Email     Password  
Connection | Subscription
Posted: 4.3.2010 - 13 comment(s) [ Comment ] - 0 trackback(s) [ Trackback ]
Category: Show subjects

 

Ceci est en liaison avec le plateau du 17 mars 2010
Le Plateau

Les questions sont celles de Boris Perchat 

Qu'est-ce qui a donné lieu au passage du web 1.0 au web 2.0 et qui donne lieu actuellement au passage du web 2.0 au web 3.0 ? Quelle est la part de la technologie, celle de l'humain et celle du business ?

L'appellation Web 2.0 a été médiatisée par O'Reilly en 2004. Le Web d'avant a été par certains rétrospectivement numéroté Web 1.0. Le Web 2.0 n'a aucune base technologique particulière. Le Web 2.0 est constitué de modes et usages variés issus des pratiques des utilisateurs et des acteurs du business.


Les concepts de web temps réel, de web des données, de web sémantique et de web squared font ils référence à une approche humaine, technologique ou business de l'évolution du web ? Comment pourrions-nous définir ces concepts en une phrase pour qu'ils soient compris de tous ?

Le Web temps réel débarque, cela va être d'usage courant. Attention à ses modes de fonctionnement, nous avons assisté aux introductions un peu rapides et mal ficelées de Google Wave et Google Buzz. L'outillage technologique est disponible (XMPP) mais il n'est aisément supporté par les navigateurs.

(XMPP n'est pas qu'une façon de faire de la messagerie temps réel, c'est un protocole plus solide, plus sécurisé, permettant des dizaines de milliers de connexions sur un serveur de la puissance d'un PC récent. Reste à refondre complètement les sites Web)

Le Web² est une étape du bon vieux (déjà) Web 2.0
 
Le Web 3.0 désigne par convention le Web Sémantique. Sémantique et Ontologie n'ont pas attendu le Web. Le lien entre le Web et la sémantique vient tout simplement du fait que la formalisation logique moderne a été réalisée par le W3C. C'est le renouveau de l'intelligence artificielle et des outils d'explorations de données facilitant les travaux non seulement de chercheurs en sciences exactes et expérimentales mais aussi les travaux d'historiens, de juristes, médecins, sociologues. Les théories existent depuis longtemps mais la mise en pratique a nécessité une vingtaine d'années de formalisation standardisée et bien sûr ceci est possible grâce aux évolutions technologiques et baisses de coût de la puissance de calcul et de l'espace de stockage.
Pour illustrer: imaginez que dans votre moteur de recherche vous tapiez votre requête et vous avez en retour une dizaine de réponses tout en étant quasi assuré que ce sont les seules pertinentes répondant à votre demande.
 

Comment pourrions-nous décrire l'évolution du web pour qu'elle soit comprise de tous ?

Avant tout, évitons les confusions entre Réseaux, Internet, Web, Mobiles.
Le Web tend à fusionner et rendre accessible sur un support unique du côté de l'utilisateur: téléphonie, cinéma, radio, télévision, jeu, livres, outils bureautiques, messageries, presse, services administratifs/commerciaux/informations (bien d'autres choses encore, mais ne compliquons pas, la barque est suffisamment chargée)


Quelles sont les valeurs humaines montantes sur le web ? Pourquoi ?

Au delà des valeurs tous les comportements humains, à bonne ou mauvaise notation, sont présents. C'est un très bon espace pour le jeu, la curiosité, la convoitise.
Ce que le Web apporte de vraiment nouveau c'est l'ubiquité, l'affranchissement des barrières géographiques dans la communication.
Notons que le Web met en danger la souveraineté des états dans leur rôle de gardien territorial et de médiateur social et culturel.
L'homme invente l'outil, certains outils transforment l'homme.

Nos outils collaboratifs sont-ils le signe que nous avons adoptés un véritable esprit collaboratif ?

Le Web facilite la tâche de ceux qui collaborent. L'être humain ne collabore efficacement que s'il y trouve un intérêt. En dehors du Net il y a eu (1965 - 1985) des modes participatives en entreprise et des communautés en tous genres ont proliféré, tous ces mouvements se sont quasiment éteints.
Néanmoins la mise à disposition d'outils attractifs peut susciter des comportements collaboratifs.

Pourquoi sommes-nous prêts sur les réseaux sociaux à exposer aux yeux des autres nos pensées et nos états d'âme ?

Les utilisateurs du Web ne s'expriment pas tous, loin de là. Très peu d'utilisateurs sont inscrits dans des réseaux sociaux et la plupart de ceux qui sont inscrits ne s'expriment que très peu. Les utilisateurs du Net sont dans leur grande majorité à la recherche de contenus. C'est dans la nature des choses que les consommateurs soient plus nombreux que les fournisseurs et les spectateurs plus nombreux que les acteurs (imaginez un peu l'inverse !). 


Les entreprises et les marques parviennent-elles à asseoir leur présences sur les réseaux sociaux ou sont-elles hors jeu ? Les valeurs du business peuvent-elles s'y épanouir ?

C'est une obligation pour les entreprises et le commerce d'être présents sur le Net. La difficulté à établir une image, une attraction, pour une marque ou une entreprise est beaucoup plus importante du fait de la multiplication des supports sur lesquels une présence pourrait lui être utile. La stratégie de présence au sein des réseaux sociaux est délicate si l'on tient à se distinguer des pratiques envahissantes voir carrément intrusives.
Les pistes à explorer sont le sponsoring et surtout le mode apparu aux US: User Conference qui va au delà de la promotion et du service client.


Le community manager peut-il parvenir à réconcilier les valeurs technologiques, les valeurs humaines et les valeurs du business ?

Le trop fameux « Community Manager » est apparu. Les contours de la fonction sont très contextuels. C'est un administrateur au sens premier du terme: il apporte son soutien, il gouverne (tient le gouvernail) et exerce une autorité naturelle. C'est avant tout quelqu'un qui a compris que les facettes des comportements sociaux humains sont très complexes et surtout que l'être humain n'est pas un animal social facile.

Pour plus de clarté j'ai publié ici mes réflexions au sujet du plateau
 

 

Delicious Digg Facebook Fark MySpace
Archive
Categories