" affirment les experts du sujet. Bien entendu il existe d'autres d'autres critères de choix, plus rationnels ceux-là : sécurité, "centralité" de la donnée (le plus souvent défendue par les pro-SQL). No SQL est plutôt valorisée dans le contexte de développement d'applications nécessitant de privilégier volume et vitesse de calcul. Par exemple, Skyrock, fortement orienté site communautaire, utilise le No SQL : cela leur permet de monter en puissance et concentrer la gestion de la donnée dans des cas spéciques (exemple : gestion des profils). Mais attention, il est plus ardu d'exploiter les données basées sur les technologies No SQL : aussi les entreprises plutôt orientées vers la gestion à long-terme de la donnée seront plus à même de choisir une plateforme SQL. Néanmoins le débat reste ouvert : dans la friction des points de vue émerge la pédagogie :-)
Et toc, voici mon feedback :
Ci-dessous, j'expose mes motivations auprès des organisateurs :


Infos diverses
Lieu : Dans les studios de Webcastory
Format : Talkshow
Traitement : Débat d'idées
Article
Aidez-nous à
préparer ce sujet !
AUDIENCE
 

Je veux bien participer à un talk sur ce sujet !

Quant à la coexistence des modèles No SQL versus des modèles SQL, il semblerait que le choix de l'une ou de l'autre technologie soient souvent "irrationnels" affirment les experts du sujet.

Bien entendu il existe d'autres d'autres critères de choix, plus rationnels ceux-là : sécurité, "centralité" de la donnée (le plus souvent défendue par les pro-SQL). No SQL est plutôt valorisée dans le contexte de développement d'applications nécessitant de privilégier volume et vitesse de calcul.

Par exemple, Skyrock, fortement orienté site communautaire, utilise le No SQL : cela leur permet de monter en puissance et concentrer la gestion de la donnée dans des cas spéciques (exemple : gestion des profils). Mais attention, il est plus ardu d'exploiter les données basées sur les technologies No SQL : aussi les entreprises plutôt orientées vers la gestion à long-terme de la donnée seront plus à même de choisir une plateforme SQL.

Néanmoins le débat reste ouvert : dans la friction des points de vue émerge la pédagogie :-)

Expertises concernées :  SQL, no SQL

APPROFONDISSONS LE SUJET EN TALKSHOW :
REJOIGNEZ LE DÉBAT EN POSTULANT :-)

Professionnels et experts, vos insights sont les très bienvenus :

Venez prendre la parole sur ce sujet dont l'enregistrement aura bientôt lieu.

Comment participer :
Pour coproduire ce sujet avec nous, intervenir comme speaker / expert, infléchir le conducteur en exprimant vos convictions sur le sujet, ou susciter un traitement selon vos interrogations, tout d'abord cliquez sur le bouton figurant dans la vignette du présent sujet sur le cette page :

   "POSTULER POUR PARTICIPER"   

puis indiquez un maximum de réponses dans l'onglet de la présente page, intitulé : 

    "Aidez-nous à préparer ce sujet"   

C'est la meilleure manière de faire connaître et positionner votre expertise tout en vous assurant que les points à vos yeux importants ne seront pas oubliés dans le conducteur du talk.

 

Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




Partager le lien :
Sujets potentiellement connexes :