Email     Password  
Connection | Subscription
OnLine
Media
Collaborative
technologies
e-Business
Social Innovation
& "Digitainable"
Entrepreneurship
Software
development
Digital rights
and duties
Mobile
Business
Actus, tendances et trouvailles (NEW)
A propos de nous
Posted: 27.4.2010 - 102 comment(s) [ Comment ] - 0 trackback(s) [ Trackback ]
Category:

...Ou le premier plateau TechTocTV qui m'a déçu.

Je trouve le plateau «L'open source en entreprise : alors, c'est possible ?» mauvais. Peut-être parce que je connais un petit peu le sujet, peut-être parce que j'avais déjà réfléchi à l'open source avant le plateau et que je me documente, peut-être aussi que je ne suis tout simplement pas d'accord. Internet étant le lieu où l'espace «médiatique» est illimité, je saisis l'occasion pour rebondir sur le sujet et apporter ma pierre à l'édifice. Ce billet est consacré à reprendre certaines affirmations donné dans la vidéo. Cet autre billet est l'occasion d'aller plus loin en donnant une autre introduction de l'open source (définition, raison de l'existance et vision de l'utilisateur).

N'étant moi même pas un expert du domaine, je suis ouvert à tout retour constructif dans les commentaires.

Au-delà de grosses confusions entre open source et logiciel libre, au-delà de grosses digressions sur des détails (sur le fait de tuer des communautés, de déposer les marques et les logos, et des blagues de Geek) certaines idées du plateau sont très intéressantes. De plus, même si la question est vraisemblablement mal posée (évidemment l'open source est possible dans toutes les entreprises), le débat mérite d'avoir lieu, car l'open source n'est pas LA solution pour toutes les entreprises.

Ce qui me semble faux dans le débat [droit de réponse]

[FAUX] Les développeurs open source travaillent bénévolement

La majorité des développeurs qui font de l'open source sont rémunérés. En fait, ce sont des salariés de grosse entreprise (IBM, Google, Sun-oracle, Intel, Novell, …), de plus petites moins connues, ou d'association/fondation (Apache, Eclipse, …). Et c'est aussi le cas en France (il suffit de regarder par exemple les Adhérents Entreprises de L'April). Même dans les projets de logiciel libre (le logiciel libre a une vision plus idéaliste et défend plus de valeurs que l'open source), qui sont souvent ceux qui rassemblent les geeks passionnés évoqués dans le débat, de nombreuses personnes sont rémunérées (cf: 75% des contributeurs de Linux sont rémunérés, ZDNet).

[FAUX] L'open source est gratuit

Le modèle économique du logiciel open source n'est pas simple à appréhender. Comparé au logiciel propriétaire qui repose le plus souvent sur la vente de licences, l'open source a dû innover pour trouver un modèle économique : il en résulte une multitude de modeles (double licence, plug-ins payants, distribution à valeur ajoutée, fournisseur de service, intégrateur…)

On pourra lire à ce sujet le chapitre 4 du livre blanc de l'April consacré aux modèles économiques du logiciel libre. Intelli'n TV vient également de consacrer un plateau à ce sujet. (Dans les deux cas, le terme «logiciel libre» est employé, mais il me semble que c'est plus à comprendre comme une traduction d'«open source» que de «free software»).

Les licences open sources garantissent que le logiciel peut être redistribué. Ainsi, très peu de modèles économiques reposent sur la vente (car pour les développeurs, il y a toujours le risque que leurs clients redistribuent ou partagent leur travail de manière légale. La vente ne peut donc avoir lieu qu'une seule fois de manière certaine). Pourtant, avoir accès aux sources ne garantit pas que l'open source va fonctionner «out of the box». Dans tous les cas, mettre en place le logiciel a également un coût (il se peut que les compétences soient déjà dans l'entreprise, mais c'est un coût caché qu'il ne faut pas négliger).

[FAUX] Utiliser l'open source c'est entrer dans un processus de création communautaire

Si les exemples évoqués dans la video TechTocTv sont réels et louables (Paris 6 - Paris 7, France 24), on peut très bien consommer des logiciels open sources, la documentation gratuite fournie, vendue par un éditeur tiers ou créée par la communauté et ne rien redonner au projet.

Certaines licences sont plus permissives que d'autres, mais même pour les plus contraignantes (type GPL), s'il n'y a pas de redistribution/vente du logiciel, on n'est pas obligé de donner les modifications effectuées.

De plus, sans même aborder les modifications, de nombreuses entreprises se servent des logiciels open sources comme si c'était un logiciel gratuit sans rien faire (certaines entreprises utilisent la distribution Linux Ubuntu ou OpenOffice.org en simple consommateur. De même, combien d'entreprises de programmation utilisent Eclipse, Netbeans, svn, les différents compilateurs… sans rien partager).

[FAUX] OpenOffice.org ne marche plus

Évaluer la «santé» d'un logiciel open source n'est pas simple. Mais le critère d'un nombre supposé de contributeurs (sans préciser s'il s'agit du droit d'approuver des modifications [le verbe anglais est «to commit code»], ou d'autre chose), n'est certainement pas la bonne approche.

Pour OpenOffice.org, il suffit de regarder l'historique des sorties de version Wikipédia, ou le nombre de téléchargements pour voir que ce n'est pas négligeable. Comme il n'y a pas de licence et qu'un téléchargement ne signifie pas une utilisation, on pourra utiliser cette étudequi tente d'évaluer l'utilisation des différentes suites bureautiques (et qui tombe sur 20%). Enfin Lotus Symphony 3 d'IBM est basée sur OpenOffice.org. Sans évaluer en détail la pérennité du projet (notamment comparé à son principal concurrent Microsoft Office), il me semble que ces faits suffisent à démontrer que le projet n'est pas mort.

[FAUX] Il n'existe que des logiciels open sources dans des périmètres limités

Les notes préparatoires et les exemples du plateau montrent qu'il y a des logiciels open sources dans tous les domaines. Par exemple :

(je ne connais pas personnellement tous ces logiciels, ils ne sont donnés qu'à titre d'exemples)

En complément, on pourra lire le dossier «Logiciels libres pour l'entreprise» de ZDnet (partie 1), (partie 2) pour trouver d'autres références.

Cependant, la part de marché et/ou la popularité de ces solutions ne sont pas toujours évidentes. Peut-être que les logiciels ne sont pas au niveau de leur concurrent propriétaire, qu'ils sont arrivés après ou qu'ils n'ont pas la même force de frappe en terme de marketing, le fait est qu'il existe du logiciel open source dans tous les domaines.

[FAUX] L'existence de nombreux projets open sources dans certains domaines est dû à l'intérêt des geeks pour ce domaine

C'est tout à fait vrai qu'il y a plus de solutions open sources dans certains domaines. À mon avis cela n'a rien à voir avec l'attrait du domaine pour les développeurs.

Je pense que plusieurs facteurs jouent pour expliquer ces disparités :

  • L'aspect historique, le mouvement de Logiciel Libre (Free software fundation) est plus ancien, les projets open source initiés et/ou soutenus par ce moment sont plus vieux et ont aujourd'hui plus de maturité et de visibilité (emacs, GNU/Linux, …)

  • La mouvance open source est plus récente (fin des années 90, le terme est apparu en 1998), le domaine du web était en pleine expansion à ce moment-là. Les secteurs où des acteurs majeurs sont déjà présents ne sont pas ceux vers lesquels les développeurs se sont tournés.

  • Certains logiciels sont plus complexes. Évidemment, les logiciels simples sont les plus nombreux. De plus, certaines briques préalables devaient atteindre une certaine maturité pour permettre l'arrivée de logiciels plus complexes.

  • Certains outils importants pour favoriser les projets open sources (comme internet) ne se sont démocratisés que récemment (là aussi, fin des années 90).

  • Le secteur est jeune, il lui faut un certain temps pour trouver son fonctionnement, son modèle économique.

Cette liste n'est pas exhaustive, on pourrait développer et illustrer certain points.

Aller plus loin

Dans mon billet «Comprendre l'open source» j'essaye de donner de nouvelles clés pour comprendre l'open source. A mon avis il y a encore de la matière pour de nouveaux débats autour de l'open source sur TechTocTv. Les notes préparatoires du plateau montrent que de nombreuses questions sont toujours en suspens. Il y a besoin de pédagogie dans ce domaine qui est loin d'être simple.

Delicious Digg Facebook Fark MySpace