Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Usages, contenus et (cyber)culture du web social
Cloud, Entreprise collaborative et gouvernance
Big Data - Social CRM - Social Business
Éducation, Innovation socio-digitale et devt durable
Editeurs - écosystème et enjeux
Business modèles,
Entrepreneunariat, Financement
Mobile Business ou entreprise mobile ?
Libertés, devoirs et responsabilités numériques
Actus, tendances, trouvailles
À propos
de nous
           
Et toc, voici mon feedback :
Laissez-moi dire ce que j'en pense...
Infos diverses
Lieu : Paris
Format : Meeting IRL
Traitement : Événement
Présentation
AUDIENCE
Web-TV,
mode d’emploi
 

 

 

 

 

 

 


Sujets potentiellement connexes :
  • Commentaire de Corinne Dangas : trouve ce sujet : Excellent !J'adore ! J'ai hâte de voir ce plateau. Commentaire de Victor Waknine : merci Corinne parlez en autour de vous Commentaire de Fabrice Frossard : Si vous cherchez un requin :-) j'adore jouer les méchants Commentaire de Fabrice Frossard : Bonjour Fabrice. nous avons déjà un requin aux dents acérés. Mais je garde votre proposition sous le coude !! Merci Commentaire de Fabrice Frossard : Parfait :-) ou journaliste...c'est mon métier. Commentaire de Corinne Dangas : Pour moi je supporte les dauphins : j'ai tjrs eu un côté bisounours dont j'ai bcp de mal à me débarrasser ;) Mais la stratégie du dauphin est limitée par la rationalité, et donc in fine l'humanité, du requin. Commentaire de Dominique Rabeuf : Qui a inventé que les carpes pouvaient croiser des requins ? Commentaire de Fadhila BRAHIMI : :-) Excellent sujet. Cette métaphore appliquée à l'entreprise a été explicitée en 1979 dans "La Stratégie du dauphin : Les idées gagnantes du XXIe siècle" de Dudley Lynch , Paul L. Kordis (1979)Un ouvrage de référence au même titre que les "7 habitudes de ceux qui réussissent" en développement personnel mais pour les organisations dans la rubrique "approche systémique". Commentaire de Nicole Turbé-Suetens : Je me sens définitivement du côté du Dauphin tout en n'ayant pas le côté bisounours de Corinne. Le côté intéressant est qu'il tient tête au Requin tout en lui imposant de nouvelles règles et en libérant les Carpes qui vont peut-être apprendre à nager plus vite...ce qui nous arrive à tous par les temps actuels ! Commentaire de Corinne Dangas : Tenir tête au requin et vouloir imposer de nouvelles règles pour pouvoir manger plus tout en faisant moins de ravages sous-marins, est certes delphinesque. Mais ce que je me demande souvent - et me reproche - est s'il n'est pas caractéristiquement bisounoursesque de vouloir libérer les carpes de leur carpitude, et le requin de sa requinitude ? Commentaire de Pascal GAYET : J'ai rencontré beaucoup de requins qui l'étaient par mimétisme ou par convention. Il me semble que c'est au dauphin de faire preuve d'imagination pour trouver le moyen de convaincre le requin. Mais, la difficulté qu'il risque de rencontrer, c'est de se faire manipuler par le requin. car celui-ci est très sensible à son environnement : il capte assez vite les tendances et sait se couler dans les flux.Quant aux carpes, elles peuvent apprendre très vite à fonctionner en intelligence collective : c'est aussi un moyen de décoincer le système.Bref, cette métaphore est bien inspirante, surtout si on élargit le spectre à l'infinie variété des fonds sous-marins ! Commentaire de Vincent Berthelot : Juste un aspect requin a voir le jeu artificiel du bon et du méchant dans la répartition des rôles pour un même cabinet, 100% gagnant ainsi ;-) Commentaire de Victor Waknine : Cher Vincent pas compris en langage naturel votre postsi vous craignez une quelconque au to promotion du cabinet à travers ce tournage c'est mal me connaître, justement c'est pour être certain que le casting soit pertinent que je me suis permis de distribuer ces rôles en tout cas pour la première émission, puis on verra bien pour la suite. Je prends des risques en me donnant le rôle du dauphin c'est vrai, mais au fait je n'ai pas encore trouvé la carpe éclairée ou pas.Appel aux braves!! Commentaire de Corinne Dangas : Je ne suis sûre ni d'être brave ni surtout définitivement d'être douée pour faire la carpe (ça, c'est une certitude ;) ) mais si d'aventure vous n'en aviez pas, pourquoi pas essayer d'endosser le costume, je suis partante ! Commentaire de Victor Waknine : Corinne le Dauphin a été séduit, la carpe n'a pas à être douée (en quoi?), elle cherche surtout à survivre, ce qui n'est pas une mince affaire, de plus elle peut faire la pseudo éclairée, genre "personal branding" pour se faire remarquer par les fonds sous marins et leurs habitants, inaccessibles aux requins.Merci pour votre couragela date est provisoire et ne sera pas le 17 Mars, j'attends une nouvelle date de HR Channel Commentaire de Frédéric BASCUNANA : c'est en effet le 8 avril, qui est une date "séance de rattrapage" prévue pour cette opération HRchannel.com Commentaire de Vincent Berthelot : J'ai beaucoup de mal avec cette métaphore car Requin et carpe ne sont pas prêt de se rencontrer mais requin et dauphin si....Les syndicats sont quoi là dedans des congres ?Le sujet est en revanche intéressant et au centre des réflexions actuelles mais surtout du point de vue médiatique avec des effets sans lendemain comme le Name and shame de X. DarcosEnfin oui j'ai un doute sur l'objectif de la répartition des rôles mais en revanche vous fait confiance pour le lever. Commentaire de Corinne Dangas : C'est vrai que ces étiquettes sont manichéennes. On ne doit pas tomber dans l'angélisme ou le schéma gentil dauphin / méchant requin. Le postulat de base il me semble est que le dauphin poursuit in fine la même stratégie de performance que le requin (en l'occurrence économique, les $$ restant jusqu'à preuve du contraire le but de toute entreprise), mais avec moins d'inélégance et en y intégrant plus de paramètres de responsabilité sociale que le requin, qui a tendance à s'en affranchir, sinon ?Je trouve que cela décrit plutôt une dynamique de progrès (portée par le "dauphin"), plutôt que la statique manichéenne des figures, ou qu'une hypothétique "bonne" solution, qui relèverait de l'utopie. @Vincent, j'ai tendance à penser qu'il y a dauphins, requins et carpes, dans les syndicats aussi (comme dans les RH). Le syndicat ou le RH qui poursuivrait sa propre finalité "sociale" mais en s'affranchissant de celle financière de l'entreprise, et du contexte dans lequel elle s'inscrit, à ton sens, agit en dauphin, en carpe, ou lui aussi en requin ? Commentaire de Gilles Satgé : Les métaphores, c'est pas mon truc. Je les comprend souvent à l'envers.Dans le cas présent, j'imagine bien que les carpes, c'est la direction de l'entreprise qui ne veut surtout pas trop faire de remous et continuer à s'engraisser. Les requins, ça doit être le middle-management qui ne cherche qu'à bouffer les carpes pour prendre leur place.Et les dauphins, ça doit sûrement être les consultants qui sont prêts à faire n'importe quoi à partir du moment ou ils touchent leur récompense !Bon, en me relisant, je me rends compte que j'ai peut être pas bon, là.En fait, ce qui serait bien, ce serait d'avoir un exemple concret (fut-il imaginaire) pour vraiment savoir de quoi on parle, et tester - sur le papier du moins - le pouvoir de l'approche qui est proposée. Commentaire de : Bonsoir,Ben en fait chacun le comprend à sa manière car chacun va interpréter la métaphore selon son propre filtre, souvent corporate.Chaque entreprise aura donc, selon son organisation et selon ses valeurs, une interprétation différente et qui répondra à :- "qui est qui?"- "qui bouffe/menace qui ?"- "quel pourcentage de chacune des espèces ?"Et c'est en cela que c'est universel.@+PPPS/ pas beaucoup de temps en ce moment. Commentaire de Victor Waknine : Merci Patricken effet on trouve les 3 profils chez tous Direction, Manager, Collaborateur car on peut être requin en arrivant dans le bassin à l'embauche. Notre libre arbitre nous entrainera aussi si on le souhaite à être dauphin ou carpe ou encore mieux en carpe pseudo éclairée.Vincent évoque les syndicats , Corinne a bien compris tout comme les autres ils peuvent adopter l'un des 3 profils;Voila c'est la systémique du casting et des postures pour une fois de plus nous forcer à ne faut "figer" "geler" nos jugements dans un bassin humain (orga).Que l'autre influe sur soi, que les interfaces et coopérations sont majeures, que la houle à son mot à dire et surtout que la météo se trompe souvent comme les prévisions des financiers . Certains d'entre vous ont voulu à tout prix voir des rôles réglés à l'avance, la leçon de cette métaphore est que collectivement nous pouvons faire basculer l'écosystème soit vers la pénurie (stratégie du requin) soit vers l'abondance (stratégie du dauphin) et que les carpes aussi ont une responsabilité dans ce choix.Désolé pour ceux qui trouveront cela un peu complexe, mais la vie/vérité a choisi de naviguer entre le cristal et la fumée, l'espoir et le doute, le fugace et le récurrent, le pessimisme et l'optimisme, l'individuel et le général, etc.La métaphore nous permet aussi de mettre le doigt sur l'importance de la diversité et de la relation, sur le lien de l'espèce vivante et notre volonté à tous de développer avec les réseaux sociaux cette nouvelle chance de pouvoir re créer ce lien social tant massacré.Car c'est là le magnifique challenge du 2.0 qui dépasse et de très loin la réduction technologique du gadget logiciel que certains veulent à tout prix nous voir affubler, ces "réductionistes" sont une autre catégorie de requins, à s'en méfier. Commentaire de Gilles Satgé : Les logiciels ne font pas l'objet du débat me semble-t-il (même si je ne peux m'empêcher de noter, à toutes fins utiles, que si nous discutons ensemble c'est grâce à un "gadget" logiciel) mais plutôt l'efficacité de la théorie sous-jacente à la métaphore animalière qui nous est ici proposée.Si n'importe qui peut jouer le rôle du requin, du dauphin ou de la carpe, je suis perdu. Cela dépasse mes capacités d'abstraction !Please, un peu de concret. Un exemple d'application serait donc vraiment le bienvenue sinon j'ai bien peur que l'on ne fasse que remuer de l'air (ou brasser de l'eau, en l'occurrence).   Commentaire de Victor Waknine : Non le logiciel ne fait pas partie du débat ici mais sur d'autres plateaux qui furent à l'origine de nos débats avec fred.Oui n'importe qui dans une organisation peut avoir une des postures par volonté, nature ou calcul.Ceci étant et pour vous répondre, lors de l'émission on grossira le trait des acteurs sur le débat de la performance globale économique et socio économique, y seront présents un requin (actionnaire financier), un dauphin perturbateur (dirigeant genre CJD), une carpe (genre DRH), un philosophe médiateur (qui rappelle le sens des valeurs de l'entreprise et du citoyen) et un journaliste adepte du dialogue social.Mais vous êtes libre d'aimer ou de détester et de changer de plateau.de plus l'efficacité n'est pas un but en soi, la confiance peut paraitre plus urgente par exemple ou le lien social tout simplement. Commentaire de Gilles Satgé : On ne parle pas de logiciel, n'importe qui peut jouer n'importe quel rôle, peu importe si la méthode proposée n'est pas efficace, si on n'est pas intéressé on peut toujours aller voir ailleurs.OK, mais de quoi allez-vous donc débattre ?En d'autres termes, avec quoi peut-on ne pas être d'accord dans ce sujet ? Qu'est-ce qui va faire l'objet d'une discussion exactement ?Enfin, je dis ça parce que je pensais que ces forums liés à un tournage permettaient de débroussailler le terrain et d'entamer un vrai débat.Mais bon, si c'est juste une opération de teasing, j'ai du mal à en voir l'intérêt. Commentaire de Victor Waknine : • Thème 1 : Les Dauphins réclament de l’entreprise une performance sociale internevoila la question posée sur la base des oppositions et antagonismes en forçant le trait : Le requin : le cynisme/déni des actionnaires/Directions sur la performance sociale soit disant nécessaire.en complément, le philosophe et le journaliste pour éclairer sur le sens et la citoyennetéc'est présenté dans l'intro Commentaire de Frédéric BASCUNANA : non en effet pas seulement, il fat identifier pour ce plateau non pas des requins versus des dauphins (on est tous le requin ou le dauphin de quelqu'un) mais peut-être des intervenants lucides susceptibles de répondre à de (faux?) naïfs, parce qu'il me semble que ce plateau a surtout une valeur pédagogique Commentaire de Frédéric BASCUNANA : et en effet c'est déjà beaucoup si nous parvenons à définir la performance sociale interne, les outils qui permettent de la manoeuvrer tout comme la mesurer ! Commentaire de Victor Waknine : c'est effectivement le seul but, la pédagogie et puis j'en ai assez d'avoir à me justifier! j'en ai un peu assez de sentir ce doute négatif sur mes intentions à travers ce plateau que je sponsorise.J'ai un petit mais pertinent cabinet indépendant (3 consultants)de tout parti et lobby, je n'appartiens à aucun syndicat corporatiste, j'ai 59 ans et me fous pas mal du CA ou de la taille de ma structure ( j'ai le bonheur de faire ce qui m'intéresse) et encore plus de tous les BM de ces éditeurs de logiciels et autres VC qui me posent des questions débiles la dessus , tiens je parle comme Boillon. et en plus je paye du sponsoring a 750€ pour lancer ce débat avec des gens que je respecte, donc au lieu de me suspecter, que beaucoup d'autres mettent la main dans leur poche et finance un plateau citoyen au lieu de faire des procès d'intention d'un autre age.Et puis après tout qu'il ne le regarde pas ce plateau, le zapping est libre et gratuit sur HR channel.Ah j'oubliais je peux faire le requin aussi, mais j'ai trouvé mieux c'est mon associé Bruno.bonne journée messieurs bonne conscience et donneurs de leçons. Commentaire de Vincent Berthelot : J'adore !Le plaisir d'un débat philosophique sur la notion du bien et de l'utile en entreprise.Deux notions antagonistes et portées par des caractères très différents ou un cycle perpétuel ? Commentaire de Frédéric BASCUNANA : ah enfin un coup de gueule comme je les aime qui permettent de remettre beaucoup de choses à la place qui leur appartient .Si vous saviez à quelles suspicions intenses nos initiatives en termes de plateaux TV nous ont souvent exposé... vous en seriez aussi ulcéré que moi je pense.Mais cela fait partir du jeu, je le prends comme une salutaire preuve d'effervescence intellectuelle : votre sujet est un fantastique levier de conversation, il éveille la curiosité et suscite des questions - c'est après tout l'essentiel. Commentaire de Victor Waknine : admettons en tout cas je félicite CTP d'avoir allumé le feu avec cette image décalée, pour une fois que le titre d'une émission ne porte pas le sigle 2.0 de reconnaissance tribale, quel salive! comme si hors du 2.0 pas de débat et surtout si c'est pas techno ou RH neu neu.Nous avons aussi la possibilité de débattre de la gouvernance justement car avec les RS 2.0 et la force subjective des DRH, derniers remparts d'un capital humain car le H est encore là mais pour combien de temps?Notre mission c'est en tout cas comme cela que je le vis est de faire des DRH les futurs DAF des COMEX et CODIR et si les RS 2.0 nous aident pour atteindre ce but tant mieux.De l'ambition cher(e)s ami(e)s, fédérons nous pour ce combat de la gouvernance socio économique et donnons enfin du Sens au S de la rSe! Commentaire de Dominique Rabeuf : Ce qui est «bien» est ce qui est «utile»Reste à savoir pour qui !Débat philosophique fleuve et néanmoins sans grand intérêt Commentaire de Frédéric BASCUNANA : Dominque mon poil à gratter préféré ;-)ça faisait longtemps !Bon, Dominique, tu m'excuses, hein, mais je te trouves bien nihiliste : il est écrit juste au-dessus : "combat de la gouvernance socio économique"ne t'en déplaise, il faut bien que le combat commence quelque part non ?Toi tu râle, tu tournes en bourrique, oui certes : et quoi d'autres ?Nous on essaye, on avance : ça te semble peut-être insignifiant mais on plante une graine.A+ Commentaire de Vincent Berthelot : En effet la nouvelle notion du bien-être en entreprise est-elle juste un cache misère ou une remise en question plus profonde du système de valeur et de gouvernance? Commentaire de Victor Waknine : Je réponds à VincentConfiance, Bien Etre et Qualité de Vie au Travail sont la contrepartie éthique au lien de subordination qui avait été crée pour assurer le CDI "Contrat à Durée Inconnue", c'est en cela que je milite de passer à une nouvelle gouvernance socio économique porteuse de nouvelles valeurs de lien social que seule l'entreprise peut offrir.Les outils 2.0 de RSE sont dans ce cadre d'une sacrée efficacité me semble t'il , encore faut il ne pas les déifier béatement et les laisser à leur juste mais utile place. Commentaire de Frédéric POULET : Je viens juste de prendre connaissance des premiers échanges (parfois vifs) du débat que j'animerai avec plaisir !Merci à toute l'équipe et à Victor de me l'avoir proposé !On va essayer de s'y retrouver dans l'AllégorieMoi qui suis assez basique et qui n'avais pas tout compris dès le départ, je me suis reformulé la question dans mon langage animalier (patronyme oblige):Je mets donc mon grain de sel et envoie une bouteille à la mer :"Est-ce que le fait de se sentir comme un poisson dans l'eau (H2O ou H2.0) dans son "éco - système" permet aux Dauphins, Requins et Carpes, d'avoir le sentiment de ne plus l'avoir dans la Raie ?" :-)))En tout cas, ça peut faire un beau plateau de Fruits de Mer !Carpe Diem Commentaire de : Effectivement de quoi, nous mettre en appétit.Au fait, qui apporte le blanc sec ?En complément, clin d'oeil,...., enfin comme vous saurez l'accueillir !Entreprise 2.0, RSE, collaboratif : l’éternel débat entre ETRE et AVOIR ! Dauphin et Requin (Désolé, j'avais oublié la carpe.... mais c'est un poisson d'eau douce et que vient-il faire ici ?, mais je m'égare sans doute,...) - http://wp.me/pYK1f-vf Commentaire de Frédéric POULET : La Carpe c'était pour voir si l'entreprise était prête à accueillir de nouveaux collaborateurs venus d'origines diverses :-)D'où les débats sur la parité, l'intégration, le handicap et la façon qu'on a de les accepter (ou pas) et de les intégrer à notre écosystème :-) Commentaire de Victor Waknine : excellent Frédéric cette explication sur la carpemais c'est aussi l'apparition d'espèces mutantes dans un écosystème donné, ou de camouflage plus ou moins réussicar les prédateurs transforment l'écosystème par leurs actions court termistes qui ne laissent pas du temps au temps de la vie socio économique. Commentaire de Hervé GEOFFRAY : En effet, il me semble inopportun de mélanger le savoir des éditeurs qui ramènent essentiellement à leur concept (quel part requin) en espérant vainement tirer la moindre ficelle pour leur plus value.Le sujet me semble beaucoup plus approprié à mettre dans un contexte entreprise et vie sociale. On ne peut pas toujours avoir le beurre et l'argent du beurre Commentaire de Céline Frontera : trouve ce webcast : Excellent !C'est un sujet de fond qu'il est essentiel de traiter pour faire avancer le management en entreprise. J'aime la parabole des dauphins, des requins et des carpes, tellement représentative ! Le capital humain est effectivement le vrai capital de l'entreprise, celui qu'il faut valoriser, cultiver et développer. L'économie n'évoluera qu'à cette condition. Commentaire de : trouve ce webcast : Assez moyenDiscussion trop superficielle sur un sujet vaste. Je l'ai aussi trouvée plutôt simpliste et caricaturale... Commentaire de Victor Waknine : Cher Robert juste un petit rappel sur l'esprit de HRChannel:le but est de proposer des sujets en amont qui nourissent: "le bla bla, la conversation, la discussion, les invectives, et parfois de la collaboration voir de l'intelligence collective"Le webcast à 6 intervenants en 20' max sert à croiser les regards et rajouter du language à l'écritpuis viennent les commentaires comme le tien qui n'a peut être pas vu la liste des 100 commentaires qui ont nourri le sujetenfin notre ambition n'est pas et ne sera jamais d'être arrogant au point d'envisager de faire le tour d'un sujet aussi vaste en 20', n'étant ni consultants professionnels ,ni Xmines ou Enarques, juste des valeureux salariés ou ex salariés qui veulent chatouiller les idées reçues.de plus ta remarque me fait penser à Jean de La Fontaine, quel simplificateur alors celui là , oser parler de morale en contant des fables et des métaphores, il aurait du aller à l'université.Mais tu peux te rattraper en nous éclairant et en prenant le temps d'élargir le sujet.Désormais quand j'irais sur ton blog qui propose des articles d'une page en interrogeant l'imaginaire, je me poserais la question du simplisme et de la caricature et t'en ferais part.en toute cordialité.